Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 22:07

Bernhard_von_Clairvaux_-Initiale-B-.jpg« Pourquoi, maintenant, te désoler, ô mon âme, et gémir sur moi ? » Penses-tu trouver en toi aussi une place pour le Seigneur ? Et quelle place en nous est digne d'une telle gloire, et suffit-elle à recevoir sa Majesté ? Puissé-je seulement l'adorer aux lieux où se sont arrêtés ses pas ? Qui m'accordera de pouvoir au moins suivre les traces d'une âme sainte « qu'il s'est choisie pour son domaine » ? Cependant puisse-t-il aussi daigner répandre en mon âme l'onction de sa miséricorde, si bien que je sois capable de dire, moi aussi : « Je cours dans la voie de tes volontés, car tu mets mon cœur au large ». Je pourrai peut-être, moi aussi, montrer en moi, sinon « une grande salle toute prête, où il puisse manger avec ses disciples », du moins « un endroit où il puisse reposer sa tête »...

Il est nécessaire que l'âme grandisse et s'élargisse pour être capable de Dieu. Or, sa largeur, c'est son amour, comme dit l'apôtre Paul : « Élargissez-vous dans la charité ». Car, bien que l'âme n'ait aucune dimension spatiale puisqu'elle est esprit, la grâce lui confère ce que sa nature exclut... La grandeur de chaque âme est donc à la mesure de sa charité. Si bien que celle qui a beaucoup de charité est grande, celle qui en a peu est petite, celle qui n'a rien est néant. Saint Paul affirme en effet : « Si je n'ai pas l'amour, je suis rien ».

(Références bibliques : Jn 14,23; Ps 21,4; Ep 3,17; Jn 1,3; Ps 131,14; Ct 2,10; Ps 41,6; Ps 32,12; Jn 14,23; Ps 118,32; Mc 14,15; Mt 8,20; 2Co 6,13; 1Co 13,3)

 

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église
Sermons sur le Cantique des Cantiques, n°27, 8-10 (trad. Leclercq in Delhougne, Les Pères commentent, p. 370)

Partager cet article
Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 22:56

chemin_vers_lumiere.jpg

 

Le savant, l'homme de laboratoire, le chimiste, qui interroge l'Univers, s'il ne pense qu'à faire de l'argent, s'il s'amuse, s'il n'a aucun respect de la vie, peut réussir des expériences mais ne pourra jamais connaître la Vérité. Pour connaître la Vérité, il faut appliquer la grille du respect et de l'amour : quand un homme cherche dans la lecture, il n'est pas seul, quand un homme cherche dans son laboratoire, il n'est pas seul!

A travers l'expérience qu'il fait, il n'est pas seul, il y a une Pensée, une Présence, une Intelligence, une Lumière qui l'appelle. Il doit faire le vide en soi, il doit se purifier pour découvrir la Vérité. Alors, peu à peu, à travers ses calculs et ses mesures, à travers son microscope, son télescope, ses dissections atomiques, il va être en contact et en dialogue avec Quelqu'un, et la Vérité, ce sera cette Présence d'amour qui lui permettra de dépasser le laboratoire, les calculs et les observations pour dialoguer à travers eux avec la Lumière qui commence à illuminer son intelligence et à lui faire comprendre que l'Univers est en avant de lui, que l'Univers est imparfait, inachevé, qu'il n'existera finalement que lorsqu'il aura fermé l'anneau d'or des fiançailles éternelles, donné le complément et le supplément de son oui, le supplément et le complément de son amour.

 

Maurice Zundel

Partager cet article
Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 22:23

abba pere 1

 

Jésus te donnait un nom de tendresse.

Il murmurait les premières syllabes

de l'enfant qui tend les bras vers son Père :

"Abba" ... "Abba" ...

Aujourd'hui dans notre français,

faudrait-il t'appeler "Papa"?

Aucun traducteur ne l'a jamais osé.

On continue de te dire : "Père",

avec une réserve qui semble creuser la distance.

 

Les mots sont pétris d'attitudes et de regards.

Quand Jésus balbutiait : "Papa",

il inventait un coeur à coeur,

une liberté, une joie inconnue.

Le rapport des hommes avec toi se transformait soudain.

Nous n'avons pas été capables de continuer le chemin

en fredonnant "papa".

Nous en sommes toujours aux raideurs et aux politesses.

 

Dis, faut-il se risquer aux jours de soleil,

aux heures laborieuses, aux nuits de tristesses,

à chuchoter :

"Papa"?

 

GB in Fêtes et Saisons N°456

Partager cet article
Repost0