Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 22:55

Chers amis,
 

  « L'attitude réaliste envers l'existence est fondamentalement le respect et non le mépris, l'adoration et non l'impiété, la louange et non le blasphème. » F. SCHUON

 

Sommes-nous vraiment toujours « réaliste » envers l'existence ?

 

L'homme semble souvent « obnubilé » par le monde des objets et de plus en plus englouti par la technologie, au point de perdre le sens même de cette vie si précieuse qui lui a été donnée. Nous vivons dans un monde où règne en maître la frustration de n'en avoir jamais assez, pas assez de jouissance, pas assez de possession, pas assez de puissance ou de pouvoir.

 

Or, lorsque le moi existentiel est gouverné par cette recherche de jouissance, de possession et de puissance, nous devenons sourds et aveugles et notre mental est comme un manège qui tourne sur lui-même et qui nous saoule du matin au soir, et jusque dans notre sommeil...

 

Ceci a pour effet immédiat de nous obscurcir l'esprit et de nous couper de notre capacité de présence et de discernement. La clé de la libération des chaînes de l'égo se trouve dans le discernement, c'est à dire en fait dans l'éveil de l'intelligence du cœur.

 

Nous venons de célébrer la fête de la Pentecôte. Sommes-nous bien conscients de la grâce reçue et de la vraie puissance des dons du Saint Esprit qui œuvrent en nous pour faire croître notre être essentiel ?

 

Les « langues de feu » symbolisent « l'incendie » de notre verbe intérieur qui fait de nous des témoins du Verbe éternel. Les langues se délient pour annoncer la bonne nouvelle ; ce qui veut dire « témoigner » que « l'attitude réaliste envers l'existence est fondamentalement le respect, l'adoration et la louange. »

 

Ce témoignage est aussi un martyr pour notre égocentrisme, qui est d’autant plus puissant qu'il est si souvent ignoré.

 

Un jour, un prince donna à Ibn Arabî un palais, et celui-ci le donna peu après à un mendiant. Selon la mentalité de notre monde, cela peut sembler absurde, mais quand Ibn Arabî fait don à un pauvre d'une maison de luxe, il ne voit que l'aspect « vertical » de la situation, à savoir la vanité des richesses et la beauté de la générosité.

 

Mais il y a autre chose et qui n'est pas de moindre importance ; les saints, par leur façon d'agir « à l'extrême », tentent de manière « sacrificielle », de compenser par des exagérations spectaculaires, les innombrables souffrances d'un monde coupé de sa source intérieure et vivant inexorablement dans la médiocrité d'une existence qui a perdu ses véritables valeurs.

 

Nous sommes tous appelés à vivre selon cette vérité intérieure qui nous enracine littéralement en Dieu, dans l 'amour du Christ. « Soyez enracinés et fondés dans l'Amour. » nous dit saint Paul.

 

La crise que nous traversons aujourd'hui est essentiellement spirituelle. Nous avons oublié qui nous sommes ; cette perte d'identité nous rend fou. Le monde s'est, semble-t-il, endormi dans l'horizontalité dans laquelle chacun s'enlise plus ou moins, pour protéger ses acquis et pour se protéger des ennemis extérieurs.

 

« Nous sommes en guerre » avons-nous entendu ; oui ! Mais de quelle guerre s'agit-il ?  Certes, il peut y avoir un ennemi extérieur, ou considéré comme tel, mais nous perdons de vue bien souvent que la « grande guerre » est de combattre notre léthargie spirituelle par la vertu des dons du Saint Esprit et par notre ascèse personnelle, les deux étant en synergie.

 

Cette ascèse personnelle est fondée sur deux piliers : la prière liturgique qui est une prière de louange et d'actions de grâce, et la prière respiration ou prière silencieuse qui est « d’être là, face à son Seigneur, sans but ni esprit de profit... » ...se laisser aimer !

 

En fin de compte, quel que soit les difficultés que nous rencontrons sur notre chemin de vie, seule demeure la présence du Christ qui nous invite à chaque instant à « déposer » nos soucis et à reprendre inlassablement la bonne direction qui est de « chercher d'abord le royaume des cieux et sa justice » ; et ce royaume des cieux faut-il le rappeler, est à l'intérieur de nous.

 

Je vous dis toute mon amitié en Christ !

 

Père Francis

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires