Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 22:34

 

 

Yasmin Levy chante en ladino, langue des juifs partis dEspagne au XVème siècle. Native de Jérusalem, elle reprends les ballades nostalgiques apprises par son pere avec un mélange de Flamenco et de rythmes orientaux.
Ici 2 titres , La Alegria, et Naci en Alamo, une reprise d'une chanson de la BO du film Vengo .

 

Super duo d'elle avec un chanteur turc Ibrahim Tatlises

 

http://www.youtube.com/watch?gl=FR&hl=fr&v=so5PsXu8gDo

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 22:03

P.Georges-Calciu.jpgLa pression qui s’exerce sur l’homme contemporain est telle qu’il est souvent dans une tension extrême et que la moindre provocation qu’il ressent fait naître rapidement en lui la colère qui est un péché. Les causes peuvent en être un enfant qui ne nous écoute pas, un conjoint qui nous contredit, un automobiliste qui nous coupe la route ou fait seulement mine de le faire… tout cela nous donne aussitôt un motif de nous mettre en colère.

 

Cette colère naissante est un péché, même si elle ne s’extériorise pas ou n’est pas perçue par celui qui l’a provoquée, car elle nuit à notre âme et à notre cœur. C’est évidemment le diable, celui qui se nourrit de toute division, qui la suscite, désirant nous faire entrer en tentation …


Le Sauveur nous met pourtant très sévèrement en garde en des termes sans ambigüité contre la colère qui fait naître les conflits verbaux allant jusqu’à l’emploi d’insultes :
«Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère sans raison contre son frère mérite d'être puni par les juges ; que celui qui traite son frère de ‘Raqa !’, de ‘Vaurien!’ mérite d'être puni par le sanhédrin ; et que celui qui le traite de ‘Fou’ ! mérite d'être puni par le feu de la géhenne. » (Matt 5:22).


Personne n’a de mauvaises pensées sans qu’elles ne corrompent leur cœur qui doit être la demeure de Dieu…
Je conseille à mes pénitents de prononcer trois ou cinq "Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur." avant même d'exprimer leur colère, que ce soit en paroles ou en gestes, voire avant même qu’elle ne se développe mentalement. En prononçant aussitôt cette prière et en se concentrant avec humilité sur le mot pécheur, dès qu’apparaît la colère, celle-ci s’apaisera. Beaucoup ont ainsi réussi à améliorer leur vie, leurs relations familiales et leurs relations avec les autres et même leur vie intérieure.


Tous les conflits de ce monde ont leur origine dans une colère ininterrompue. Quelqu’un est en colère et blesse l’autre qui lui répond par une violence d’une force plus grande encore. Une fois que cet enchaînement infernal a démarré, on ne peut l’arrêter que par la prière – une prière authentique.[...]


Le Nom de Jésus est doux à prononcer. Il chasse les démons et fait revenir les anges dans votre cœur et dans votre esprit, il vous fait supporter les autres avec douceur.


P. Georges Calciu confesseur et père spirituel roumain (1925-2006)
(version française de Maxime le minime d'un article de The Orthodox Word No.261)

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 22:41

meditation-5.jpg

 

Dans les profondeurs de la méditation, les sages

Ont vu en eux-mêmes le Seigneur de l’Amour,

Qui réside dans le cœur de toute créature.

Dans l’intime du cœur de tous il réside…

 
Le Seigneur de l’Amour tient le monde dans sa main,

Composé du changeant et de l’immuable,

Du manifeste et du non-manifeste.

Le soi séparé, qui ne connaît pas encore le Seigneur,

Est en quête de plaisir, et n’en devient

Que plus attaché. Quand il voit le Seigneur,

Alors vient la fin de l’attachement.

 
Tout change dans le monde des sens,

Mais immuable est le Seigneur de l’Amour.

Médite sur lui, absorbe-toi en lui,

Réveille-toi du rêve de la séparation.

 

Sache qu’il est toujours enchâssé dans ton cœur.

Il n’y a vraiment rien d’autre à savoir dans la vie.

Médite et prends conscience que ce monde

Est plein de la présence de Dieu.

Shvetashvatara Upanishad, versets 3, 8, 10 et 12, d’après la traduction anglaise de E. Easwaran, The Upanishads, Tomales, CA, Nilgiri Press, 1987, p. 217-218.

 

Partager cet article
Repost0