Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 23:58

p-m carreLa Toussaint est la fête de tous ceux qui sont entrés dans l’amour éternel de Dieu. Nous en ignorons les noms et le nombre : Dieu seul les connaît. En eux, c’est l’Église parvenue à son aboutissement, c’est-à-dire la sainteté. Celle-ci n’est pas un horizon vague, mais un appel pour nous qui sommes encore en chemin.

Dans la lettre qu’il a écrite Au début du nouveau millénaire (1), le pape Jean-Paul II écrivait : « Je n’hésite pas à dire que la perspective dans laquelle doit se placer tout le cheminement pastoral est celle de la sainteté » (n° 30). Plus loin, il ajoute que la sainteté est à comprendre « au sens fondamental d’appartenance à celui qui est par excellence le Saint, le trois fois Saint ».

Ce don de la sainteté est offert à chaque baptisé, mais il se traduit en une tâche qui incombe à chacun.

En effet, un texte du concile Vatican II précise bien que « tous les fidèles du Christ, quel que soit leur état ou leur rang, sont appelés à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité » (Lumen gentium, n° 40).

Ainsi, la vocation chrétienne ne consiste pas à nous contenter d’un minimum !

La foi, prise dans toutes ses dimensions, est une rencontre de Dieu qui appelle à vouloir ressembler au Christ Jésus. Avancer sur le chemin de sainteté, c’est laisser agir en nous le don que Dieu nous a fait depuis notre baptême. Il est vrai que la faiblesse humaine est toujours présente et que le péché fait son œuvre. Mais si l’on tombe des milliers de fois, la grâce de Dieu nous remet debout.

La sainteté, c’est la réussite du projet de Dieu ! Dieu nous a fait à son image et le but de toute vie chrétienne est de se laisser transformer pour que se réalise cette ressemblance.

Si le texte des Béatitudes nous semble souvent impossible à mettre en œuvre, ce qui est vrai si nous sommes réduits à nos seules forces, il importe de voir comment Jésus l’a réalisé. Il résume en effet le comportement de Jésus tel que les Évangiles le présentent.

Dans notre route vers la sainteté, nous ne sommes pas seuls. Nous sommes entourés d’une foule de témoins qui prient pour nous. Ils sont arrivés au terme de leur chemin et ils nous attendent. Ils intercèdent auprès de Dieu pour que nous n’arrêtions pas notre marche.

Le projet de la nouvelle évangélisation concerne chacun des baptisés. Il n’est pas question d’imaginer une entreprise extraordinaire pour laquelle des capacités exceptionnelles seraient nécessaires.

À plusieurs reprises, ces derniers temps, le pape François a cité une parole de saint François d’Assise disant à ses frères : « Prêchez toujours l’Évangile et, si c’est nécessaire, aussi par les paroles. »

La pédagogie de la sainteté qui est proposée par l’Église, à la suite des témoins du Christ que sont les saints, peut se résumer en quelques lignes.

Elle implique d’abord de chercher à vivre une relation habituelle et familière avec le Christ. En un mot, il s’agit de prendre conscience qu’il demeure en nous et de demeurer en lui.

Cette intimité est entretenue par la prière et la lecture fréquente des Saintes Écritures. C’est parce que nous ressentons en nous le feu de son amour qu’il devient possible, comme par rayonnement, de réchauffer le cœur des autres.

La prière chrétienne demande donc de savoir persévérer et d’apprendre à se laisser regarder par le Christ.

Il convient ensuite, à la manière du Christ, de sortir de soi pour aller vers les autres, tout spécialement ceux qui sont en situation de souffrance ou de fragilité. C’est dans la mesure où le Christ se trouve au centre de la vie chrétienne que l’on devient capable, comme lui, de donner sa vie et de se tourner vers le service désintéressé de ceux que le Seigneur met sur notre route.

On a souvent fait remarquer que le texte des Béatitudes ne met pas en avant des gestes religieux, mais des attitudes de vie qui concernent les relations avec les autres. C’est là, en effet, que se vérifie la qualité de la relation à Dieu.

Enfin, Jésus nous redit qu’avant tout, c’est la grâce de Dieu qui agit !

Certes, il nous demande d’agir, mais avec la conviction que notre action est une réponse à l’action de Dieu qui est première.

Sans cesse, Dieu nous devance. Voilà pourquoi la route de la sainteté est d’abord celle de la confiance répétée à celui qui veut notre bonheur.

