Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2019 6 13 /07 /juillet /2019 22:55

Icône des saints médecins anargyres

 Une nouvelle race de médecins roumains veut placer la foi au cœur de sapratique, alarmant ceux qui croient que religion et médecine ne font pas bon ménage.

Le cardiologue Ciprian Fisca a à peine dormi pendant son quart de travail de la nuit dernière, et son prochain labeur commence tôt demain matin.

Mais en ce moment, huit heures avant son retour à l'hôpital, il n'y a pas d'autre endroit où il préférerait être que dans la cuisine d'une retraite religieuse, au cœur de la Transylvanie rurale, en train de peler des raiforts.

Le jeune homme de 27 ans se porte volontaire comme cuisinier dans la retraite isolée de Saint Jean l'Evangéliste, pour aider les prêtres à préparer le repas de demain. Parmi le petit groupe qui participe à la restauration, il y a une étudiante en pharmacie et la jeune sœur de Ciprian, qui espère étudier la médecine elle-même.

Le lieu de retraite se compose d'une modeste église entourée de bâtiments d'aspect moderne actuellement en construction, dont une cantine, un centre de conférences et des installations d'hébergement.

La transformation de ce site éloigné laisse entrevoir la renaissance de l'Église orthodoxe roumaine, qui a fait preuve d'une grande force après un demi-siècle de dictature communiste.

Autrefois associée aux personnes âgées et aux ruraux pauvres, l'Église attire aujourd'hui dans les villes des jeunes instruits, y compris un grand nombre de médecins et d'étudiants en médecine.

Photo de groupe prise au camp médical d'Oasa.

Pour une nouvelle génération de médecins roumains dévoués, la foi n'est pas seulement une affaire privée - elle concerne aussi leur travail. "Si vous êtes médecin, Dieu doit être le chef de votre service, dit Ciprian.

L'Église promeut un type de pratique médicale qui combine des enseignements séculaires avec sa position sur les questions contemporaines du style de vie, de la morale et de sexualité.

Les médecins qui suivent cette forme de "médecine chrétienne" approuvent généralement les bienfaits apparents pour la santé de la prière et du jeûne, préconisés par l'Église [...]

Cela a alarmé de nombreux membres de la profession médicale qui croient que la religion et la médecine ne devraient pas se mélanger.

Ces critiques considèrent que l'opposition de l'Église à l'avortement et à la contraception est incompatible avec l'éthique médicale moderne, et ils se méfient de son enthousiasme pour des thérapies alternatives ou relativement peu éprouvées comme la prière et le jeûne.

Gabriel Diaconu, psychiatre et commentateur pour Viata Medicala, le journal médical le plus lu en Roumanie, affirme que si les médecins ont le droit d'être religieux, la foi doit être exclue de leur pratique.

"Il y a des médecins qui jouent pour des orchestres classiques pendant leur temps libre, mais ils n'apportent pas leur violoncelle dans la salle d'opération", dit-il.

La foi et la nation roumaine

La retraite de Saint Jean l'Evangéliste est gérée par les moines du monastère d'Oasa, en haut dans les Carpates.

Depuis plus d'une décennie, les moines organisent des camps d'été annuels pour les jeunes Roumains pieux qui cherchent à mieux comprendre leur foi et à goûter à la vie monastique.

Après avoir commencé par un ou deux camps, les moines organisent aujourd'hui une dizaine d'événements de ce type chaque année, accueillant plus d'un millier d'invités, âgés de 18 à 30 ans.

Cette année, pour la première fois, les moines ont accueilli un camp exclusivement réservé aux médecins et aux étudiants en médecine.

Ciprian était l'un des 170 invités. Aimable et bien barbu, il porte un chapelet à son poignet et a longtemps renoncé à regarder la télévision pour se consacrer à la médecine et au bénévolat. Il décrit Oasa comme "son lieu de naissance spirituel".

Une journée moyenne au camp commence et se termine par un office religieux. Une partie du programme est consacrée à des conférences sur des thèmes religieux et à des cours de musique biblique et de chant patriotique.

Les invités peuvent également se voir confier des tâches telles que couper du bois et nettoyer les toilettes. Les repas sont frugaux et la conversation à l'heure des repas est découragée.

Il n'y a pas de télévision ni d'Internet, et l'utilisation de téléphones portables est pratiquement impossible, étant donné la faible couverture. A 21h30, les lumières sont éteintes. Les hôtes dorment dans des dortoirs aux sexe séparés.

