Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 00:00



"Demeurer, rester", sont des mots que l'évangile de Jean aime méditer et ciseler. Demeurer renvoie à l'idée de lieu et de duré.

En effet, est-il possible de vivre une relation en profonde d'amour, d'amitié, de communauté sans prendre du temps ensemble dans un endroit où l'on se sent bien ? Or, dans le contexte de nos vies si bousculées, il ne serait pas réaliste d'aspirer à demeure avec notre Dieu sans prévoir de libérer des espaces de lieu et de temps de façon régulière. Les grandes traditions mystiques, dont les spiritualités chrétiennes, nous enseignent que, pour entrer dans le silence de l'intériorité, il nous faut pacifier notre corps, au niveau des sensations, des sentiments, de l'activité mentale. Tout simplement, tâchons de réserver quelques minutes par jour, pour commencer.

Nous prenons une position confortable, où l'immobilité et le silence sont favorisés par la verticalité de la colonne, l'amplitude du souffle, la conscience du corps... Nos mains s'ouvrent en signe d'offrande et d'accueil, notre visage se détend et nous découvrons que nous sommes habités par un amour. Jésus lui-même s'est invité en disant . "Nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure" (Jn 14,23)

 

Bernard Ugeux, missionnaire d'Afrique
Partager cet article
Repost0
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 00:00

Ô Trinité Une

Ô dominateur tout puissant,

ô Trinité Une

Père, Fils, Saint Esprit qui êtes en toutes choses,

qui étiez éternellement avant toutes choses,

qui serez quand toutes choses ne seront plus,

je remets mon âme entre vos mains afin que Vous en soyez le gardien, nuit et jour, à toute heure, à tout instant.

Ô Dieu fort,

ô Dieu béni dans tous les siècles, Dieu de toute créature, Trinité Sainte,

soyez toujours mon refuge.

Anonyme (Xe siècle)

Partager cet article
Repost0
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 00:00

Un juif naufragé se retrouve seul sur une île déserte. Après quelques années, il est recueilli par un bateau. Avant de partir, il fait visiter son campement à ses sauveteurs. Près de sa hutte, deux cabanes. L'une, explique-t-il, est sa synagogue. Et l'autre? - Celle-là? C'est la synagogue où je refuse de mettre les pieds

Cette blague juive illustre un des paradoxes fondamentaux du judaïsme, fondé sur une parole révélée, la Torah, donnée par Dieu au Sinaï et transmise par Moïse aux Hébreux. Émanant directement de la divinité, la parole révélée est, en principe, absolue. Mais la tradition juive a imaginé une autre logique : d'abord, il n'est pas interdit d'interpréter la parole révélée; ensuite aucune autorité humaine n'est habilitée à imposer à tous les juifs son interprétation comme étant l'unique possible.
Ainsi, à côté du texte immuable de la Torah, s'est développée une riche tradition de débats exégétiques qui, après des siècles de transmission orale, a été transcrite dans le Talmud.

Extrait de l'article Les courants du judaïsme
Nelly Hansson
Le Monde des Religions Hors série N°2 sur le judaïsme

Partager cet article
Repost0