Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 22:19

FenelonASS.jpg

Si vous laissiez faire à l’esprit de Dieu ce qu’il faut pour vous faire mourir à vous-même, et pour couper jusqu’aux dernières racines du moi, les défauts tomberont peu à peu comme d’eux-mêmes ; et Dieu élargira votre cœur, au point que vous ne serez embarrassée de l’étendue d’aucun devoir

Tous nos défauts ne viennent que d’être encore attachés et recourbés sur nous-mêmes.

C’est par le moi, qui veut mettre les vertus à son usage et à son point.

Renoncez donc, sans hésiter jamais, à ce malheureux moi, dans les moindres choses où l’esprit de grâce vous fera sentir que vous le recherchez encore.

Voilà le vrai et total crucifiement : tous ceux qui travaillent à mourir autrement, quittent la vie par un côté et la reprennent par plusieurs autres : ce n’est jamais fait.

Fénelon, « Lettre à Mme de Maintenon », cité dans Laurence Devillairs, Fénelon ou le génie méconnu, Pocket, 2012, p. 69.

___________________________________________________________________________________________

 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article

Repost0

commentaires