Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 22:08

hymne_a_la_joie.jpg 

 

La joie est un besoin et une force pour nous, même physiquement. Une sœur qui a cultivé l'esprit de joie ressent moins la fatigue et est toujours prête à faire le bien. Une sœur remplie de joie prêche sans prêcher. Une sœur joyeuse est comme le rayon de soleil de l'amour de Dieu, l'espérance d'une joie éternelle, la flamme d'un amour brûlant.

La joie et une des meilleures garanties contre la tentation. Le diable est porteur de poussière et de boue, toute occasion de les jeter sur nous lui est bonne. Un cœur joyeux sait comment s'en protéger.

Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité
Jesus, the Word to Be Spoken, ch. 12 (trad. Jésus, celui qu'on invoque, Nouvelle Cité 1988, p. 160)

Partager cet article
Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 22:43

 Pendant une semaine et demie, on n'aura jamais autant parlé de justice, de tribunal et de pénal aux Français. Des kilomètres d'aigres polémiques, de gloses au sujet des procédures pénales américaine et française. Trop, ce fut trop !

 

Je ne suis pas certain que nous ayons l'esprit plus clair après cette avalanche médiatique. Pour prolonger l'éditorial de Jean-Pierre Denis sur le péché, remettons-nous en mémoire deux idées simples. Elles constituent - ou devraient constituer-les vrais fondements d'une justice civilisée.

 

La première est que chacun de nous est « capable de tout », du meilleur comme du pire. Les correspondants de guerre - dont je fus - le savent bien.

 

Dans certaines circonstances, le plus pacifique quidam peut devenir un meurtrier, voire un tortionnaire. Cela signifie que le mal n'est pas seulement à l'extérieur, chez l'autre. Il habite aussi à l'intérieur de nous-même. Il est notre ennemi intime.

 

Répéter à propos d'un présumé coupable « cela ne lui ressemble pas » n'a pas de sens. En propageant la formule, les communicants et les amis de Dominique Strauss Kahn étaient maladroits. Je pense à des auteurs chrétiens comme Georges Bernanos ou Maurice Clavel qui n'ont cessé de réfléchir à cette évidence.

 

Le mal est en nous. On peut même interpréter ainsi le concept si décrié de péché originel. Le mal n'a pas seulement élu domicile chez des criminels ou des « monstres » dont il suffirait de se débarrasser pour éradiquer le mal de l'univers.

 

Il nous appartient d'affronter, fermement et modestement, celui qui loge en notre for intérieur. Cela nous interdit de jouer à l'inquisiteur, comme tant de gens l'ont fait ces derniers jours. C'est d'ailleurs ce que nous rappelle l'épisode de la femme adultère dans l'Évangile de Jean (8,7). « Que celui gui n'a jamais péché... »

 

La seconde idée simple corrige et complète la première : on ne peut ni ne doit réduire un être humain à la somme de ses actes. Tout criminel, même le pire, est capable de rédemption. En lui demeure la parcelle d'humanité qui pourra fonder son rachat. Transposé sur le terrain du droit pénal, cela  signifie qu'au-delà de la punition, il reste un « après ». Il n'existe pas, en somme, de monstre irrécupérable même si, parfois, nous sommes tentés de le penser. Là gît d'ailleurs le meilleur argument contre la peine de mort. Il n'y a pas de « monstre absolu » ni de « criminel né ».


La justice européenne a mis plus d'un siècle à réfuter cette notion effrayante, élaborée au XIXe siècle par le criminaliste italien Cesare Lombroso, et la justice implacable qu'elle fondait. Pourquoi rappeler cela ? Parce que le durcissement répressif risque de nous y ramener. Quant à l'expéditive «justice médiatique », convenons hélas qu'elle fait souvent du Lombroso sans le savoir.

JEAN-CLAUDE GUILLEBAUD
Journaliste, écrivain et essayiste

jc.guillebaud@lavie.fr

Partager cet article
Repost0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 22:17

aramancienj.jpg

 

 

Aboun d'ouashmaya néthqaddash shmakh
tétéh malkoutakh néhouée tséouyanakh
aïkanna d'ouashmaya ap b'ar'a

haoulan lahma d'sounqanan yaoumana
ouashwoklann haouba'inn ou ahtaha'inn
aïykanna d'aphnann shouaqahinn l'hayaoua'inn

ou la ta'lann lnessiona
ella passan men bisha

mettoldilakhi malkoutha ou haïla ou teshbota
l'alam alminn amen

****

Traduction mot à mot :

ABOUN D'OUASHMAYA
Notre Père des cieux

NETHQADDASH SHMAKH
sanctifié soit Ton Nom

TETEH MALKOUTAHK
Vienne Ton Royaume

NEHOUEE SEOUYANAIAK
soit Ta Volonté

AIYKANNA D'OUASHMAYA
Comme c'est aux cieux

AP B'AR'A
qu'ainsi ce soit sur terre

HAOULAN LAHMA
donne-nous le pain

D'SOUNQANAN YAOUMANA
celui dont nous avons besoin aujourd'hui

OUASHWOKLANN HAOUBA'IN
et laisse tomber ce que nous avons à te rendre

OUAHTAHA'INN
et ce en quoi nous t'avons offensé

AIYKANNA D'APHNANN SHOUAQAHIN
comme nous de même l'avons fait

LHAYAOUA'INN
pour qui avait à nous rendre

OU LA TA'LANN
Et ne nous laisse pas aller

LNESSIONA
dans les moments difficiles

ELLA PASSAN MEN BISHA
mais arrache-nous plutôt au Mauvais

METTOL DILAKHI MALKOUTHA
Car À Toi le Royaume

OU HAILA
et la Force

OU THESHBOTA
et la Gloire

L'ALAM
dans-tous les temps

ALMINN
à jamais

AMEN
Amen

 


Partager cet article
Repost0