Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 00:22

(Un abbé interpelle sa communauté qui ne se met à écouter son sermon que quand il se met à leur raconter une histoire chevaleresque des temps légendaires du roi Arthur)

Et pourtant, la parole de Dieu vous est indigeste. Vous êtes incapables de l'écouter. Vous dormez plutôt que d'être attentifs à l'amour du Seigneur. Mais que l'on vous raconte je ne sais quelles sornettes au sujet d'un roi Arthur qui n'a jamais existé que dans l'imagination brumeuse et fiévreuse des Bretons, et soudain vous vous réveillez et vous êtes tout ouïe. Vous voulez connaître l'his­toire de ces chevaliers impitoyables dans leurs combats, impudiques dans leurs amours, réprouvés de Dieu dans toute leur conduite, ignorants de sa paix et de son véritable amour. Ne voyez-vous pas de combien les exploits de Dieu, qui a créé le ciel et la terre, l'emportent sur ceux des cheva­liers de la Table ronde, et d'abord par leur vérité? Est-il une seule de leurs aventures qui se puisse comparer à celle du Christ, né de la Vierge Marie, crucifié et ressuscité d'entre les morts ? L'histoire du peuple de Dieu, qui est notre histoire et dont dépendent notre vie ou notre mort éternelles, ne vous touche-t-elle pas plus que celle du roi Arthur ? Les merveilles de Bretagne ne semblent-elles pas peu de chose au regard de celles que fit pour nous le Seigneur ?

Direz-vous alors que vous les connaissez, ces mer­veilles du Seigneur, que vous en entendez tous les jours la lecture, le récit, le commentaire, alors que les contes de Bre­tagne sont nouveaux ? Ne voyez-vous pas que c'est toujours la même histoire que racontent leurs mille histoires ? Qui ne peut deviner par avance, dans tous ces romans, le mot de chaque mystère, l'issue de chaque aventure, les péripéties de chaque amour ? Mais qui peut pénétrer les mystères de la foi ? Qui peut percer les desseins de Dieu ? Qui peut savoir ce qu'il réserve à chacun de nous, comme à l'ensemble des hommes ? Qui prend la mesure des grâces dont il nous comble et de l'amour dont il nous aime ?

Pourtant, conclut l'abbé, ne vous étonnez pas et vous effrayez pas que des contes inventés et des fantôme lointains vous attirent parfois plus que le Seigneur. C'est qu'il est si réel et si proche ! Comment nous ferait-il éprouver le frisson de l'inconnu, alors qu'il vit en nous et qu'il nous est aussi familier que nous-mêmes ?

Michel Zink
Le jongleur de Notre Dâme
Contes chrétiens du Moyen Âge

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc-Elie - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Yvette DURAND 21/02/2008 11:02

