Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 23:01
La période liturgique de l'Avent nous place d'abord devant la venue du Christ, à la fin du monde, ou plutôt à la fin d'un monde, le nôtre, le monde présent .Et il est bon que notre foi se renouvelle dans cette perspective. Cependant, le royaume de Dieu est proche aussi, en un autre sens. Parce que l'annonce de la Bonne Nouvelle l'a déjà fondé sur la terre, parce que le Royaume, dit Jésus, « est au milieu de vous », la venue du Christ s'accomplit chaque jour. Sa puissance ne se manifeste pas dans l'éblouissement de la gloire, mais elle agit - visiblement parfois, secrètement la plupart du temps - sur le cœur des hommes [...].

Aux Ephésiens, Paul dit, en citant sans doute une hymne chrétienne primitive : « Eveille-toi, toi qui dors, lève-toi d'entre les morts, et sur toi luira le Christ » (Ep 5,14). Il y a des moments où, prenant un peu de recul par rapport à l'existence, on a l'impression en effet qu'un sommeil pesant accable tous ceux que l'on voit, que l'on côtoie, y compris les plus agités. Ils traversent la vie comme des somnambules. La réalité, la vraie, leur échappe.


LE PÈRE CARRÉ (1908-2004), DOMINICAIN
« Demeurez en ma Parole » (Cerf 1980, p. 14)
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 12:20

O Jésus ! tous les vents ont soufflé ton prodige ;
L'âme neuve jaillit aux splendeurs du chemin,
Et déjà cet ailleurs est plus beau que demain,
Avec de grands frissons troublants comme un vertige.

Dis ! quel est face à toi ce misérable humain
Que l'amour à lui seul couronne de prestige ?
Le voilà sans plus rien qui l'accable ou l'afflige,
Celui dont le coeur fort a vu ta juste main.

C'est chaque homme ! vous ! moi ! tout un peuple en délire !
Où le sourd peut entendre ! où l'aveugle peut lire
Dans la grâce inouïe et la fougue du ciel !

Oh ! nous n'avons plus peur ; la mort même est si douce :
Un baiser triomphant, le soir providentiel,
L'image de la croix qu'un soleil éclabousse.



Poème extrait de " La Blessure des Mots "

Thierry CABOT

http://www.p-o-s-i-e.over-blog.net

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 22:58
Voici que s'ouvrent, à grands vantaux, les portes de l'Avent.
Voici l'inattendu qui vient, comme par effraction, briser les verrous de nos peurs.
Voici l'Éternité qui s'en vient prendre corps et cœur dans l'épaisseur drue de nos vies.
Voici l'Avent qui vient s'emparer du grand sablier du temps, en retenir les grains et arrêter, pour un instant, toutes nos fuites en avant. Il est temps, grand temps, de laisser du temps au temps.

Il est temps, grand temps, d'interrompre la course effrénée de nos vies pour mieux nous mettre au rythme lent de la marche.

Voici qu'il nous faut devenir pèlerins des terres intérieures, compagnons de l'aube, arpenteurs d'espérance, frères et sœurs de ce couple amoureux qui s'en va, nous précédant, vers Bethléem, modeste village dont le nom signifie, en hébreu, « maison du pain ». Suivons cet homme, cette femme, qui s'en viennent mettre au monde l'enfance de notre propre avenir !

Oui, Dieu va venir si nous prenons le temps de venir à nous-mêmes, de laisser advenir en nous l'enfant de divine et douce promesse.
Oui, Dieu va venir si nous laissons en nous sa part au grand silence et à la divine paix.
Oui, Dieu va venir si nous faisons de la fraternité ce volet vert de l'espérance qu'on ouvre chaque jour à grande volée sur les matins du monde.
Oui, l'Avent va venir, non pas à côté de nos vies, mais en plein cœur de nos existences bouleversées.

Dieu ne naît pas ailleurs qu'au mitan de nos joies et de nos peines, de nos rires et de nos larmes, de nos confiances et de nos doutes...

Oui, l'enfant de la divine promesse va venir naître parmi nous.

Alors, n'attendons pas d'avoir enfin le temps de l'attendre. N'attendons pas de ne plus courir dans les escaliers inquiets de nos vies pour marcher pas à pas vers le pain qu'il nous promet. Ce pain de Noël qui rassasie autant qu'il creuse nos faims d'éternité. Dieu ne s'attend pas ailleurs que dans la trame des vies qui sont les nôtres.

C'est « en toute chose », disait saint Ignace, qu'il nous faut le trouver ! Que ce modeste livret de prière vous soit une aide, et un guide, et une source, pour vous en allerjoyeux et confiants, vers la douce nuit de Noël !

Bertrand Révillion, diacre Directeur des rédactions de Panorama et Prières des Jours
Partager cet article
Repost0