Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 23:53

attar.jpg

 

 

Bâyazid, une nuit sorti de la cité,

s'étonna de trouver la création muette.

La lune ce soir-là illuminait le monde

et ses rayons faisaient la nuit pareille au jour.

Le ciel était orné de la splendeur des astres,

dont chacun va suivant des desseins différents.

Le cheikh eut beau  marcher à travers la campagne,

il ne vit dans la plaine nul être s'émouvoir.

Un trouble immense alors s'éleva dans son âme,

«Seigneur, s'écria-t-il, mon coeur est en émoi,

Quand ton trône apparait en pleine majesté,

de ne lui voir ici aucun adorateur.»

Une voix répondit: «Voyageur incertain,

le Roi ne donne pas audience à tout le monde.

Cette porte devait être trop haute pour que

le premier mendiant y pût venir frapper.

Si les intimes sont de grâce illuminés,

les insouciants qui dorment sont rejetés au loin.

Il faut que des années entières une foule

patiente pour qu'un seul soit élu entre mille.»

 

Poème de Attâr

in Anthologie de la Poésie Persane

http://fr.wikipedia.org/wiki/Farid_Al-Din_Attar

 

Bâyazid: célèbre mystique qui vécut au IXème siècle au Khorassam

___________________________________________________________________________________________

 

Si vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238 

Partager cet article

Repost0

commentaires