Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 22:55

 

En guise d'introduction

Quand  j'exerçais mon métier  de psychologue, j'avais lu un livre dont  le titre m'est  revenu en mémoire alors que je cherchais une introduction  à ces textes: "Un interprète en quête de sens", de  Piera Aulagnier. Peu importe  le contenu,  que  j'avais par  ailleurs aimé, mais c'est le mot interprète qui a fait sens pour moi, qui a pris corps.

Car quand je traduis à ma manière, en parlant à la première personne, des textes de la Bible, que ce soit l'ancien ou le nouveau testament, je me sens comme un interprète. Peut-être que le fait de "travailler" le texte proposé, verset par verset, c'est un peu comme faire ses gammes.

Alors je me trouve avec une partition que je travaille, sans consignes précises données, et à un moment  je peux interpréter, mettre  en musique  pour  que les lecteurs  découvrent  du neuf, aiment  cette musique et la fassent leur... C'est cela le rôle de l'interprète.

On pourrait  certes dire qu'il doit s'effacer devant  l'œuvre, mais chaque  interprète  a sa manière  de  retranscrire  ou de traduire l'œuvre; et même s'il s'efface devant le compositeur, il apporte quelque chose de nouveau...

Je dois dire que lorsque les petits textes que je propose s'imposent à moi, je me sens un peu comme un interprète  qui a certes la partition, mais finalement sans les indications précises de l'auteur  (ou des auteurs), ce qui me donne une grande liberté.

Alors peut-être  que  ces textes que  je connais  bien,  même si  à  chaque lecture  studieuse,  je découvre des mots auxquels je n'avais prêté attention, des verbes qui sont conjugués à des temps différents, des mots qui en évoquent d'autre, des harmoniques parfois entre ces textes et ceux de l'ancien testament  ou ceux d'autres auteurs, ces textes à ma manière je leur ai fait violence pour qu'ils parlent  ou chantent  autrement,  car peut-être qu'au final il est question  d'un chant, d'un chant léger et ténu, mais bien présent pour que les mots permettent  de s'envoler, de prendre un peu de distance, et qu'ils chantent tout seuls.

C'est peut-être cela mon charisme, être interprète. Interprète parce que parfois quand on lit la Bible, c'est comme une langue étrangère qu'il faut traduire, même si c'est déjà dans ma langue maternelle (le français), mais aussi comme une partition dans laquelle je peux laisser libre cours à ma manière de jouer pour que ceux qui écoutent  (qui lisent) soient pris par ces histoires et qu'ils en tirent du plaisir.

Il y a longtemps que je me livre à cela, mais durant ce temps de l'avent et le temps qui sépare la nativité  du  temps dit  ordinaire,  en  reprenant   ces  évangiles  qui  racontent   Joseph,  Marie, Elisabeth, Zacharie, les textes à la première  personne sont  venus d'eux -même et ce sont ces textes qui suivent les histoires racontées par Matthieu et par Luc que je propose.

Certaines de ces histoires  sont  précédées  d'une  réflexion plus historique  par exemple sur  le mariage  du  temps  de  Jésus,  ou  sur  des  réflexions plus  personnelles,  car  le  massacre  des innocents  pour moi c'est le massacre de ces enfants "innocents"  par ces adultes qui leur volent leur innocence et qui les condamnent  à vivre alors que quelque chose a été mis à mort en eux. Et que là, je ne peux pas me taire, car le Dieu en qui je crois est un Dieu de la vie, qui un jour permettra à ces parties mortes de reprendre vie.

Et si je ne suis pas en quête de sens, mon désir est bien d'insuffler non pas un autre sens, mais une manière peut-être plus féminine de lire les textes qui parlent de la naissance de celui qui va permettre aux hommes de dire un Je différent, un je où l'Autre et l'autre sont présents, un Je de relation.

Si le début du temps de l'Avent est centré sur la lecture du livre d'Isaïe et donc sur les textes du nouveau testament qui peuvent y correspondre,  la  seconde  moitié  de  ce  temps  est  centrée  sur  les évangiles de l'enfance, que ce soit Matthieu ou Luc, puis le temps après Noël qui reprend la chronologie pour arriver finalement à l'Epiphanie, fait  donc largement  appel aux "histoires"  qui entourent cette incarnation.