J’aimerais citer ces quelques lignes du testament spirituel d’un prêtre : « J’aurais voulu venir à toi, Seigneur, le cœur débordant d’amour. J’avais rêvé de servir et d’aimer mes frères d’un amour gratuit, comme toi. J’ai l’impression que c’est complètement raté. Je viens à toi les mains vides et le cœur vide. Et je n’ai rien à te donner ! Mais toi, tu donnes tout, tu te donnes. Alors je viens à toi dans la confiance et la paix. Merci Seigneur. »

N’est-ce pas le vrai chemin vers le bonheur du ciel ?

(1) Janvier 2001.

Mgr Pierre-Marie Carré Archevêque de Montpellier

___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 23:01

All_Saints_Day_2010-1.jpg

Halloween (on écrivait aussi Hallowe'en) est une contraction de All Hallow Even : c'est la veille de la Toussaint (ou All Hallow Eve).

Halloween est donc célébré le dernier soir d'octobre. 

L'anglais a deux termes pour désigner la Toussaint : 

All Saint's Day avec le mot saint, emprunté au français, du latin sanctus.

All Hallows' Day (ou All Hallows) est d'origine germanique, de l'ancien saxon haliga, halga.

On trouve parfois la forme contractée Hallow-day ou Hallowday pour désigner le jour de la Toussaint ; ou encore Hallowmas (contraction de All-Hallow-mass, cf. Christmas, Noël, avec le suffixe -mas de messe) 

De la même origine, holy (de l'ancien saxon halig) a formé holiday : jour saint, jour consacré à la religion, et par extension : jour férié, jour de vacances.

Ce mot est apparenté à l'allemand heilig, d'où Allerheiligen, Toussaint

Eve est une forme usuelle de even qui a formé evening (soir), d'origine germanique et apparenté à l'allemand Abend (soir).

Halloween est une fête originaire des îles Anglo-Celtes célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la Toussaint. Son nom est comme expliqué ci-dessus une contraction de l'anglais All Hallows Eve qui signifie the eve of All Saints' Day en anglais contemporain et peut se traduire comme « la veillée de la Toussaint ».

La grande majorité des sources présentent Halloween comme un héritage de la fête païenne de Samain qui était célébrée à la même date par les celtes et constituait pour eux une sorte de fête du nouvel an.

C'est à partir du VIIIe siècle, sous les papes Grégoire III (731–741) et Grégoire IV (827–844), que l'église catholique introduisit la Toussaint en date du 1er novembre opérant un syncrétisme avec les fêtes de Samain.

Certains spécialistes considèrent toutefois les festivités de « la veille de la Toussaint » comme devant exclusivement être rattachées à la tradition chrétienne et récusent toute origine païenne à ces célébrations.

C'est en tout cas la position d'un orthodoxe américain, John Sanidopoulos, sur son blog « Mystagogy »

Halloween est à l'origine une fête chrétienne médiévale qui faisait partie du Triduum de All Hallows , ou Hallowmas ( All Hallows Eve, All Day Hallows et All Souls Day durable du 31 octobre - novembre 2) , et aux 19e et 20e siècles, elle s’est imposée dans la culture occidentale anglo-saxonne l'a établie comme une célébration annuelle.

Si nous devions tracer les origines de l'Halloween à un événement précis de l'histoire ,ce serait quand le pape Grégoire III ( 731-741 ) a consacré un oratoire dans la basilique Saint -Pierre de Rome en l'honneur de tous les saints le 1er Novembre  ce qui a lancé la coutume locale romaine de la célébration à cette date de la fête de la Toussaint , le 1er novembre .

Avant ce temps, la fête de la Toussaint, aussi connu comme All Hallows, était célébrée dans le monde chrétien depuis le 4ème siècle pour commémorer principalement tous les martyrs, soit en Avril soit en Mai, y compris en Irlande .

Les Francs puis les Anglais ont été les premiers à suivre Rome pour célébrer la fête de la Toussaint  le 1er novembre, et cette coutume locale est devenue officielle sous le pape Grégoire VII au début du IXe siècle .

Le mot Halloween se réfère simplement au 31 Octobre comme étant le jour de All Hallows Eve, et plus tard le 2 novembre est aussi devenu une partie du Triduum avec la commémoration du Jour des Morts sur laquelle des prières et des actes philanthropiques ont été faites au nom des morts, qui était également partie de la tradition chrétienne établie depuis les premiers siècles .

