Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 23:54
Ils ont prophétisé la venue de Christ

Il existe de nombreuses prophéties de l’Ancien Testament concernant Jésus-Christ. Certains exégètes ont répertorié plusieurs centaines de prophéties messianiques. Voici celles qui sont considérées comme les plus claires et les plus importantes.

Sur la naissance de Jésus

Isaïe 7.14 : « Voilà pourquoi c’est le Seigneur lui-même qui vous donnera un signe : la vierge sera enceinte, elle mettra au monde un fils et l’appellera Emmanuel. »

Isaïe 9.5 : « En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule ; on l’appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. »

Michée 5.1 : « Et toi, Bethléhem Éphrata, qui es petite parmi les villes de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël et dont l’origine remonte loin dans le passé, à l’éternité. »

David prédit l'adoration des mages : Des rois de l'Arabie et de Saba lui apporteront des présents.

Noël est l’occasion de méditer sur l’accomplissement de la Parole prophétique annonçant la venue du Sauveur et Seigneur Jésus Christ. Des dizaines de prophéties messianiques ont eu leur parfait accomplissement en la naissance de Jésus.

En voici cinq d'entre elles expliquées dans leur contexte:

1. Né de la tribu de Juda

La plus ancienne prophétie sur l’origine tribale du Messie se trouve dans le livre de la Genèse, 1400 ans avant notre ère : « Le sceptre ne s'éloignera point de Juda, ni le bâton souverain d'entre ses pieds, jusqu'à ce que vienne le Schilo, et que les peuples lui obéissent » (Genèse 49:10).

Les juifs conservaient avec diligences des généalogies pour préserver leurs origines tribales. Les généalogies des douze tribus d’Israël avaient grande importance à cette époque. C’est pourquoi, certains chrétiens du premier siècle convertis du Judaïsme étaient tentés de continuer à argumenter comme leur contemporains sur ces sujets (1 Timothée 1:4; Tite 3:9), puisque toutes les tribus n’avaient pas le même honneur et les mêmes promesses (Genèse 49).

Les évangiles selon Luc et selon Matthieu décrivent de façon détaillée les ancêtres du Christ, reliant son origine paternelle et maternelle à la tribu de Juda (Luc 3:23-34 ; Matthieu 1:1-16). Fait remarquable de la providence divine, il n’y a aujourd’hui plus aucunes traces des généalogies des tribus d’Israël, car elles furent complètement brulées lors de la destruction de Jérusalem par les Romains en 70 après J-C.

Pourquoi est-ce digne d’importance ? Car seul Jésus Christ peut donc être le Messie ! En effet, plus personne ne peut être identifié aujourd’hui comme provenant de la tribu de Juda, or Il était le premier et le dernier à avoir clamé être le Messie en accomplissant les prophéties messianiques. Or, Dieu Tout-Puissant a décrété que de la tribu de Juda devait naitre le plus grand des rois.

2. Né descendant du Roi David

Au sixième siècle avant J-C, le prophète Jérémie déclarait : « Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où je susciterai à David un germe juste ; Il régnera en roi et prospérera, Il pratiquera la justice et l'équité dans le pays » (Jérémie 23:5).

Cette alliance davidique se trouvant au septième chapitre du deuxième livre de Samuel est la raison pour laquelle nous attendons le retour du Christ pour l’établissement de son règne terrestre lors du millenium. Le royaume culminera en l’établissement des nouveaux cieux et de la nouvelle terre pour un règne éternel (Apocalypse 20-22). Les juifs avaient cette attente, c’est pourquoi certains acclamèrent le Christ en ces mots : « Hosanna au Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux très hauts ! » (Matthieu 21:9).

3. Né à Bethléem

Selon la parole divine donnée par le prophète Michée entre 750 et 686 avant J-C, le Messie ne serait pas né dans la capitale d’Israël, ni dans une grande ville, mais dans une petite ville nommée Bethléhem : « Et toi, Bethléhem Éphrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël, et dont l'origine remonte aux temps anciens, aux jours de l'éternité » (Michée 5:2).

