Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 23:55
Rire ?

Alors qu’il s’agissait, au Moyen-âge, de savoir si le chrétien avait le droit de rire, nous pourrions aujourd’hui affirmer qu’il s’agit, pour l’Eglise de savoir si elle peut vivre et survivre sans humour  !

L’humour est en effet devenu une sorte de qualité exigée .

Il ne rejette rien mais se moque de tout . Il abolit la lourdeur  et la gravité vers une banalisation relax .  

Il semblerait même qu’il puisse sauver ! À tel point qu’il existe même des stages qui vous initient “à la puissance magique de l’humour” en quatre jours.

Jésus a-t-il ri ?

« Ils ont la bouche pleine de méchanceté mais toi Seigneur tu  te mets à rire d’eux ». (Ps 59.9).

Nous ne savons  pas si Jésus a ri mais nous  constatons effectivement  que les évangélistes n’ont pas signalé d’éclat de rire, alors qu’ils ont  évoqué  les larmes de  Jésus,  sa  colère, sa  compassion  et sa tristesse.

Pouvons-nous, pour autant, imaginer  un  Jésus  triste  et  constamment solennel  ? N’oublions  pas  qu’il transforme de  l’eau  en  vin  lors  d’un mariage .

Aux tristes pharisiens il répond que ses disciples ne peuvent  être tristes puisqu’ils sont en présence de l’époux (Mt 9 .15) .

D’autre part, le fait que Jésus n’ait pas ri ne veut pas dire qu’il n’avait pas d’humour .  

Jésus a parlé, tantôt  avec l’ironie mordante  des  prophètes,  tantôt avec l’humour d’un rabbi (en reprenant des thèmes risibles présents dans les écrits talmudiques) et toujours  avec l’autorité du Père .    

Il ne  s’agit pas  de faire de Jésus un humoriste, mais nous pouvons reconnaître que sa parole était assaisonnée de sel et qu’il était à la fois piquant  et souriant . Enfin, qui pourrait affirmer que Jésus n’a jamais ri ou plai- santé  avec  certains  de  ses  disciples  ou avec des enfants ?

Peut-on rire de tout ?

« On peut rire  de tout mais  pas avec n’importe qui ». (Pierre Desproges)

Même les pères de l’Église, qui ont souvent condamné le rire, ont certainement ri en privé . Certains ont même cherché à faire rire .

Synésios de Cyrène écrit (en 414) un  éloge de la calvitie.  

Tertullien, si sévère vis-à-vis du théâtre  et du rire, écrit: « Si l’on rit parfois, c’est le sujet qui le méritera .  

Bien des idées doivent être combattues de cette  façon : le sérieux les valoriserait . 

La vérité  peut  rire car elle est heureuse,  elle peut  se moquer de  ses  rivales  car  elle  ne  craint  rien .

Attention sans doute à ce que son rire ne soit pas ridicule en perdant  sa dignité . Mais partout où il ne conviendrait  pas à la dignité, le rire est un devoir » .

Quant à Clément d’Alexandrie (au second siècle), Il précise, concernant le rire, qu’il ne s’agit pas de supprimer  ce qui est naturel à l’homme mais bien de le maîtriser .

Plus tard, les « fous de Dieu » décident de communiquer le sérieux sous des apparences folles et dérisoires et Bernard de Clairvaux réhabilite (au 12ème siècle) le rire honnête en condamnant aussi bien l’incapacité à s’amuser que le rire excessif .    

“ Même les pères de l’Église, qui ont souvent condamné le rire, ont certainement ri en privé.”

Enfin Erasme dédie  son  Éloge à la folie à Thomas More, et se défend d’être trop léger ou trop mordant  : « Ces délassements, nécessaires à l’homme d’étude, ne sont pas tant des morsures que des conseils, puisqu’ils critiquent la vie des hommes sans nommer quiconque » .

N’est-ce pas ce que font la plupart  des proverbes bibliques et n’est-ce pas ce qui manque à la plupart de nos caricatures contemporaines ?

Ainsi ce n’est peut- être pas tant le sujet abordé que le type de rire et la motivation du « faiseur de rire » qui comptent . . .

Rire et humour bibliques

« Qu’avez-vous eu  de moins que  les autres églises  sinon que je ne vous ai point été  à charge ? Pardonnez-moi cette injustice » (L’apôtre Paul  aux Corinthiens, 2 Cor 12.13).

En hébreu biblique, il existe deux termes qui  nous  permettent de  distinguer le rire joyeux et positif (sahaq) du rire de moquerie (lahaq) .  

Pour le grec, distingue aussi rire (gelan) et se moquer (katagelan  : rire contre) .    

Mais dans  la Bible,  il est surtout question du rire des insensés et de celui des justes .

Autrement dit, ceux qui se moquent de Dieu et de ses serviteurs peuvent  bien rire (Jer 20 .7-8; 2 Chr 30 .10 et Lc 23 .35) . Ils ne riront  pas les derniers  !  

Dieu ne se  laisse  pas  narguer   (Gal 6 .7)  et  le croyant, comme la femme de valeur, pense  à  l’avenir  en  riant  (Prv 31 .25).

Enfin, nous croyons qu’il est possible de repérer, au fil des textes, de nombreuses traces d’humour dans la Bible .

Comment pourrait-il  en  être  autrement  puisque les auteurs,  inspirés  par Dieu, ont mis tant d’eux-mêmes dans ces textes ?

Du détail  amusant (Gn 24 .30 et Act 12 .14-16) aux personnages risibles (Lc 19 .1-10 et les pharisiens  hypocrites), aux livres construits  comme des comédies dramatiques (Jonas et Esther), en passant  par le  rire  correcteur   des  proverbes   (Prv 11 .22, 19 .24; 26 .14; 27 .15), les paraboles savoureuses (2 Sam 14 .1-24; Jg 9 .7-15; 1 Cor 12 .17) et les jeux de mots (la plupart du temps malheureusement «perdus» dans les traductions), pour finir par l’ironie mordante des prophètes (1 Roi 18 .27; Am 4 .4; Es 46) . . .

Et si Dieu nous invitait aujourd’hui à retrouver l’humour des prophètes, la verve des sages et le sou- rire du Christ ?

Croire à nouveau  en la vérité tout en redécouvrant nos limites ! Car il ne peut y avoir d’humour chrétien sans amour .  

C’est comme si Dieu nous disait : même si tu arrivais à faire rire les anges, sans amour, tu ne serais qu’une cloche !

Tout est permis mais tout n’est pas utile !

« Ils ne sont pas  tous libres ceux qui rient de leurs chaînes » (Lessing).

Que Dieu nous  vienne  en aide et qu’il nous  évite  la  pauvreté et  la  richesse (Prv 30 .8-9),  autrement dit, l’incapacité à nous  amuser  et le rire excessif !  

Que nos paroles  soient  assaisonnées de sel, pleines  de grâce (Col 4 .6),  sans  propos grossiers, stupides ou scabreux (Eph 4 .2) .

Le plus important, ce n’est pas de savoir rire de nos chaînes mais bien d’être libérés de ces chaînes et de trouver la vraie joie.

Pasteur Pascal  Gonzalez
 

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

Entrez votre adresse mail

Fourni par FeedBurner

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc-Elie - dans Textes
commenter cet article

commentaires