Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 22:02

GIOTTO BIS. jpeg

Seul le sens de l'ouïe peut atteindre la vérité, parce lui seul entend la parole...

« Ne me touche pas », dit le Seigneur, c'est-à-dire perds l'habitude de te fier à tes sens trompeurs, appuie-toi sur mes paroles, accoutume-toi à la foi.

La foi ne peut pas se tromper, elle comprend les choses invisibles et ne souffre pas de l'indigence des sens. Elle dépasse même les limites de la raison humaine, les usages de la nature, les bornes de  l'expérience.

Pourquoi veux-tu apprendre de tes yeux ce qu'ils ne peuvent pas savoir ? Et pourquoi ta main s'efforce-t-elle à sonder ce qu'elle n'atteindra jamais ? Ce que l'une et l'autre font connaître de moi est bien peu de chose. C'est à la foi de se prononcer sur moi sans diminuer ma majesté ; apprends à croire avec plus de certitude et à suivre avec plus de confiance ce qu'elle te dit. 

« Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. »

Comme s'il devrait ou pourrait se laisser toucher lorsqu'il sera monté : oui, sans doute, il pourra être touché, mais seulement par le cœur, non par les mains, par le désir, non par les yeux, par la foi, non par les sens.

« Pourquoi, dit-il, cherches-tu à me toucher maintenant...? Ne te souviens-tu pas que lorsque j'étais encore mortel, les yeux de mes disciples n'ont pas pu soutenir la gloire de mon corps transfiguré, alors qu'il devait encore mourir ?

Je te fais encore cette faveur de te montrer ma condition de serviteur (Ph 2,7), mais ma gloire m'éloigne de toi désormais... Suspends donc ton jugement..., réserve à la foi l'éclaircissement d'un si grand mystère...

Pour être digne de me toucher, il faut que tu me contemples assis à la droite de mon Père (Mc 16,19; Ps 109,1), non plus dans ma condition d'abaissement mais dans mon état glorifié. C'est encore le même corps, mais sous un autre aspect. Pourquoi veux-tu me toucher dans ma laideur ? Attends de pouvoir le faire dans ma beauté.  

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église 

Sermons sur le Cantique des Cantiques, n° 28, 9 

Commentaire du Père Pascal de Béthanie

La traduction qu'utilise Bernard n'est pas exacte. Ce n'est pas : ne me touche pas, mais : ne me retiens pas !
Cela change tout !
Au contraire le Seigneur ressuscité dit à Thomas : "touche-moi"
Sans doute saint Bernard avait une Bible latine traduite par saint Jérome ! 
Quand on va aussi vite que lui pour traduire la Bible ce ne peut pas être du bon travail !

___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article

Repost0

commentaires