Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 18:22

Seigneur, mystère très doux de mon âme, comme ce monde est léger quand avec Toi sur la balance je le soupèse !

D'un côté de la balance, un lac d'or fondu, et de l'autre, un nuage de fumée.

Tous mes soucis, avec mon corps et ses crampes folles de douceur et d'amertume, que sont-ils sinon fumée, sous laquelle nage mon âme dans le lac d'or ?

Comment confesser aux hommes le mystère, que je regarde à travers les cercles de Tes archanges ? Comment parler en fragments de la totalité ? Comment les ongles sur les doigts comprendraient-ils la circulation du sang dans le corps ? Vraiment, il est pénible pour celui qui reste sans voix de parler à ceux qui sont assourdis par le vacarme.

La naissance fut d'abord, puis la création. De la même façon que naît la pensée prodigieuse en l'homme, imperceptiblement et mystérieusement, et que la pensée engendrée est crée, ainsi est né imperceptiblement et mystérieusement en toi l'Homme universel, le Fils unique de Dieu, qui, ensuite, créa tout ce que Dieu pouvait créer.

Dans la quiétude de ta virginité, par l'action du Saint-Esprit, le Fils a été engendré. C'est la naissance de Dieu d'en-haut.

Extrait de
Prières sur le lac
Nicolas Vélimirovitch (Saint Nicolas de Jitcha dans l'Eglise orthodoxe serbe)
L'age d'homme

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Textes
commenter cet article

commentaires