Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 21:37

La cathédrale d'Oviedo en Espagne, conserve depuis le XIe siècle, un linge de lin de 84 cm sur 53 cm, vénéré comme étant une composante du Suaire du Christ
( Sudario del Señor : Actas del 1 Congreso Internacional sobre El Sudario de Oviedo. Publié par le Centre Espagnol de Sindonologie, Valence, 1996, 494pp. ).

Ce linge ne comporte aucune image mais de nombreuses taches de sang et de liquides physiologiques.  Une étude scientifique aussi rigoureuse que celle qui a été menée sur le Linceul, en 1978, par l'équipe américaine du STURP, a été menée par des scientifiques espagnols, assistés par des membres du STURP.

Le Soudarion de la cathédrale d'Oviedo.

La composition des taches indique que l'homme dont le visage a été recouvert par le linge, est mort crucifié.
Ces liquides se sont en grande partie écoulés du nez et de la bouche lorsque le corps fut descendu de la croix.
La disposition des taches montre que le Soudarion a été enlevé puis replacé sur le visage à cinq reprises, comme l'indiquent les cinq groupes de taches, en dégradé, retraçant les différentes stations de la mise au tombeau.
Des expériences menées sur un modèle vivant ont montré que l'homme, au moment de la mort, était en position verticale, la tête penchée avec un angle de 70 degrés vers l'avant et de 20 degrés vers la droite, ce qui indique qu'il a été crucifié.
On distingue sur le linge, de petits trous provoqués, soit par des agrafes, soit par des épines et des altérations superficielles de la surface du linge pourraient être dues à la présence de vinaigre ( n'a-t-on pas donné au Christ du vinaigre en guise de boisson lors de la passion ? ).

 


Superposition d'un groupe de taches présent sur le Soudarion au schéma du visage du Linceul
(in "Sudario del Señor" édité par le Centro español de Sindonologia)

L'étude du Soudarion procure suffisamment d'indications pour suggérer qu'il a été en contact avec l'homme du Linceul pendant son supplice.
La première coïncidence est la présence de sang du groupe AB sur les deux linges ( voir chapitre 1 - Le Saint Suaire ).

La longueur du nez calculée d'après les taches du soudarion est la même que celle du nez de l'homme du Linceul.
En superposant les taches du soudarion au visage du Linceul, on est frappé par la concordance qui se dégage de cette superposition.
Par projection superposée d'images polarisées des deux reliques, le Docteur Alan Wangher, a relevé 70 points de coïncidence entre elles.
Il faut savoir qu'une quinzaine de points de coïncidence suffisent pour authentifier des empreintes digitales.
Ces points indiquent que le soudarion d'Oviedo a recouvert le même visage que le Linceul de Turin et que les deux linges ont, dès lors, la même antiquité.

Il a été ôté avant que le crucifié ne soit mis dans le Linceul et mis à part, à une autre place, car sinon, il aurait fait obstacle à la formation de l'image. Le soudarion présente de nombreux plis, clairement identifiés à la lumière rasante, qui correspondent à ceux que l'on obtient en plaçant une serviette autour d'une tête.
En l'ôtant ensuite par le sommet, la serviette, une fois déposée, demeure enroulée sur elle-même... .
Ceci évoque, avec une troublante précision, le "suaire qui avait couvert la tête de Jésus, roulé, non pas avec les linges mais à part, à une autre place" (Jean 20, 7)

extrait de http://anagogie.online.fr/1-reliques.htm

Partager cet article

Repost0

commentaires