 Cela peut être un choc pour certains qui croient au mythe selon lequel Halloween a ses origines ou est associée avec le paganisme ou le satanisme . La vérité est que l'Halloween n'a jamais été et n'a jamais été associée à ces pratiques, même si certains païens et autres satanistes assurent du contraire. Au contraire nous constatons que l'Église a établi originellement le temps d’ Hallowmas comme des  jours saints, non pas pour  sanctifier une ancienne fête païenne des peuples celtes comme on le croit généralement, mais pour célébrer une fête déjà bien établie dédiée à tous les saints.

Jusqu'au 19e siècle, Halloween en Europe occidentale et en Amérique était un jour de fête catholique romaine qui a évolué dans sa pratique en fonction de son environnement traditionnel et culturel propre comme toutes les grandes fêtes religieuses l’ont fait et le font encore. Le mythe qu’ Halloween aurait des origines païennes avant l'ère chrétienne apparut pour la première fois au 19ème siècle au sein de la communauté des chercheurs sur le celtisme et qui avaient des raisons personnelles de falsifier l'histoire .

Il leur est venu l'idée que les 31 octobre, 1er et 2 novembre étaient des jours où les peuples celtes païens célébraient une fête des morts connue sous le nom de Samhain, même s'il n'y a aucune trace historique de cette fête chez les anciens Celtes.

Comment ont-ils pu soutenir cela ? On croyait à l'époque que les fêtes chrétiennes, comme Noël et Pâques, avaient des origines païennes, et que l'Église avait simplement christianisé des célébrations païennes bien établies dans le peuple pour gagner des convertis.

Cette façon d’expliquer  les origines celtiques pour la fête de la Toussaint qui était  populaire en Irlande au 19ème siècle en la faisant remonter aux anciens celtes est sans preuvet historique. Bien que ces idées fausses soient devenues une croyance populaire aujourd'hui, tout historien honnête ne peut facilement repérer quand ont eu lieu ces falsifications de l'histoire qui  ont été fermement démenties. [...]

 

Cela n’aide pas notre témoignage chrétien que de cautionner  une information fausse en croyant que cela rend le message plus audible. En fait, cela aboutit  exactement à l’opposé et je crois que ceux qui sont capables faire la part des choses et qui ont les moyens de prouver ce qui est de la vérité seront jugés pour la diffusion de faits qui sont de véritables mensonges car infondés.

On ne nous a pas donné un esprit de crainte, mais de puissance et de vérité capable de révéler les erreurs. C'est la proclamation de la vérité qui apporte la liberté et le respect, et un cœur pur qui fait toutes choses pures.

___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 23:46

altruisme_ricard.jpgALTRUISME
Oubliez tout ce qu'on vous a appris, c'est à une nouvelle manière de penser l'homme que Matthieu Ricard appelle. Moine, bouddhiste et disciple du dalaï lama, il est l'auteur de ce Plaidoyer pour l'altruisme, en librairie depuis le 19 septembre. Un ouvrage à l'ambition encyclopédique, mais aussi laïque, qui déborde de pertinence en période de crise.

Les preuves sont là. Non, nous sommes pas des êtres égoïstes mus par le seul désir de maximiser notre intérêt. Non, la société n'est pas plus violente aujourd'hui qu'hier. Oui nous pouvons changer notre manière d'être et donc coopérer davantage, pas seulement à un niveau individuel mais aussi à un niveau collectif.

Qu'il s'agisse de l'économie, de l'environnement, de notre bien-être et de nos relations aux autres, nous gagnerions tous à reconnaître et à cultiver l'altruisme.


Le HuffPost: La science le montre, l'altruisme est partout, inné chez les enfants, présents chez les animaux... Alors pourquoi avoir écrit ce livre?

MR: Parce que tout le monde ne pense pas comme ça. Il y a souvent cette idée que nous sommes tous des égoïstes. Quand j'ai travaillé sur le sujet je pensais que l'altruisme existait, que ce n'était pas la peine de le prouver, mais je ne m'attendais pas à ces courants de pensée très forts, les philosophes à partir du XVIIè siècle comme Hobbes, des psychologues du début du XXè siècle et les économistes néoclassiques pour lesquels l'altruisme est inconnu au bataillon. L'altruisme, ils n'y croient tout simplement pas. En résumé, ils disent: "gratter à la surface d'un altruiste et c'est l'égoïste qui va saigner". Autrement dit, si on est bien malin et perspicace, on trouvera toujours une motivation égoïste à un acte altruiste.