Ce Messie qui dominerait sur Israël et sur toutes les nations, et dont l’origine est éternelle n’est autre que Jésus Christ, le Créateur qui était présent avant le commencement de l’univers (Jean 1:1,14,17 ; Colossiens 1:16-17). Pourtant, la naissance du Messie eut lieu à Bethléhem, une ville simple et sans prétention à quelques dix kilomètres au sud de Jérusalem.

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Éternel » (Esaïe 55:8). Les rois choisissent le luxe et toutes ses extravagances, Christ, le Roi des rois naquit « dans une crèche, parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie » (Luc 2:7b).

Cette ville dont le nom signifie « maison du pain » avait été choisie pour demeurer à jamais dans les mémoires comme le lieu de naissance de Celui qui dira en vérité : « Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde » (Jean 6:51).

Michée poursuit sa prophétie avec force : « C'est pourquoi il les livrera jusqu'au temps où enfantera celle qui doit enfanter, et le reste de ses frères reviendra auprès des enfants d'Israël. Il se présentera, et il gouvernera avec la force de l'Éternel, avec la majesté du nom de l'Éternel, son Dieu : et ils auront une demeure assurée, car il sera glorifié jusqu'aux extrémités de la terre » (Michée 5:3-4). Et, la naissance dont il est question au début de ce texte n’aurait rien d’ordinaire, comme l’indiquait une autre prophétie.

4. Né d’une vierge

Près de sept siècles avant J-C., Esaïe prophétisa : « C'est pourquoi le Seigneur, lui, vous donnera un signe: Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel » (Esaïe 7:14, version Darby). Notons que les miracles ont toujours étaient rares, par définition. C’est pourquoi lorsque Marie apprit cette nouvelle, elle en fut la première surprise :

« L'ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin. Marie dit à l'ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme ? » (Luc 1:30-34).

La réponse à sa question se trouve dans la puissance de Dieu : « L'ange lui répondit : Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu » (Luc 1:30-35). Christ est né du sein de Marie alors qu’elle était encore vierge, grâce à la conception miraculeuse de son corps par puissance du Saint-Esprit.

Pourquoi était-ce nécessaire ? Tout d’abord rappelons-nous que le Christ est Dieu, et que de ce fait Il est éternel. L’incarnation par la puissance du Saint Esprit était donc nécessaire, non pas pour donner la nature divine au Christ, mais pour que le corps se développant ensuite au sein de Marie soit exempt du péché originel. Christ n’est pas né de deux parents mortels (Joseph n’était pas son père biologique) car sinon il aurait été pécheur, son corps aurait été souillé du péché dès sa conception (Psaume 51:5), et Il n’aurait pas pu sauver les fidèles en mourant pour leurs péchés.

5. Né pour sauver le pécheur

Pour finir, à Noël nous célébrons le Christ né pour sauver le pécheur, né pour mourir à notre place sous la colère de Dieu. Ce si grand salut fut prophétisé également dans le Nouveau Testament par Zacharie, le père de Jean-Baptiste :

« Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'il a visité et racheté son peuple, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, son serviteur, comme il l'avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens, - un Sauveur qui nous délivre… » (Luc 1:67-71a). C’est la raison pour laquelle on donna à l’enfant « le nom de Jésus ; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Matthieu 1:21), car Jésus signifie « Dieu sauve ».

Dieu ne laisse rien au hasard, ce qu’Il avait annoncé par la bouche des saints prophètes s’est accompli précisément lors de la venue de Jésus Christ. Puisque la véracité des prophéties messianiques fut absolue concernant de la première venue du Christ, nous pouvons donc attendre avec certitude sa seconde venue prophétisée dans le Nouveau Testament et dire avec l’apôtre Jean :

« Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! » (Apocalypse 22:20).

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0

commentaires