Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 13:34

La grande et triste erreur de quelques uns, même bons, c'est de s'imaginer que ceux que la mort emporte nous quittent.

Ils ne nous quittent pas. Ils restent.

Où sont-ils ? dans l'ombre ?

Oh non I C'est nous qui sommes dans l'ombre !

Eux sont à côté de nous, sous le voile, plus présents que jamais. Nous ne les voyons pas parce que le nuage obscur nous enveloppe ; mais eux nous voient. Ils tiennent leurs beaux yeux pleins de gloire arrêtés sur nos yeux pleins de larmes. O consolation ineffable ! Les morts sont des invisibles, ce ne sont pas des absents !

J'ai souvent pensé à ce qui pourrait le mieux consoler ceux qui pleurent ; le voici :

C'est la foi à cette présence réelle et ininterrompue de nos morts chéris.

C'est l'intuition claire, pénétrante que, par la mort, ils ne sont ni éteints, ni éloignés, ni même absents, mais vivants près de nous, heureux, transfigurés et n'ayant perdu, dans ce changement glorieux, ni une délicatesse de leur âme, ni une tendresse de leur cœur, ni une préférence de leur amour ; ayant, au contraire, dans ces profonds et doux sentiments, grandi de cent coudées.

La mort pour les bons est la montée éblouissante dans la lumière, dans la puissance et dans l'amour.

Ceux qui, jusque là, n'étaient que des hommes ordinaires deviennent parfaits ; ceux qui n'étaient que beaux deviennent bons ; ceux qui étaient bons deviennent sublimes !



Mgr Bougaud

 autres textes

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc-Elie - dans Textes
commenter cet article

commentaires