Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 23:27

attar_3c.jpg

 

L'amour de cette beauté est un ardent océan :

 si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.

 A la lumière subite de la bougie qui s'allume

le papillon qui se brûle est sûr de s'y consumer.

Si tu veux aimer, dépouille la foi comme l'impiété,

car dans l'amour qui surgit s'abolit la différence.

L'amant qui se met en route n'est à la première étape

à force d'humilité qu'une ombre au sol écrasée.

Mais un peu de temps passé efface l'ombre elle-même,

dissoute par le soleil qui sur le chemin l'attend.

Qui trouve en cet océan la perle de vérité

est à jamais exalté dans notre monde et dans l'autre.

Profane que peux-tu donc savoir de ce voyageur,

puisque dès son premier pas il marche dans l'empyrée ?

Attâr suivant ce chemin, se voit, quoique au fond d'un puit,

plus haut que le corps et l'âme, que la haine et l'amour.

 

Poème de Attâr

in Anthologie de la Poésie Persane

http://fr.wikipedia.org/wiki/Farid_Al-Din_Attar

___________________________________________________________________________________________

 

Si vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238 

Partager cet article

Repost0

commentaires