Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 22:44

« Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux »



Vivant parmi les frères, serviteurs du même maître, et pour qui tout est en commun, l'espérance, la crainte, la joie, la peine, la souffrance (puisqu'ils n'ont qu'une même âme venue du même Seigneur et du même Père), pourquoi les crois-tu différents de toi ? Pourquoi redoutes-tu ceux qui ont connu les mêmes chutes, comme s'ils allaient s'applaudir de tes chutes à toi ? Le corps ne peut pas se réjouir du mal qui arrive à un de ses membres ; il faut bien qu'il s'afflige tout entier et qu'il travaille tout entier à le guérir.

Là où deux fidèles sont unis, là est l'Eglise, mais l'Eglise c'est le Christ. Donc, lorsque tu embrasses les genoux de tes frères, c'est le Christ que tu touches, c'est le Christ que tu implores. Et quand, de leur côté, tes frères versent des larmes sur toi, c'est le Christ que souffre, c'est le Christ qui supplie son Père. Ce que le Fils demande est vite accordé.

Tertullien (v. 155-v. 220), théologien
La Pénitence, 10

Partager cet article

Repost0

commentaires