Oasa semble bien loin des bouleversements politiques et économiques quotidiens de la Roumanie. Les matins d'été, l'air frais des montagnes sent le pin et l'herbe fraîchement tondue. Si la Troisième Guerre mondiale éclatait, les nouvelles arriveraient probablement ici en dernier.

La proposition d'un camp pour médecins et étudiants en médecine a été avancée par Teodora Span, une femme distinguée d'une vingtaine d'années de la ville de Sibiu.

Elle a eu cette idée après avoir remarqué combien d'invités aux camps d'été réguliers étaient des étudiants en médecine, comme elle.

Bien que son père soit prêtre, Teodora dit qu'elle ne se considérait pas comme une chrétienne dévouée jusqu'à ce qu'elle commence à visiter Oasa quand elle était adolescente et qu'elle " commence à penser sérieusement à la foi et la nation roumaine."

Au monastère, elle conduit les invités aux répétitions de chants patriotiques, démontrant un don pour le chant.

"Les systèmes scolaires te lavent le cerveau"

Le programme du camp des étudiants en médecine comprenait un atelier sur les techniques de premiers soins, ainsi que des conférences sur l'avortement, les liens entre l'alimentation et la maladie, le mode de vie chrétien orthodoxe et l'émergence d'un " nouveau paradigme " dans le traitement du cancer.

L'orateur vedette était le Dr Pavel Chirila, médecin et entrepreneur de 71 ans, connu pour ses croyances chrétiennes conservatrices et pour sa clinique de Bucarest offrant des traitements homéopathiques - une forme de médecine alternative qui a été démystifiée par des études récentes.

Le médecin est un critique virulent du programme gouvernemental de vaccination contre la rougeole, bien qu'il ait évité d'en parler dans son exposé. Cette année, la Roumanie a connu sa pire épidémie de rougeole depuis des décennies. Quelque 10 000 personnes ont été infectées par le virus et 35 sont décédées, la plupart des nourrissons.

Chirila a donné une conférence de grande envergure, couvrant des conseils sur le mode de vie et les thérapies contre le cancer. Il a également parlé de l'homosexualité comme d'une source de nombreuses maladies, la décrivant comme une "tendance" promue par l'Occident.

Chirila est l'un des membres fondateurs de la Coalition pour la famille, une initiative civique conservatrice qui tente de modifier la constitution pour définir le mariage exclusivement comme une union entre "un homme et une femme", rendant ainsi le mariage homosexuel impossible en Roumanie.

Conférence au camp médical d'Oasa.

Un autre conférencier du camp d'Oasa, le biophysicien Virgiliu Gheorghe, s'est attaqué à l'enseignement médical général.

"Tous les systèmes scolaires sont faits pour vous laver le cerveau", a-t-il dit à l'auditoire. Dans un enregistrement audio de la conférence entendue par BIRN, Gheorghe a également parlé du jeûne comme thérapie pour des maladies comme la schizophrénie et le cancer.

L'essor de la "médecine chrétienne" est un "pas en arrière", selon le Dr Mihai Craiu, professeur de pédiatrie à l'Université médicale Carol Davilla de Bucarest.

Chrétien pratiquant lui-même, il décrit la médecine moderne comme un don de Dieu et critique l'arrogance de ceux qui préconisent des traitements fondés sur des croyances anciennes.

"Je ne pense pas qu'aucune des religions fondamentales du monde n'interdise le progrès médical ", a-t-il dit à BIRN.

M. Diaconu, psychiatre et commentateur de Viata Medicala, affirme que tous les médecins ont le droit d'exprimer leur opinion, mais qu'il n'était pas éthique de le faire sans fournir de preuves solides.

"La diffusion d'informations sans preuve médicale est contraire aux bonnes pratiques", a-t-il déclaré.

Et si les médecins ont aussi le droit de participer à des retraites spirituelles, il a dit qu'ils ne devraient pas remplacer la pratique médicale par la "pseudo-médecine".

Lors d'entretiens téléphoniques avec BIRN, Gheorghe et Chirila ont défendu leurs conférences à Oasa, se présentant comme des partisans d'une approche plus spirituelle de la médecine qui était impopulaire auprès des milieux médicaux.

