Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 22:47

ermite_barbu.jpg

 

Au temps antique de Moïse, vécut un ermite fameux pour les rigueurs qu'il s'imposait. Il priait, ce fou, jour et nuit, tout nu, débout, par tous les temps.
Une aussi franche dévotion aurait dû le conduire au moins à la sérénité de l'âme. Eh bien non, il n'allait pas bien. 

 

Cet ermite avait une barbe. Elle était ample, sombré, drue, agrémentée de fils d'argent. Il en était assez content. Il la peignait chaque matin, chaque soir avant de dormir il la lissait sur sa poitrine. Elle était en ce triste monde son unique satisfaction. Or, Moïse vint à passer, un soir, devant sa hutte basse. 

 

« Ô commandant du mont Sinaï, lui dit le barbu misérable. je prié, je me laboure l'âme, je l'ensemence de bontés, et vois, je ne récolte rien. Pas la moindre saveur d'En-Haut, pas la moindre lueur céleste. Que suis-je -- Un amoureux transi. Toi qui es un proche de Dieu, peux-tu lui demander pourquoi il méconnaît ainsi ma foi ? - Compte sur moi », lui dit Moïse. 

 

Il s'en fut voir le Bien-Aimé, lui exposa l'étrange cas de cet ermite irréprochable et pourtant interdit d'amour. 

 

« Il s'occupe trop de sa barbe, lui répondit Notre Seigneur. c'est pourquoi il ne parvient pas à voir la main que je lui tends ». Moïse s'en revint et redit au mot près les paroles de Dieu a l'ermite attentif. 

 

« Mille mercis, répondit l'autre, mon vieux coeur s'illumine enfin. Cette barbe apparemment sobre dissimulait mes vanités. Je vais le lui faire payer ! » Il se mit poil à poil à s'ébarber les joues, à griffer son menton, à mordre sa moustache. Il en souffrit beaucoup. La paix resta cachée derrière les nuées qui embrumaient son âme. 

 

Moïse retouma au rendez-vous de Dieu. 

 

« Ô Seigneur, je crains que notre ami soit encore égaré. Il a bien entendu le sens de Vos paroles, et pourtant, il ne va pas mieux. » Le Bien-Aimé lui répondit : 

 

« Hélas pour lui, rien n'a changé. Hier il s'occupait de sa barbe avec un plaisir de gourmet, aujourd'hui il la martyrise. Elle l'absorbe toujours autant. Et moi qui l'espère, j'attends. »

 

Henri Gougaud

Nouvelles Clés N° 39

 

___________________________________________________________________________________________

 

Si vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238 

Partager cet article

Repost0

commentaires