Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 22:36

johann_arndt.jpg

 "Nous sommes appelés chrétiens non seulement parce que nous croyons en Christ, mais aussi parce que nous devons vivre en Christ et lui en nous. Le vrai repentir doit jaillir du fond de notre cœur ; cœur, intelligence et sens doivent être transformés pour se conformer au Christ et à son saint Évangile... En nous Adam doit mourir pour qu’en nous Christ vive. Il ne suffit pas de connaître la Parole de Dieu, mais on doit aussi la mettre en pratique."

Extrait de « Le vrai christianisme » de Johann Arndt

Commentaire de cet extrait :

Parmi toutes les églises qui se réclament du Christ, j’apprécie beaucoup celles issues de la réforme, en particulier les luthériens qui mettent l’accent sur la nécessité de la conversion, de la connaissance des Ecritures et la primauté de la foi pour être chrétien. Mais la foi, l’adhésion au Christ et l’écoute de sa Parole, suffit-t-elle à faire de nous des chrétiens ? Si être chrétien signifie vivre du Christ, par lui, avec lui et en lui, comment faire alors pour qu’en nous Il vive réellement et prenne de plus en plus de place au point de pouvoir dire avec St Paul : «Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi  » Galates 2,20 ?

La désappropriation de soi, la mort au « vieil homme, Adam » pour reprendre cette expression paulinienne n’est pas une tâche facile. Il ne suffit pas de proclamer sa foi et de dire Seigneur, Seigneur, pour demeurer en lui. Sans doute nous faut-il beaucoup prier et se laisser transformer par la Grâce elle même. L’Eucharistie n’est-elle pas par excellence cette grâce sacramentelle où nous pouvons voir se réaliser en nous cette merveilleuse et mystérieuse alchimie de transformation de soi même où nous devenons un peu plus à chaque communion Celui que nous recevons comme s’exclame St Augustin :

« Devenez ce que vous mangez : Vous mangez le Corps du Christ; devenez Corps du Christ » ?

Ainsi Jésus informe ses disciples :

"Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous.

Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en Moi et Moi en lui."  Jean 6,56

C’est bien sûr un catholique qui vous parle ainsi mais il est possible pour une personne (qu’elle soit catholique, luthérienne ou d’autres confessions chrétiennes) de croire que Jésus est le Fils de Dieu, d’étudier la Parole de Dieu, d’aller à l’église ou au culte tous les dimanches, de prier et de chanter des hymnes pour la gloire de Dieu, d’avoir même la responsabilité d’un ministère chrétien, et avec tout cela, d’avoir en même temps une foi qui ne le sauve pas, une foi qui ne rend pas témoignage, une foi morte.

Pourquoi ?

Parce que ce sont les œuvres bonnes qui témoignent de la réalité du salut dans notre vie. L’absence d’œuvres bonnes signifie que notre foi est morte, que nous ne vivons pas de l’Amour de Dieu. Car si nous vivions de la vie du Christ en nous, Celle ci se manifesterait par des actes de « charité ».Alors comme nous l'invite le pasteur Johann Arndt, puissions nous mettre en pratique la Parole de Dieu !

« En effet c’est Dieu qui nous a formés, il nous a crées dans notre union avec Jésus-Christ, pour que nous menions une vie riche en bonnes actions, celles qu’il a préparées d’avance afin que nous les pratiquions ». Ephésiens 2,10

Je termine cette petite réflexion avec la fin du message du pape François pour la 51ème Journée mondiale de prière pour les vocations de ce 11 mai 2014:

"Disposons donc notre cœur à être une “bonne terre” pour écouter, accueillir et vivre la Parole et porter ainsi du fruit. Plus nous saurons nous unir à Jésus par la prière, la Sainte Écriture, l’Eucharistie, les Sacrements célébrés et vécus dans l’Église, par la fraternité vécue, plus grandira en nous la joie de collaborer avec Dieu au service du Royaume de miséricorde et de vérité, de justice et de paix. Et la récolte sera abondante, proportionnée à la grâce qu’avec docilité nous aurons su accueillir en nous"

Johann Arndt est un des grands théologiens de la Réforme. Né en 1555, le 11 mai 1621 il meurt à Brunswick en Allemagne. Il proposa dans ses écrits, surtout dans "Le vrai christianisme", une vie chrétienne fortement centrée dans la « survivance » quotidienne du Christ en nous fondée sur l’union intérieure à Dieu dans la prière.

Patrick Cannard

___________________________________________________________________________________________

 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article

Repost0

commentaires