Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 22:42

meditation_islam.jpg

 

Décidez, avant la prière,du temps que vous lui donnerez. Au début, ce sera 1/4 d'heure peut-être, ou plus. Et puis, quoiqu'il puisse vous en coûter, tenez ce temps. Moi, depuis des années, j'ai une minuterie de cuisine que je règle au début de l'oraison, ce qui m'évite de regarder toujours ma montre...

Donnez de ce temps (1/4, 1/2, 3/4 ou 1 heure entière) de prière silencieuse et gratuite fidèlement, tous les jours. Choisissez un moment de votre journée, où vous êtes bien éveillé. Une excellente préparation à l'oraison du cœur est par exemple de s'aérer par une bonne marche. Voilà ce qui dépend de vous : donner du temps à Dieu, chaque jour. Le reste vous sera donné...

 

Mettez-vous respectueusement en présence de Dieu.

 

Adoptez une position physique qui vous permet de rester immobile sans fatigue peandant un long temps : assis sur une chaise ou un petit banc, prosterné sur le sol... à vous de voir.

 

Il est bon de s'aider au début de l'oraison par la lecture brève d'un passage de l'évangile du jour, ou de la Bible ou encore d'un bon livre spirituel. Il faut compter environ 1/4 d'heure pour que l'Esprit qui prie en vous vous apaise et vous fasse franchir un seuil.

 

Plongez dans votre cœur profond. Il s'agit de se laisser aimer et d'aimer. Repoussez doucement les distractions quand vous en prenez conscience. Ne vous laissez pas envahir par vos pertubations psychologiques. Tournez votre cœur vers Dieu, revenant tranquillement vers lui, en disant par exemple le nom de "Jésus", comme un souffle léger qui suffit à ranimer la braise, ou comme de délicats coups d'ailes qui suffisent à faire planer l'oiseau.

 

A la fin de votre temps d'oraison, rendez délicatement grâce à Dieu.

 

Ne jugez jamais votre prière. Si votre oraison a été aride et que vous êtes resté une heure dans la sécheresse, c'est que Dieu vous a fait la grande grâce de l'aimer pour lui-même et non pour les douceurs qu'il vous procure. Si votre oraison a été sensible, rendez Lui grâce des consolations qu'il vous a faite, car il sait mieux que nous ce dont nous avons besoin. Mais surtout, ne vous regardez pas ! Une grâce sensible n'est pas plus la preuve de la présence de Dieu que la sécheresse n'est un indice de son absence (Jean de la Croix). Il est fréquent qu'au début, Dieu nous encourage à la vie spirituelle par des grâces sensibles, qui s'espacent et disparaissent pour nous laisser ensuite dans de grands moments de sécheresse paisible.

 

Deux critères externes permettent de vérifier votre prière. Si elle est authentique, elle :
        - vous rapproche des autres et change votre regard sur eux
        - vous détend et vous pacifie

 

Si cela n'était pas le cas, ce serait l'indice que quelque chose doit être rectifié. C'est là que se découvre l'utilité d'un frère (d'une sœur) avec qui faire le point de temps à autre. Comment le (la) trouver ? Demander à Dieu de mettre sur votre route une « personne spirituelle » comme l'appelle saint François de Sales. Ce peut être un prêtre, un religieux, une religieuse... mais pas nécessairement.

 

http://www.kerit.be/

Partager cet article

Repost0

commentaires