Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 22:25

therese jeanne arc

Thérèse de Lisieux dans le rôle de Jeanne d'Arc

 

Les rencontres fraternelles, "récréations", sont des temps importants de la vie carmélitaine. Elles équilibrent la vie de prière continuelle vécue dans le silence et la solitude. Les fêtes sont particulièrement mises en valeur. Elles sont occasion de création de sketches, pièces de théâtre, souvent costumés et mis en musique.

 

 

Thérèse a écrit plusieurs pièces de théâtres, "récréations pieuses", sur des thèmes spirituels à l'occasion de la fête de la prieure ou autour de la fête de Noël dont :


···· La Mission de Jeanne d'Arc
···· Jeanne d'Arc accomplissant sa mission

 

Ces pièces de théâtre sont l'occasion pour Thérèse de rappeler à ses soeurs l'essentiel de la vie carmélitaine : l'amour de Jésus, la charité fraternelle, l'humilité, la prière pour les pécheurs et pour les prêtres.

Elle en était le plus souvent l'auteur, le metteur en scène et l'interprète principale, ayant un véritable don pour la comédie.

 

Pour l'anecdote, Thérèse poussa l'identification à Jeanne d'Arc jusqu'à manquer de brûler vive par accident lors de la représentation de la scène du bûcher. "Elle resta calme et immobile au mileu du danger, faisant à Dieu le sacrifice de sa vie, comme elle l'a dit ensuite", témoigne une de ses soeurs.

 

"J'ai relu  la pièce de Jeanne d'Arc que j'ai composée. Vous verrez-là mes sentiments sur la mort ; ils sont tous exprimés."
Thérèse

 

La Mission de Jeanne d'Arc (extrait)

 
 [Scène 8-9]

JEANNE, avec une expression de bonheur indicible.

Oh ! que je suis heureuse !... Maintenant la mort ne m'effraie plus, je la désire comme l'aurore de mon bonheur éternel. Sainte Martyre, ce soir, je serai votre soeur, je pourrai suivre avec vous l'Agneau Divin et chanter le cantique qu'il n'est permis qu'aux vierges de redire !...

SAINTE CATHERINE, se levant.

A bientôt, ma Soeur chérie, dans quelques instants tu quitteras ce lieu d'exil. Comme la colombe sortie de l'arche et ne trouvant pas où se reposer sur la terre, tu vas voler vers l'arche Sainte et les portes du Ciel vont s'ouvrir pour te laisser entrer !...

JEANNE

O Douce Vierge ! n'oubliez pas votre promesse, venez à moi, soutenez mon courage pendant le martyre que je vais souffrir.

SAINTE CATHERINE

Oui, je vais t'accompagner et chanter la beauté du Ciel qui va s'ouvrir à tes yeux !... Je vais chanter la palme et les couronnes immortelles que les anges des Cieux s'apprêtent à te donner. (Elle dépose un baiser sur le front de Jeanne et disparaît).

JEANNE   seule, chante ce couplet
sur l'air : «Pourquoi m'avoir livré», etc.

Seigneur, pour votre amour, j'accepte le martyre
Je ne redoute plus ni la mort ni le feu
C'est vers vous, ô Jésus ! que mon âme soupire
Je n'ai plus qu'un désir, c'est vous [voir] ô mon Dieu.
Je veux prendre ma croix, doux Sauveur, et vous suivre
Mourir pour votre amour, je ne veux rien de plus
Je désire mourir pour commencer à vivre
Je désire mourir pour m'unir à Jésus. (bis)

 

Extrait du site http://www.carmeldelisieux.fr/

 

Oeuvre littéraire de Sainte Thérèse en ligne

http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/2653/TM.htm

___________________________________________________________________________________________

Si vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue
http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 21:59

bertrand-vergely.jpg

 

RCF 3 Mars 2012 Halte spirituelle

Si la tendance est à la méditation plutôt qu'à la prière, au spirituel plutôt qu'à la religion, la tradition judéo-chrétienne peut-elle répondre à la quête spirituelle de nos contemporains ? Réponses de Bertrand Vergely au micro de Béatrice Soltner.

