Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 23:33
Selon la doctrine officielle de l'Eglise catholique, il n'y a que l'âme qui survit après la mort biologique, une âme qui doit attendre l'Avènement ultime de Jésus à la fin des temps, pour retrouver son corps. Ce scénario n'est pas très cohérent avec les manifestations du Christ pascal, ni même avec l'ensemble de l'anthropologie biblique. On peut se demander si le christianisme ne s'est pas laissé un peu contaminer par le « dualisme platonicien » pour qui l'âme est une entité spirituelle, autonome, prisonnière du corps.

Nous avons vu que, selon la tradition biblique (comme chez saint Paul), la structure de l'homme est ternaire. Il y a le corps, l'âme et l'esprit. Le corps et l'âme sont les deux éléments indissociables qui constituent ensemble l'homme vivant, la personne humaine. Le mot « chair » pour un Sémite est plus qu'un « morceau de viande », mais désigne justement la totalité de l'être humain dans sa condition limitée et mortelle.

L'évangile de Jean ne dit pas que le Verbe s'est fait corps ou âme, mais qu'il s'est fait «chair» c'est-à-dire homme (Jn 1, 14).

La foi chrétienne n'a donc rien à voir avec le dualisme platonicien ou cartésien, selon lequel notre corps ne serait qu'une enveloppe, ou une usine biochimique, autonome, sans aucun lien avec l'âme. Aristote, et plus tard saint Thomas d'Aquin, ont décrit l'« âme » comme la «forme», l'énergie qui informe, structure la matière de notre corps. Quant le Credo dit : « Je crois en la résurrection de la chair », il signifie : «Je crois en la résurrection de la personne.»

Selon l'anthropologie biblique, le troisième élément constitutif de notre être-homme est l'esprit (ruah), entité spirituelle qui est le Souffle de Dieu qui anime notre âme - l'âme de notre âme - et qui nous permet d'entrer en relation avec lui. Principe spirituel et immortel.

Ces différents éléments qui structurent l'homme, le corps, l'âme et l'esprit, ne sont pas trois pièces de mécano, mais trois réalités qui se compénètrent pour former indissociablement l'homme vivant.

La manifestation pascale du Christ, incarné et ressuscité, confirme que la permanence d'un corps est constitutif de l'être-homme.

Cela dit le corps du Christ ressuscité n'est pas la simple projection dans l'au-delà de son corps biologique.

Michel Hubaut
Du corps mortel au corps de lumière

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Textes
commenter cet article

commentaires