Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 22:41

Beau dessin animé russe sans sous-titre mais facilement compréhensible.

 

On entend souvent désormais dans le monde de l'entreprise cette phrase désabusée "Nul n'est irremplaçable" qui se voudrait une phrase de sagesse et d'incitation à la modestie - ce qui n'a rien de négatif au départ mais qui finit par la dévalorisation de l'individu isolé et perdu dans des machines et des structures qui les dépassent ...

 

Dans le travail des choses de ce monde, peut-être... mais dans le monde spirituel qui demeure pour presque nous tous un monde invisible, c'est le contraire !

 

Chacun a une place et un rôle dans le dessein de Dieu, que nul autre ne pourrait assumer à sa place, et qui  donne à la moindre petite personne, même ignorée de tous mais aimée de Dieu, infiniment de prix aux yeux de notre Maître et Créateur, comme autant de responsabilité vis à vis du monde créé...

 

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 23:48

leon-tolstoi-portrait.jpg

 

 

 

Cliquer la flèche verte pour écouter l'émission 2000 ans d'histoire de Patrick Gélinet avec l'écrivain Vladimir Fédérovsky

 

 L’homme a conscience d’être Dieu et il a raison parce que Dieu est en lui. Il a conscience d’être un cochon et il a également raison parce que le cochon est en lui. Mais il se trompe quand il prend le cochon pour un dieu.

 

Léon Tolstoï

 

Tolstoï avait divisé sa vie en quatre périodes. « La période merveilleuse, disait-il, jusqu’à l’âge de 14 ans. Puis, ce qu’il appelait « l’horrible deuxième période » : vingt ans de dépravation, de débauche, de libertinage avant de se consacrer exclusivement à sa famille et à son œuvre jusqu’en 1881. Commençait alors la quatrième période dans laquelle, disait-il, « je vis maintenant, dans laquelle j’espère mourir et au sein de laquelle je vois toute la signification de ma vie passée. »

 

C’est ce qu’écrivait Tolstoï dans des notes autobiographiques rédigées 7 ans avant sa mort. Scandalisé par la misère matérielle et morale des paysans russes et l’obscurantisme du régime tsariste et de l’église orthodoxe, l’écrivain s’était métamorphosé en moraliste et avait renoncé à tout, y compris aux droits d’auteurs considérables que lui avait rapportés ses romans dont le plus célèbre : Guerre et Paix racontait l’histoire de l’invasion de la Russie par Napoléon en 1812.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 23:26

L'art est propre à l'espèce humaine.Barbara-Hendricks.jpg

Il est essentiel et vital.

Il répond à notre besoin primordial de partager avec les autres

et il nous aide à comprendre notre condition humaine.

Dans un concert, il y a des moments où la salle

entend la musique d'une seule oreille et ressent les mêmes vibrations.

Comme si la musique contournait notre cerveau arrogant

et allait directement à la source pour nous rappeler,

en un millième de seconde, que nous faisons partie de cette famille

qui s'appelle l'humanité.

 

Barbara Hendricks

Partager cet article
Repost0