En lisant  et en  travaillant  ces textes,  c'est  à dire  en  ne  privilégiant autant  que faire se peut, aucune phrase, aucune idée, (ce qui ne veut pas dire que certains mots ont eu de l'importance dans ma réflexion), je me suis sentie  (ou j'ai eu envie) l'envie de raconter  différemment ces textes, de laisser  parler les personnages, que ce soit  Marie, Elisabeth Zacharie, mais pourquoi pas l'Ange Gabriel ou même Jésus.

Les textes qui suivent  sont  donc des petits  récits,  récits qui se sont imposés, qui sont venus, sans que j'ai eu trop à réfléchir, mais qui sont remplis  d'harmoniques venant  de  toute  la  Bible.  Ils  sont  liés  aux évangiles proposés par la liturgie tant des dimanches que des messes de semaine.

Comme je l'ai dit, ces récits que je pourrais intituler  "ils racontent", que ce soit  Pierre, Jésus,  la  femme syrophénicienne,  le garde  qui  a été requis pour exécuter Jean dans prison, sont des récits qui s'imposent à moi, après  avoir  "travaillé"  le texte  versets  par  versets.  Il y  a  des répétitions de mots, il y a des verbes, il y a des mots qui me paraissent importants, il  y  a  ces citations  de  l'ancien  testament  que  j'essaye toujours de replacer dans leur contexte.

Il est certain que ma sensibilité de femme, joue beaucoup. Par exemple quand on lit dans Jean la mort de Jésus et qu'on parle des gardes qui viennent briser les jambes des deux qui sont crucifiés en même temps que  Jésus,  je  me  demande  vraiment   pourquoi  leur  infliger  cela: pourquoi ajouter la douleur de ces fractures à la mort par asphyxie qui va suivre? Et quelque part en moi, même si ces hommes "méritaient" comme on dit cette mort, pourquoi ne pas les tuer avec un simple coup de lance? Et quelque part, mon cœur se tord un peu en moi.

Alors oui, j'injecte ma sensibilité. Mais peut-être qu'elle permet de rendre

Extrait du chapitre où un des "soixante-douze" disciples parle :

Depuis qu'il a guéri cet enfant possédé, et qu'il parle ouvertement de ce qui va arriver, même si moi j'espère qu'il se trompe, qu'il ne sera pas condamné à mort mais que le peuple qu'il aime tant le défendra, je dois dire que je ne comprends pas grand chose. 

Et d'abord, comment peut-on ressusciter des morts? Si c'est redevenir vivant pour mourir ensuite, comme le soldat dont le corps a touché les os du prophète Elisée, mais qui est mort comme tout le monde ensuite, je ne vois pas. Alors c'est sûrement autre chose, mais...

Qu'il soit emporté au ciel sur un char de feu, ça ça me plairait bien, mais ce n'est pas son genre. Mais s'il n'y avait que ça.. Il nous en dit des choses!

Il y a le prophète Ézéchiel qui a rapporté cette vision des ossements desséchés qui reprennent vie grâce au souffle de l'Esprit. Peut-être qu'il veut parler de cela: qu'un jour le souffle de Dieu le fera redevenir vivant pour l'éternité, lui qui parle de la vie éternelle; peut-être, mais que c'est difficile! 

Et là, je reviens à tout ce que je ne comprends pas. Il parle d'amputations, si on ne veut pas brûler éternellement dans la géhenne de feu, là où iront lors du jugement dernier ceux qui se détournent du Très Haut. Se couper une main, un pied ou s'éborgner, ça veut dire quoi? À quoi ça sert de se mutiler et en plus c'est interdit par la Tora...

Je suis une psychologue clinicienne, ayant travaillé essentiellement en milieu hospitalier. J'ai travaillé avec de très nombreux enfants et adolescents porteurs de pathologie lourdes.

Depuis la cessation de mon activité, outre la psychologie et la relation d'aide, je m'intéresse au christianisme comme une recherche permettant à l'homme de devenir plus "humain et créateur."

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0

commentaires