Et vous contestez cette idée...

Cette théorie de l'égoïsme universelle, c'est vraiment un a priori. Il n'y a aucune étude scientifique qui donne la moindre crédibilité à cette idée. Mais comme cette idée demeurait dans l'ère du temps, il y a des scientifiques qui se sont dit : il faut montrer que l'altruisme existe grâce à des expériences. Quelqu'un comme Daniel Batson, un grand psychologue américain, a travaillé là-dessus pendant 25 ans avec tout son labo. Il a mis au point une trentaine de stratagèmes pour distinguer les comportements égoïstes des autres, et notamment de la détresse empathique, l'idée qu'on ne supporte pas voir souffrir les autres et qu'on leur vient en aide pour soulager notre détresse. Finalement, ils se sont rendus compte que certaines personnes se comportaient de manière authentiquement altruiste quelles que soient les circonstances. Rien ne confirmait la thèse que dans tous les cas, on était égoïste. Pour moi, ça revient à enfoncer des portes ouvertes, mais avec l'appui de la science cette fois-ci.

Qu'est-ce qui nous empêche d'être altruiste?

Il y a plusieurs choses. D'abord l'idée que nous sommes tous égoïstes, que ce n'est pas la peine d'essayer. Or, si vous analysez les actes des individus tout au long de la journée on remarque qu'en moyenne 70% de ceux-ci sont des actes qu'on pourrait qualifier d'entraide comme tenir la porte ouverte à quelqu'un, des petits gestes. La banalité du bien est beaucoup plus présente dans notre existence qu'on le croit, donc déjà c'est encourageant.

Deuxièmement, il faut se dire voilà, je sais qu'il faut faire un minimum d'efforts pour apprendre à lire, à écrire, à jouer aux échecs, donc comment se pourrait-il que d'autres aspects de nos existences comme l'attention ou l'altruisme seraient déjà à leur optimum dès le départ? Ca n'a pas de sens. Toutes nos capacités ont été entraînées jusqu'à un certain point. Donc cultiver l'altruisme, c'est l'idée qu'être exposé régulièrement à une idée ou à une manière de penser va changer votre cerveau.

Et pour cultiver l'altruisme, vous dites qu'il y a une technique de plus en plus populaire, c'est la méditation...

La méditation c'est un terme un peu mystique, exotique, mais la signification du mot méditation c'est cultiver, se familiariser avec une nouvelle manière d'être et cultiver ces qualités. Donc prenons l'altruisme. Il est évident que dans notre vie on connaît des moments d'amour inconditionnel vis à vis d'un enfant, vis-à-vis de quelqu'un, d'un animal que sais-je, et on n'a pas besoin de faire d'effort pour être altruistes à leur égard, souhaiter qu'ils soient en bonne santé, s'épanouissent dans l'existence. Le problème, c'est que ça ne dure pas. Cultiver, cela veut donc dire essayer de passer un peu plus de temps, par exemple dix minutes par jour, à emplir notre paysage mental d'amour altruiste, et si on est distrait d'y revenir, s'il s'évanouit de le raviver, c'est ça la méditation.

En quoi méditer peut-il nous faire changer?

L'expérience montre que sur le plan personnel on voit une différence. C'est prouvé scientifiquement, validé par nos connaissances sur la neuroplasticité. Le cerveau change lorsqu'il est soumis à un entraînement quelconque, qu'il s'agisse de jongler ou de méditer. C'est le cas chez des méditants qui totalisent 50.000 heures de méditation, mais aussi chez des personnes qui en ont fait 20 minutes par jour pendant un mois. Après quatre semaines de méditation quotidienne, on a observé des modifications fonctionnelles du cerveau, des modifications dans le comportement – plus de coopération, de comportements prosociaux, d'entraide – et même structurelles. On a par exemple remarqué que des zones du cerveau qui ont à voir avec l'empathie, avec l'amour maternel, avec des émotions positives étaient déjà légèrement plus volumineuse, donc il y a quelque chose qui s'est vraiment passé.

Est-ce que ça veut dire qu'il faudrait enseigner la méditation à l'école, au collège, au lycée ou à l'université?