M. Gheorghe a déclaré à BIRN qu'il n'avait pas plaidé en faveur du jeûne comme substitut aux traitements conventionnels du cancer tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie. Au contraire, dit-il, le jeûne pourrait être une thérapie complémentaire, en complément de ces traitements.

Il a également rejeté toute suggestion qu'il faisait la promotion de la pseudo-science, affirmant que cette étiquette était couramment utilisée pour déprécier la recherche qui n'avait pas été approuvée par les grandes compagnies pharmaceutiques.

Chirila a également rejeté toute suggestion selon laquelle il pratiquait la pseudo-science, malgré les nombreuses études médicales récentes qui mettent en doute la valeur thérapeutique de l'homéopathie.

"C'est leur problème, pas le mien", a-t-il dit, de ses critiques.

"Je me fiche de savoir qui conteste mes méthodes. Je conteste moi-même tout médicament qui a des effets secondaires si forts qu'il tue un patient sous vos yeux."

Interrogé sur sa position sur l'homosexualité, Chirila a dit qu'il n'avait aucun "ressentiment" envers les homosexuels et les traitait avec "empathie".

Néanmoins, les opinions qu'il a exprimées dans sa conférence sont partagées par ceux qui ont participé au camp. "L'homosexualité n'est pas naturelle, dit Ciprian. "C'est anormal."

De tels points de vue ont suscité l'inquiétude dans les cercles laïques et libéraux. Si les critiques ne contestent pas le droit d'un médecin de pratiquer sa foi en privé, ils voient l'essor de la "médecine chrétienne" comme une menace pour la science et la société. Ils accusent l'Église d'essayer de promouvoir son programme conservateur par le biais de la profession médicale.

"Tant que les croyances chrétiennes des étudiants en médecine sont une affaire personnelle, ce n'est pas un problème ", dit Toma Patrascu, président de l'Association roumaine humaniste et laïque.

"Mais lorsqu'une centaine de personnes ont la même attitude au même endroit, il ne s'agit plus d'un problème personnel, mais d'un problème public. Une confédération est plus que la somme de ses parties. Elle a sa propre volonté."

Un porte-parole de l'Archiépiscopat d'Alba Iulia, qui supervise le monastère d'Oasa, a rejeté les craintes concernant l'endoctrinement des étudiants en médecine, affirmant que le camp d'été ne faisait que remplir une mission évidente.

"Nous représentons l'Eglise, donc nous promouvons les valeurs morales et culturelles bien connues de l'Eglise et du Christianisme", a déclaré le prêtre Oliviu Botoi à BIRN.

"Nous ne pourrions pas présenter une conférence sur les principes de l'athéisme, par exemple."

Il a ajouté que les jeunes avaient le droit de promouvoir "des principes enracinés non seulement dans une tradition roumaine, mais dans une tradition européenne - une tradition chrétienne".

Les incubateurs du nationalisme

La "médecine chrétienne" prend de plus en plus d'importance en Roumanie. Le domaine commande sa propre section dans les librairies et ses praticiens de premier plan font des apparitions très médiatisées dans les conférences et sur les écrans de télévision, citant la Bible pour soutenir leurs revendications sur les bienfaits thérapeutiques de la prière et du jeûne, ou pour attaquer les péchés d'avortement et d'homosexualité.

La popularité de la "médecine chrétienne" peut être considérée comme une facette locale d'une grande tendance historique - la renaissance de l'Église orthodoxe dans les pays d'Europe de l'Est qui étaient autrefois sous le régime communiste.

[...]

Développer la spiritualité d'un patient

Plusieurs anciens élèves d'Oasa ont créé des groupes de jeunes dans leur ville natale, inspirés par leur séjour au monastère.

A Sibiu, Teodora dirige maintenant un groupe qui fait du bénévolat pour les personnes âgées et organise des voyages à Oasa. Elle dit que dix des 80 membres actifs du groupe sont des étudiants en médecine.

Ciprian dirige un groupe similaire dans sa ville, Targu Mures, où 40 des 55 membres sont des étudiants en médecine.

Des groupes de ce type ont également été créés dans les villes de Timisoara et Cluj, les étudiants en médecine représentant environ un cinquième des membres.

Les facultés de médecine ne recueillent pas de données qui montrent combien de leurs étudiants sont actifs dans l'Église, et leur nombre, par rapport au total, est considéré comme assez faible.

