Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 14:26

Dans mes bras, cette nuit, l'arrachement ultime!
Mourir est un travail affreux qui mérite salaire :
à la fin du combat descend une grande paix.
Ma chère Evy est morte, le plus vif de moi-même ;
nous ne danserons plus, corps à corps vers l'abîme -
la solitude seule m'en ouvrira la porte,
et l'espoir d'être unis dans le coeur de la nuit.

En te caressant lentement les seins et ton doux ventre,
Evelyne - Sarah, ma femme bien-aimée,
la très chère compagne de ma longue vie,
là-bas, dans l'infini, je te prendrai de nouveau
pour ma jeune épousée au tréfonds de mon être :
" Car l'amour, dit le Cantique, est fort comme la mort. "

Attends-moi dans la nuit
où tu sommeilles en paix.

Claude Vigée
le jour de la naissance au ciel de son épouse

Le poête des lumières

Partager cet article

Repost0

commentaires