Il faudrait enseigner la méditation, sous un autre nom, dès la maternelle et de manière totalement laïque et enlever totalement le label bouddhiste. La méditation, c'est vraiment une technique. Depuis 30 ans, le médecin John Kabat Zinn enseigne la réduction du stress grâce à la méditation de pleine conscience dans 300 hôpitaux aux États-Unis. C'est venu du bouddhisme, c'est maintenant totalement laïc. Autre exemple, celui de Richard Davidson à l'Université du Wisconsin et de son programme d'entraînement à la compassion et aux comportements pro-sociaux chez des enfants âgés de 4 et 5 ans. En dix semaines, grâce à trois séances de 30 minutes de méditation par semaine, on a réussi à stimuler les comportements pro-sociaux et altruistes chez les enfants. Les résultats sont incroyables.

Vous montrez d'ailleurs que les comportements altruistes existent déjà chez les animaux

Le fait qu'on ait mis en évidence des comportements comme celui de jeunes chimpanzés qui aident une vieille mère de leur espèce à s'hydrater parce qu'elle a du mal à se déplacer prouve que l'altruisme existe chez les animaux aussi, n'est-ce pas ? Si les bonobos sont capables d'avoir ce genre de comportements, pourquoi pas nous ? Il y a des centaines d'exemples de ce type impliquant des animaux, aussi bien dans la nature qu'à travers des expériences réalisées en laboratoire. Darwin lui même parlait de l'évolution des émotions et les reconnaissait tout à fait chez les animaux.

Reconsidérer notre relation aux animaux serait d'ailleurs une porte vers l'altruisme...

L'humain souffre d'une sorte de schizophrénie : nous sommes capables de manifester une certaine dose d'empathie et d'altruisme avec nos enfants, nos proches ou vis à vis d'autres êtres humains au travers de l'action humanitaire. Cependant, dès qu'il s'agit des animaux, l'être humain a une réticence à penser que ce sont des êtres sensibles à part entière. Bien sûr qu'ils ne vont pas aller manifester contre leur exploitation, ils n'ont pas une capacité d'engagement politique comparable à la notre... Mais ce serait absurde que les émotions, l'altruisme, l'empathie soient tombées du ciel uniquement pour et envers l'espèce humaine sans qu'il n'y ait eu des millions d'années qui ont préparé cela. Il n'y a aucune césure entre les différentes étapes de l'évolution.

Que faut-il faire dans ce cas?

Il faut revoir notre copie. Aujourd'hui nous éloignons tous les abattoirs hors de notre vue : loin des yeux, loin du coeur. En réalité, on ne veut pas voir qu'un milliard et demi d'animaux terrestres sont tués par an pour notre consommation. Or, ces animaux ne sont pas des machines. C'est aberrant d'en faire des objets, ça n'a pas de sens. Gandhi disait que l'on peut mesurer le degré de civilisation à la façon dont les hommes traitent les animaux. Évidemment ils n'ont pas de plans à long terme, mais le manque d'empathie à leur égard menace le monde d'une psychopathie collective. Kafka disait "La guerre est un prodigieux manque d'imagination". Il est devenu végétarien d'ailleurs, un jour en regardant un aquarium, il a dit "maintenant, je peux vous regarder en paix, je ne vous mange plus." (rires)

Mais en quoi être végétarien peut-il avoir un impact altruiste qui dépasserait le cadre de notre alimentation personnelle?

Je suis végétarien par choix car c'est beaucoup mieux pour les animaux mais aussi pour la santé et l'environnement. 775 millions de tonnes de maïs et de soja sont cultivées dans les pays en voie de développement afin d'être envoyés dans les pays développés nourrir les élevages industriels. Le rendement est nul! Il faut 10 kilos de protéines végétales pour produire 1 kilo de protéine animale. C'est le monde à l'envers...

Ensuite il y a un coût humain, parce que ces légumes sont enlevées aux populations qui ont besoin de nourriture, mais il y a également un coût environnemental puisque les excréments des grands élevages bovins sécrètent du méthane, une des premières causes du réchauffement climatique.

Enfin, il y a une question éthique vis à vis des animaux, une question vis à vis de la santé humaine, une question vis à vis de la pauvreté et une autre vis à vis de l'environnement. Selon les Nations Unies, manger beaucoup moins de viande serait une des meilleures façons de réduire les inégalités et les problèmes environnementaux... Il ne s'agit pas de devenir des végétariens fanatiques, mais de se réguler pour arrêter ce massacre permanent.