Néanmoins, la participation au camp d'été de cette année, ainsi que la création de groupes de jeunes par les anciens d'Oasa, témoignent de l'intérêt croissant pour la "médecine chrétienne".

"Essayez d'introduire un cours de médecine chrétienne [à l'université] et vous pourriez être surpris par le grand nombre de participants ", dit Bogdan Matei, un professeur adjoint de physiologie à Bucarest.

Chrétien dévot lui-même, il affirme que la formation spirituelle d'un médecin "peut aider à développer la spiritualité du patient".

Matei lie le développement de sa foi religieuse à sa perte de confiance dans un établissement médical qu'il croit être sous l'emprise des grandes firmes pharmaceutiques.

"Je suis devenu médecin parce que je voulais guérir les gens, mais j'ai perdu cette vision romantique après six ans d'études en médecine ", dit-il. Il est également devenu désabusé par ce qu'il considère comme la négligence de l'âme par la médecine traditionnelle.

Lacunes dans le système

Les omissions et les carences de l'establishment médical roumain pourraient bien être un facteur à l'origine de l'essor de la "médecine chrétienne".

Les facultés de médecine roumaines ont été secouées par une série de scandales très médiatisés, des professeurs supérieurs étant accusés de fraude financière et d'exiger des pots-de-vin et des faveurs sexuelles à leurs étudiants.

"Les jeunes médecins se heurtent à une guilde accusée de pots-de-vin, de corruption, de crime et de vol ", explique M. Diaconu.

Depuis le début du siècle, plus de 15 000 médecins roumains ont émigré à l'étranger - un exode que l'on attribue en partie à l'image ternie de la profession. Comme certains étudiants désabusés ont émigré à l'étranger, d'autres ont demandé conseil à l'Église.

"La Roumanie n'accueille pas ses médecins, dit M. Diaconu. "Quand tu te sens rejeté et qu'un prêtre vient te dire : "J'ai cette retraite", tu pars, parce que c'est bon d'appartenir et de se sentir accueilli."

Le dogme religieux semble combler les lacunes du système éducatif en répondant aux besoins et aux questions négligés en classe.

Les médecins et les étudiants en médecine interrogés par BIRN ont déclaré que leur formation médicale avait renforcé leur foi, plutôt que de la remettre en question.

Ils disaient que la complexité de la forme humaine, telle que révélée dans les cours d'anatomie, était la preuve d'un Créateur divin - un argument commun pour l'existence de Dieu, connu comme la théorie du "dessein intelligent".

Ils estimaient également que les cours d'éthique dans les facultés de médecine ne tenaient pas compte des implications spirituelles de questions délicates comme l'avortement ou l'euthanasie.

Maria Aluas, chargée de cours en bioéthique à l'Université de médecine Iuliu Hatieganu de Cluj, l'a confirmé : "L'avortement est une question de morale et nous n'y faisons pas face."

L'avortement est un sujet particulièrement douloureux en Roumanie. Cette pratique a été interdite par le régime communiste en 1966, de même que la contraception.

Les médecins qui pratiquent des avortements sont emprisonnés et les femmes qui le souhaitent doivent recourir à des méthodes dangereuses.

Quelque 10 000 femmes en sont mortes et plus de 100 000 enfants non désirés ont été remis à des orphelinats décrépits de l'État.

L'avortement et la contraception ont été légalisés après la révolution de 1989. Toutefois, les médecins sont libres de refuser d'effectuer certaines procédures, telles que les avortements, qui sont contraires à leur moralité personnelle, comme c'est également le cas dans des pays comme le Royaume-Uni et les États-Unis.

Ciprian soutient que les médecins chrétiens ne sont pas confrontés quotidiennement à des tests de leurs croyances religieuses, car les cas d'avortement ou d'euthanasie sont rares.

Sa foi, dit-il, a une influence subtile et bienveillante sur sa pratique. Cela le rend plus consciencieux, et lorsque le patient est aussi chrétien, cela crée un lien automatique.

Ciprian croit fermement qu'une vie spirituelle saine peut aider le processus de guérison. Parfois, il peut en discuter avec le patient, mais seulement s'il repère les marqueurs de la foi, comme un livre de prières à côté du lit d'hôpital ou un chapelet au poignet du patient - comme celui qu'il porte.

Sorana Stanescu


Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
ORTHOCHRISTIAN
citant
BALKANINSIGHT

https://orthodoxologie.blogspot.com/

Partager cet article

Repost0

commentaires