Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 22:20

fr_louis_bouyer1000.jpg

 

A partir du haut moyen âge, l'Église catholique a commencé à souffrir d'une aliénation progressive entre les deux moitiés du monde chrétien, celle qui alors parlait grec et celle qui parlait encore latin.

Le XIe siècle n'a été marqué, à cet égard, que par un incident gravement révélateur, et ce n'est qu'à l'époque moderne, après la catastrophique dernière croisade, détournée sur Constantinople, après la réunion manquée de Florence, après les raidissements de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, que la rupture entre l'Orient et l'Occident est devenue ce qu'elle est.

Cependant, l'histoire même des développements de la spiritualité dans l'Orient chrétien, russe ou grec, à partir du moment où l' « orthodoxie » d'Orient et le « catholicisme » d'Occident commencent à se considérer comme des étrangers, le montre : la substance de la foi et de la pratique de l'Orient orthodoxe demeure pleinement consonante avec la substance de la foi et de la pratique de l'Occident catholique. Rien ne le manifeste mieux que ce fait que nous avons décrit ; la renaissance, au début du XIXe siècle, de la spiritualité orthodoxe s'est produite autant par une assimilation des meilleurs acquis de l'Occident catholique que par une redécouverte, concomitante, des sources propres à l'Orient.

Certes, les saints orthodoxes ont leurs notes bien à eux, des notes d'ailleurs d'une merveilleuse variété, mais tout comme les saints catholiques, et il est impossible de dire en quoi un saint Séraphin de Sarov serait moins le frère d'un saint Curé d'Ars que d'un saint Joseph de Volokolamsk, ou un saint Jean de la Croix d'un saint Nil Sorsky que d'un saint Ignace de Loyola.

Sans doute, dans la tradition spirituelle orthodoxe, il est des réussites plus ou moins complètes, des synthèses plus ou moins satisfaisantes. Mais il en est exactement de même dans la tradition spirituelle catholique. Ceci n'empêche pas, nous semble-t-il, qu'un catholique puisse vénérer sans hésiter non seulement la vie mais la doctrine des saints orthodoxes, tout comme, croyons-nous, un orthodoxe peut faire siennes (et, de fait, des saints orthodoxes ont fait leur sans hésiter) la doctrine et la vie des saints catholiques.

[...] En un sens, aucune division ne peut faire perdre à l'Église rien de ce qui lui est essentiel. La déchirure entre l'Orient et l'Occident n'empêche pas que les Pères grecs, que les liturgies orientales, que les trésors de pensée et de spiritualité accumulés par la tradition byzantine et dans sa succession appartiennent toujours à l'Église catholique.

Et les brisures de la Réforme protestante elles-mêmes n'ont pu faire que la Parole de Dieu ne reste la grande et incomparable richesse de toute la tradition catholique, que le salut ne demeure pour tout chrétien une grâce que la foi seule peut saisir, et la foi le principe de la plus intensément personnelle relation de chaque âme avec Dieu dans le Christ. 

Louis Bouyer

In La spiritualité orthodoxe & la spiritualité protestante et anglicane

http://www.seraphim-marc-elie.fr/

___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Vous aimerez peut-être:

Partager cet article

Repost0

commentaires