Il y a aussi l'économie tournée vers les profits, en quoi une pensée comme l'altruisme peut-elle être compatible avec elle?

La théorie de l'homo economicus est que l'homme est raisonnable et cherche à maximiser ses intérêts. C'est une caricature réductionniste de l'être humain. Nombre d'économistes savent désormais que l'être humain ne se résume pas à ça, mais c'est vrai on a construit beaucoup de modèles économiques sur cette base. Néanmoins, il y a beaucoup d'économistes comme Amartya Sen, Joseph Stiglitz ou Dennis Snower qui mettent en avant le problème des biens communs: la qualité de l'air, les réserves d'eau douce, la démocratie et ça, ça concerne tout le monde.

Effectivement, si vous calculez uniquement votre intérêt personnel, vous n'avez aucune raison de vous en occuper. Donc avec la voix de la raison, la seule valable pour les économistes, il faut la voie du care, un terme peut-être encore meilleur que l'altruisme ou la compassion parce que si des gens disent I don't care, je m'en fiche, ça la fout mal. Le care c'est donc la sollicitude, le fait d'être concerné par autrui. Et ça de plus en plus d'économistes y croient et essayent d'imaginer un système qui ne soit pas fondé uniquement sur la maximisation des intérêts égoïstes. La société fonctionnerait beaucoup mieux et ça correspondrait davantage à la réalité parce que les gens ne sont pas tous des égoïstes forcenés!

L'altruisme, ce serait donc la pensée du XXIe siècle?

Absolument! C'est le fil d'Ariane qui relie le court terme de l'économie, le moyen terme de la qualité de vie et le long terme de l'environnement. Sans l'altruisme, il n'y a aucun système intellectuel capable de prendre en compte les trois. Un économiste pur et dur vit au jour le jour, sans penser à l'avenir. Mais s'il a une considération pour autrui, il fera en sorte d'améliorer la qualité de vie des autres. S'il y a davantage de considération pour autrui, détruire la planète est inenvisageable.

Pourtant, il y a toujours des conflits, de la violence...

Il y a des causes aux violences. C'est la déshumanisation de l'autre. On dit que c'est des vermines, des pestes, des rats, on en fait des animaux. Il faut comprendre ces causes pour mieux lutter contre. Mais il y a aussi des forces qui créent une fausse idée de la réalité. Il suffit de regarder les actualités, il y a de la violence partout, la Syrie, le Soudan, les kalachnikovs à Marseille... Or c'est complètement faux.

Si vous regardez l'évolution de la violence au cours des siècle, la violence n'a cessé de diminuer au cours de l'Histoire. En Angleterre au XIVè siècle, il y avait 100 homicides par an pour 100.000 habitants, maintenant c'est 0,7. En Europe, le taux a baissé de 100 à 50 fois par rapport à il y a trois siècles. Le nombre moyen de victimes par conflit dans le monde était de 30.000 en 1950. Il est de 900 aujourd'hui. Alors bien sûr qu'il y a encore des conflits, mais si vous prenez l'ensemble global ça a diminué. La violence contre les enfants a diminué, la violence contre les femmes a diminué. Certes, il y a encore beaucoup à faire, mais beaucoup a déjà été fait.

On peut encourager la diminution de la violence...

On sait qu'il y a des facteurs de réduction de la violence et qu'on peut les encourager. Le statut des femmes, la démocratie... Prenons l'exemple de l'Europe. Au XIVè siècle il y avait 5000 entités politiques en Europe, à l'époque de Napoléon environ 250, et aujourd'hui une cinquantaine, qui sont démocrates, qui font du commerce les uns avec les autres... Il n'y a aucune chance que la Belgique entre en guerre avec l'Italie, zéro. Les pays qui entrent en guerre ont une démocratie dysfonctionnelle. Il y a donc un progrès indubitable, il faut le reconnaître car c'est encourageant.

Qu'est-ce qui vous semble le plus encourageant dans la société contemporaine ?

Ce qui fait le plus espérer, c'est de constater cette évolution dans l'humanité. La bonté est bien plus présente dans nos vies que ce que nous imaginons. On peut la cultiver au niveau individuel, mais aussi au niveau sociétal... Victor Hugo disait "Rien n'est plus puissant qu'une idée dont le temps est venu", je crois que l'âge de l'altruisme est venu.

Plaidoyer pour l'altruisme : l'interview de Matthieu Ricard

___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article
Repost0