Bonjour Marc-Elie,
Merci pour votre réponse. Mais je continue à penser que cet abbé du Moyen-Age n'avait pas la bonne méthode. Cette méthode-là est encore employée de nos jours, malheureusement. Lisez plutôt le texte suivant, que j'ai reçu (sans doute pour le diffuser) comme tant d'autres personnes, en ce temps de Carême, d'un milieu chrétien BCBG du coin (vraiment étrange que l'on puisse penser convertir les gens avec ça)    :
"  VRAIMENT ETRANGE ...  Étrange, que 100€ te paraissent tellement énorme si tu les donnes à l'église, mais si peu, lorsque tu fais tes courses.  Étrange, qu'une heure pour servir Dieu soit si longue mais que 60 minutes de papotage et de lèche    vitrine passent si vite.  Étrange, combien c'est long de rester quelques heures à l'église, mais combien ces mêmes heures sont courtes, si tu regardes une vidéo ou un film.  Étrange, quand rien ne nous vient à l'esprit pour prier, alors que nous avons tellement de choses à raconter à nos amis.  Étrange, combien les prolongations d'un match de foot sont passionnantes, mais combien de fois nous regardons l'heure si le culte est plus long que prévu.  Étrange, combien c'est dur de lire un chapitre de la Bible, mais combien c'est facile d'avaler 100 pages du dernier Best-seller.  Étrange, la peine que se donnent les gens pour être dans les premiers rangs pour assister à un concert ou à une pièce de théâtre, et dans les places les plus retirées à l'église.  Étrange, que nous ayons besoin d'être prévenus 2 ou 3 semaines en avance pour faire entrer dans notre emploi du temps un événement préparé par l'église, mais que pour d'autres événements nous puissions en un clin d'œil changer tous nos plans.  Étrange, combien il est difficile pour les gens d'annoncer la Bonne Nouvelle de l'Évangile, mais combien c'est facile d'ébruiter les derniers potins et commérages.  Étrange, à quel point nous croyons le journal mais combien nous remettons en questions ce que dit la Bible ou le Pape.  Étrange, la vitesse à laquelle les blagues d'Internet se transmettent, mais lorsque nous commençons à envoyer des informations qui témoignent de l'existence de Dieu, les gens réfléchissent à deux fois s'ils doivent les transmettre.  Étrange, n'est-ce pas ? Ris-tu ? Réfléchis-tu ? Alors Annonce la Bonne Nouvelle et rends Gloire à Dieu, car Il est bon !  Étrange, le nombre de personnes de ton carnet d'adresses qui ne recevront pas ce mail, parce que tu ne penses pas, qu'ils croient quoi que ce soit de tout ça.  Étrange ? ... Triste ! Voilà donc ces quelques réflexions ! Je ne rajouterai qu'un verset : "VOICI, JE ME TIENS A LA PORTE ET JE FRAPPE. SI QUELQU'UN ENTEND MA VOIX ET OUVRE LA PORTE, J'ENTRERAI CHEZ LUI, JE SOUPERAI AVEC LUI ET LUI AVEC MOI" (Apocalypse chap. 3 v.20) "



Marc-Elie 20/02/2008 21:43

Bonjour Yvette,
Je crois que pour la pluspart les extraits de texte qui sont sur ce blog sont le témoignage de l'amour de Dieu pour l'homme et réciproquement dans le mystère de la personne.
Ce texte tiré d'un conte médiéval chrétien doit être pris à son juste niveau. En tout cas chacun peut le prendre comme il l'entend.
Moi, cela m'a rappelé combien de fois mon esprit s'est endormi alors que l'on me parlait de cet amour fou de Dieu pour l'homme. Cela me rappelle que si j'étais un tant soit peut "chrétien" la Parole de Dieu devrait m'ennivrer et me faire trouver fade ces contes et ces histoires que j'avale souvent avec plaisir devant l'écran. Oui je suis comme ces moines certainement bien plus chrétiens que moi qui eux, par fatigue peut-être ou par acédie passagère, et moi, par paresse spirituelle se réveillent seulement pour des histoires qui ravissent l'âme mais ne font pas vivre.
Où est l'inquisition dans ce texte où l'usage d'un innocent subterfuge conduit ce père abbé plein d'amoure pour ses enfants à les faire recevoir un enseignement spirituel ? Pour celui qui sait, pour celui qui à la charge de l'éveil au Christ vivant des âmes endormies il est de son devoir de dire ce qui est .
Relisez bien le texte et voyez combien il parle de l'amour de Dieu pour les hommes. Est-ce être pharisien que de le rappeler?
Dans l'amour du Christ.
Marc-Elie

Yvette DURAND 20/02/2008 19:12

"La parole de Dieu vous est indigeste"
L'inquisition est-elle en train de revenir ???
A propos de ce texte, j'ai envie de dire (et je le dis) que le commun des mortels en a marre de se faire "remonter les bretelles" par des chrétiens intégristes.
Personnellement, j'aime les écritures et je me sens aimée de Dieu : j'ai donc de la chance ! mais on ne peut pas obliger tout le monde à être comme ça. A chacun son niveau de conscience, aujourd'hui !. Dieu touche les coeurs quand c'est le moment, à travers les nombreux événements d'une vie. Et puis, comme chacun sait, chacun est libre !
Ce que Dieu nous demande, c'est de nous "aimer les uns les autres, comme il nous aime". Si donc, nous reflétons son Amour (nous chrétiens), les autres (ceux qui n'aiment pas entendre la parole de Dieu), seront aussi attirés et intéressés. A nous donc, qui nous croyons si chrétiens..... de le devenir vraiment !  Evitons d'être des pharisiens accomplis !