Pour Bertrand Vergely, la spiritualité est d'ordre vital. L'homme est occupé par trois besoins vitaux :

- le besoin physique de manger, dormir ou boire... ;

- le besoin identitaire de reconnaissance par le contexte social - le besoin également affectif ;

- le besoin de l'expérience spirituelle : "nous ne pouvons pas étouffer en nous le souffle de l'esprit qui nous appelle".

La vie spirituelle : une vie charnelle transfigurée. Dans la tradition orthodoxe, l'être humain est corps, âme et esprit. Le spirituel est complètement incarné - l'expérience spirituelle ne consiste pas à s'évader du corps !

Pour le philosophe Bertrand Vergely, l'homme spirituel fait trois expériences :

- L'expérience du rayonnement : nous avons besoin les uns les autres d'être présents l'un à l'autre par une présence incarnée, préalable indispensable à toute communication réussie ;

- L'expérience de l'intelligence, liée à ce rayonnement : avoir de l'esprit, c'est être capable de s'adapter, avoir de l'à-propos, habiter le moment présent ;

- L'expérience de la réconciliation : du rire et de l'humour, capable désamorcer les conflits.

L'homme spirituel a-t-il besoin de la religion ? Le propre de la religion est de révéler l'expérience de la vie quotidienne, l'importance d'habiter les choses, de nous libérer des conflits. Pour arriver à une présence, à une intelligence, il faut entrer dans les profondeurs de l'esprit : ce que donne l'expérience religieuse, laquelle relie à plus vaste et plus haut que nous. Il s'agit d'une véritable expérience de la présence, de l'intelligence et de la réconciliation.

 

Ecouter Bertrand Vergely

 

Ecouter en ligne : cliquer la flèche verte

 

Ecouter en ligne (fonctionne sur Ipad et sur certains navigateurs)

ou télécharger http://eocf.free.fr/audio/rcf_jonas.mp3

 

Si vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 22:03

  ohel_abraham.jpg

 

Abraham... dressa sa tente, ayant Béthel à l'occident et Aï à l'orient: il bâtit là son autel à l'Eternel, et l'invoqua.

Genèse 12, 8.

 
Adorer Dieu, c'est lui redonner tout ce qu'il nous a donné de meilleur. Chaque fois que Dieu vous accorde un bienfait, rendez-le lui comme un témoignage de votre amour. Prenez votre temps, recueillez-vous devant Dieu et, par un acte d'adoration, redonnez-lui ce qu'il vous a donné. Si au contraire vous le mettiez de côté pour votre usage personnel, cela moisirait en vous, comme la manne que les Israélites mettaient en réserve.

 

Les trésors spirituels que Dieu vous donne, il ne veut pas que vous les gardiez pour vous-même, il faut que vous les lui rendiez pour que d'autres en profitent.

Béthel est le symbole de la communion avec Dieu; Aï le symbole du monde. Abraham dresse sa tente entre les deux.

 

Notre activité pour Dieu dans le monde n'a de valeur que par notre intime communion avec lui, dans notre for intérieur. La précipitation est toujours coupable, le temps ne manque jamais pour adorer Dieu.

 

Vouloir s'isoler du monde pour rester seul avec Dieu, cela n'est pas sans danger. Il nous faut dresser notre tente de manière à pouvoir toujours nous recueillir devant Dieu, quelque tintamarre que mène le monde.

 

Il est faux de concevoir comme trois étapes distinctes l'adoration, l'attente et l'action. Certains chrétiens sautent, comme des grenouilles, de l'adoration à l'attente, puis de l'attente à l'action. Dieu ne l'entend pas ainsi: les trois doivent marcher ensemble, comme dans la vie de Jésus. Jamais il ne se hâtait, jamais il ne restait sans rien faire. C'est une discipline à conquérir, qui ne s'acquiert pas en un jour.

 

http://www.labiblepdf.com/

 

Si vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue
http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article
Repost0