Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 21:38

troy-davis-pic21.jpg

 

21 septembre 2011 : Troy Davis est exécuté à 22h53 et déclaré mort à 23h08. Dans ses dernières phrases, il clame son innocence et demande à Dieu de bénir ceux qui vont le tuer.

En 2008, à la veille de son exécution - finalement repoussée -, Troy Davis avait fait parvenir une lettre à ses avocats. En voici un extrait (traduction Le Point.fr)

"Je ne peux pas répondre à toutes vos lettres, mais je les lis toutes. Je ne peux pas vous voir tous, mais j'imagine vos visages. Je ne peux pas vous entendre parler, mais vos lettres m'emmènent aux quatre coins du monde. Je ne peux pas vous toucher physiquement, mais je sens votre chaleur tous les jours que j'existe.

Donc merci, et souvenez-vous que je suis dans un endroit où l'exécution peut seulement détruire votre état physique, mais grâce à ma foi en Dieu, à ma famille et à vous tous, je suis spirituellement libre depuis longtemps, et peu importe ce qui arrivera dans les jours et les semaines à venir, ce mouvement pour abolir la peine de mort, pour rechercher la vraie justice, pour faire éclater un système qui ne réussit pas à protéger ses innocents, doit être accéléré.

Il y a tant d'autres Troy Davis. Ce combat pour abolir la peine de mort ne sera pas gagné ou perdu à travers moi, mais à travers notre force à avancer et à sauver chaque personne innocente emprisonnée à travers le monde. Nous devons démanteler ce système injuste, ville par ville, État par État, et pays par pays. J'ai hâte d'être avec vous, peu importe que ce soit physiquement ou spirituellement, et ce jour-là, j'annoncerai : 'Je suis Troy Davis, et je suis libre !' 'Ne cessez jamais le combat pour la justice, et nous gagnerons !'"

Un commentaire

La mort scandaleuse de Troy Davis, - bien que semblant sans rapport au plan des raisons qui décidèrent de cet acte -, de celle du guillotiné Jacques FESCH en 1957, est de nature à nous interpeller.
«On a guillotiné un saint » tel est le sentiment de ceux qui suivirent l'évolution spirituelle de Jacques FESCH, dont les lettres de prison amèneront bien des conversions (1) qui pour sa part avait tué un policier.

Dans la situation de Troy Davis, aucun élément ne semble prouver qu'il commettait l'acte reproché, sur la foi de prétendus témoins puisque reconnaissant que leurs dires furent imposés par la police, et qu'ils se rétractèrent.
Selon ce que rapportent les témoins des derniers instants de Troy Davis, ce dernier n'a cessé de prier, même pour ceux qui le condamnèrent, lui qui clama sans cesse son innocence.
 
[...]

Si relativement à J+C il est dit : « mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré ! Il aurait mieux valu pour lui qu'il ne fût pas né, cet homme-là ! " (Mat. XXVI, 24), « Car Dieu n'a pas fait la mort, et il n'éprouve pas de joie de la perte des vivants. » (Sag. I, 13), par voie de conséquence, n'aurait-il pas été préférable à tous ces bourreaux de ne pas naître ?
L'interrogation étant posée, la réponse est délicate et nous entraîne vers le Mystère de Dieu.

Relativement à Troy Davis, une question des apôtres me revient en mémoire, celle de la raison pour laquelle l'aveugle est né aveugle, selon l'interrogation pour ses péchés ou les péchés de ses parents : alors que le Sauveur ne dénigre pas les choix exposés, Il répond : «Ni lui, ni ses parents n'ont péché, mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. » (Jean IX, 3)
 

 

Relativement aux bourreaux, la réponse est encore plus difficile ; sont-ils des instruments alors conscients de la Grâce ?
 

 

Ou bien la Grâce opérera-t-elle à cause de leur acte, mais leur absence de conscience les handicapera à bénéficier immédiatement de ce qu'ils ne cherchaient pas à accueillir, s'ils se sont fermés à la Grâce.
 
Si donc c'est pour que les œuvres de Dieu se manifestent en Troy Davis, que cet homme est ainsi mort, il convient bien entendu de prier pour lui – tous les êtres ont besoin de prières – mais aussi de l'associer à nos prière, lui qui aura connu déjà le vrai jugement celui que l'on nomme le Jugement particulier.

 

Quant aux bourreaux, laissons Dieu les éveiller à la conscience de telle sorte que par leur seul travail, ils parviennent un jour à entrevoir ce qui est la vrai et la seule Justice, celle de Dieu dont la Loi est l'Amour de notre prochain.

En union dans la prière,
Jean-Pierre Bonnerot
----------------------
(1) Jacques FESCH : Lumière sur l'échafaud Ed LEMONNIER : Cellule 18, Ed ouvrières, Paris, nombreuses rééd.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Troy_Davis
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Fesch
 

Partager cet article

Repost0

commentaires