Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 22:47

Maurice-Zundel.jpg

 

Il n'y a pas de morale chrétienne. Il y a une mystique chrétienne. L'immense majorité des chrétiens ne s'en sont pas aperçus... Dans le Christ, il n'y a pas de loi. Dans le Christ commence un régime nouveau, le régime de la grâce qui est le régime de la liberté, qui est le régime de l'amour.

 

Maurice Zundel

Partager cet article
Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 22:57

 

 

Toutes les paroles sacrées de l'Évangile sont remplies des commandements du Seigneur. Pourquoi donc le Seigneur dit-il que l'amour est son commandement à lui ? « Voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres. » C'est que tout commandement découle du seul amour, que tous les préceptes n'en sont qu'un, et qu'ils reposent sur le seul fondement de la charité. [...]

Comment garder cet amour ? Le Seigneur lui-même le laisse entendre : dans la plupart des préceptes de son Évangile, il ordonne à ses amis de s'aimer en lui, et d'aimer leurs ennemis à cause de lui. Celui qui aime son ami en Dieu et son ennemi à cause de Dieu possède la vraie charité.

Il est des hommes qui aiment leurs proches, mais seulement à cause des sentiments d'affection qui naissent de la parenté naturelle... Les paroles sacrées de l'Évangile ne font à ces hommes aucun reproche. Mais ce que l'on accorde spontanément à la nature est une chose, ce que l'on doit par charité à l'obéissance en est une autre.

 

Les hommes dont je viens de parler aiment sans doute leur prochain..., mais selon la chair et non selon l'esprit... En disant : « Voici mon commandement : vous aimer les uns les autres », le Seigneur a donc tout de suite ajouté : « comme je vous ai aimés ». Ces paroles signifient clairement : « Aimez pour la même raison que je vous ai aimés ».

 

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape et docteur de l'Église
Homélies sur les évangiles, n° 27 ; PL 76, 1204 (trad. Jean expliqué, DDB 1985, p. 119 rev.)

Partager cet article
Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 22:52

 

Aimons Dieu, mes frères, aimons Dieu, mais que ce soit aux dépens de nos bras, que ce soit à la sueur de nos visages. Car bien souvent tant d'actes d'amour de Dieu, de complaisance, de bienveillance, et autres semblables affections et pratiques intérieures d'un cœur tendre, quoique très bonnes et très désirables, sont néanmoins très suspectes, quand on n'en vient point à la pratique de l'amour effectif. « En cela, dit notre Seigneur, mon Père est glorifié que vous rapportiez beaucoup de fruit » (Jn 15,8).

 Et c'est à quoi nous devons bien prendre garde ; car il y en a plusieurs qui, pour avoir l'extérieur bien composé et l'intérieur rempli de grands sentiments de Dieu, s'arrêtent à cela ; et quand ils en viennent au fait et qu'ils se trouvent dans les occasions d'agir, ils demeurent court. Ils se flattent de leur imagination échauffée ; ils se contentent des doux entretiens qu'ils ont avec Dieu dans l'oraison ; ils en parlent même comme des anges ; mais, au sortir de là, est-il question de travailler pour Dieu, de souffrir, de se mortifier, d'instruire les pauvres, d'aller chercher la brebis égarée (Lc 15,4s), d'aimer qu'il leur manque quelque chose, d'agréer les maladies ou quelque autre disgrâce, hélas ! il n'y a plus personne, le courage leur manque.

 

Non, non, ne nous trompons pas : toute notre tâche consiste à passer aux actes.

 

Saint Vincent de Paul (1581-1660), prêtre, fondateur de communautés religieuses
Entretiens spirituels aux Missionnaires, fragment 171 (Seuil 1960, p. 905)

Partager cet article
Repost0