Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2019 4 20 /06 /juin /2019 22:55
La Lettre de Béthanie 163

Chers amis

 

 La liturgie et particulièrement la liturgie orthodoxe ne s’aborde pas en premier lieu avec le mental, la réflexion et la raison, mais sollicite l’être dans toute ses dimensions, utilisant une pédagogie à la fois réaliste et charnelle sans cesser d’être spirituelle, celle de nos cinq sens.

Les Pères ont toujours considéré nos sens comme des « fenêtres ouvertes sur l'invisible ». Ils considèrent que Dieu nous les a donnés pour Le voir, pour L'entendre, pour Le humer, pour Le toucher, pour Le goûter... 

Pendant la liturgie nos yeux vivent une véritable mutation du regard. Lorsqu’on entre dans une église orthodoxe, notre vue est amenée d’abord à une sorte d’abstinence des images de l’extérieur. Dans l’église tout semble différent. Les fresques ou les icônes remplissent peu à peu nos yeux, par imprégnation, de la gloire divine. Il y a donc une purification du regard.

L'ouïe, dans le même temps, est sollicitée puisque tout est chanté ! Le chant liturgique a la propriété de nous faire passer du psychique au spirituel. Il va nous détendre, nous libérer des crispations de notre ego  et des soucis de la vie et saisir notre esprit pour porter la Parole chantée au-delà de ses limites audibles.

L'odorat, lui, est sollicité par l'utilisation de l'encens et s'adresse à la mémoire olfactive. Béni par le célébrant, l’encens nous fait expérimenter le mystère divin. Nous humons le parfum du Christ. L'odorat est l'organe du flair et décèle les sympathies et les antipathies, il oriente les désirs. Dans l’église, il contribue à donner un axe à nos pulsions, à nos instincts et mène notre désir vers la Présence.

A mesure que nous plongeons dans cette atmosphère mystérieuse va naître en nous le sens du goût. Il est à son sommet au moment de la communion, quand il n'y a plus rien à dire et que l'Ineffable, Dieu lui-même nous visite. On chante alors le psaume : « Goûtez et voyez combien le Seigneur est bon ! »

Peu à peu une nouvelle manière de goûter se manifeste et s'installe, même en dehors de la liturgie. Une manière plus profonde, plus fine que les Pères du désert désignent par cette admirable expression : « La flamme des choses ».

Le « toucher », lui, est un sens synthétique et global. Nous touchons ou sommes touchés à travers les cinq sens. Le corps tout entier est concerné. En tant que temple de l'Esprit Saint et membre du corps du Christ, notre corps est un lieu d'initiation aux Mystères. A la fin de sa mission terrestre, Jésus n'a pas dit à ses disciples : « Vous penserez à moi »... mais « Touchez-moi ! ».

Nous sommes infiniment plus proches de Dieu par le sentir, le toucher que par la pensée. La moindre pensée, même sur Dieu, est un obstacle à le rencontrer disent les Pères.

Saint Isaac le Syrien au 6e s. disait que la vie éternelle consiste à tout sentir en Dieu, et déjà saint Clément d'Alexandrie au 2e s., invitait les premières générations de chrétiens à pressentir ce qu'est Dieu à travers toute sensation.

La liturgie exerce le corps à se laisser toucher par Dieu et à devenir physiquement conscient de sa présence. Cela se fait par le détail subtil de chacun des sens toujours stimulés et maintenus en état de vigilance ; cela se fait aussi par les grandes attitudes corporelles : debout, l’attitude fondamentale du chrétien, homme ressuscité ; assis, l’attitude de l’écoute ; prosterné, l’attitude de l’humilité, du retournement.

L'homme qui a sa vie ponctuée par une liturgie régulière et qui introduit cette même vigilance dans son existence quotidienne sait que toute action a deux aspects : d’une part, elle est fonctionnelle, on fait quelque chose, et d’autre part, elle est liturgique, car Dieu se manifeste à travers elle.

Aussi la liturgie se prolonge spontanément hors du temple. Elle n’est plus un piétinement ennuyeux d’une heure toutes les semaines, mais le ressourcement d’une attitude, d’une manière d’être là ; elle est une rencontre avec le Bien-Aimé et celle-ci, peu à peu, pourra devenir permanente.

 

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

 

                       Père Pascal

 

Texte à méditer

 

Ce qui était dès le principe, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont palpé du Verbe de vie, oui, la vie a été manifestée, nous l’avons vue et nous en sommes témoins, et nous vous annonçons la Vie éternelle qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue, ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, afin que vous soyez aussi en communion avec nous; et notre communion est au Père et à son Fils Jésus Christ. Nous vous écrivons cela pour que votre joie soit complète. Voici le message que nous avons entendu de Lui et qu’à notre tour nous vous annonçons : Dieu est lumière, en Lui point de ténèbres !

Saint Jean 1.1 à 5

 

 

Prière pour les vacances qui viennent

Nous Te prions Seigneur pour ceux qui sont en voyage : Toi qui es le phare qui guide les égarés, Toi qui es le port et le refuge de ceux qui naviguent, protège Tes serviteurs … qui partent pour un long voyage, écarte de leur route toute embûche, aplanis le chemin devant leurs pas et guide-les, nous T'en prions, écoute-nous et aie pitié de nous.

 

En juin-juillet 2019

vous pourrez vivre à Béthanie
 

Pèlerinage à saint Thiébault

Un pèlerinage pour honorer saint Thiébault et obtenir de lui une guérison. Nous vous proposons de vivre ensemble cette démarche de prière, de foi et de joie par la célébration de la Divine Liturgie pontificale en l’honneur de saint Thiébault et la prière de guérison autour de ses reliques. Visite commentée de la chapelle.

Le dimanche 30 juin 2019 de 10h30 à 17h          

Le Hara, centre vital de l’homme

L’homme porte en lui une Source ineffable de quiétude et de vitalité qui se manifeste dans et par son corps. Pour s’abreuver à cette Source un chemin est offert par l’équilibre des trois centres énergétiques : le hara (la terre), la tête (le ciel) et le cœur (l’homme). C’est une véritable “thérapie initiatique” basée sur la pratique de la vigilance pour goûter la saveur de l’instant présent. Commence alors l’aventure du "toujours nouveau" qui nous arrache à la routine et ouvre notre vie à l’émerveillement.

Du 12 juillet (9h) au 14 juillet 2019 (16h30)

Atelier d’écriture : écrire le corps

On n’écrit pas avec son mental, mais avec son expérience, on n’écrit pas depuis ses connaissances mais depuis son hara, son coeur… Trois jours pour écrire sur et avec « frère corps ». Il sait tout faire, pleurer, rire, étreindre, souffrir, épauler, s’agenouiller… Pour s’approcher de ce corps que l’on a et de ce temple que l’on est.

Du 18 juillet (19h) au 21 juillet 2019 (16h30)

Chanter la liturgie orthodoxe (dans le rite occidental)

La divine liturgie (la messe) est une action commune au cours de laquelle nous sommes amenés à vivre un jeu liturgique entre le clergé, les chantres et les fidèles. Pour vivre le sacrement, nous sommes invités à la fois à entrer dans l’écoute et à exprimer notre louange et notre participation plénière, fondamentale pour la validité du rite. Nous apprendrons le chant des fidèles et contemplerons la structure symbolique de la liturgie.

Du 19 juillet (9h) au 21 juillet 2019 (16h30)    

BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE

Télécharger la lettre en format PDF

Cliquer ICI

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0

commentaires