Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 18:59

Le mendiant-
Il porte le ciel et la terre
pour habit d'été

Takarai Kikaku

Sur la pointe d'une herbe
devant l'infini du ciel
Une foumi

Hôsai

 

Le temps d'un souffle (un haïku, selon la règle, ne doit pas être plus long qu'une respiration), le poême coïncide tout à coup avec notre exacte intimité, provoquant le plus subtil des séismes.

Selon Bashô, un poême achevé doit révéler - dans le même temps - l'immuable, l'éternité qui nous déborde ( fueki ) et le fugitif, l'éphémère qui nous traverse ( ryûko ) ...

Le haïku , un instant-poême ... ravissement soudain dans l'imprévisible ... trésaillement complice ... éclosion spontanée d'une fleur de sens ... un exercice spirituel, au sens où il approfondit le " spiritus ", c'est à dire le souffle, du monde en nous ... poême-lâcher-prise ... "folle sagesse " mise en poésie ... éthique de l'amour sublime ... parole vivante et champ d'énergie ... suggérer un état intérieur sans le décrire ( yûgen ) ...

Haïku. Anthologie du poême court japonais
Corinne Atlan et Zeno Bianu
NRF Gallimard

 haïku

Partager cet article
Repost0

commentaires