Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2005 3 14 /12 /décembre /2005 00:00

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frêre feu,
par lequel tu illumines la nuit, il est beau et joyeux , et robuste et fort.

Cantique des créatures
Saint François d'Assise

Illustration de Piero Casentini (Tel. 0039 6 9597059 Valmontone)
pour le Sanctuaire de Saint Damien à Assise

http://www.capuchinfranciscans.org/sub_franciscanprayers.html
http://www.forzavenitegente.it/pierocasentiniFVG.htm

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2005 2 13 /12 /décembre /2005 00:00

Voici Noël qui vient détricoter patiemment le lourd manteau des ténèbres.

Voici Noël qui secrètement mûrit au ventre de l'humain le fruit de la Promesse.

Voici l'enfant de la Divine Espérance qui déjà tend les bras vers le berceau béant de toutes nos blessures.

Frêle lueur de Noël qui pointe à l'horizon de tant de déchirures.

Feu vacillant de Noël qui déjà engage l'ardent combat au gué des nuits obscures.
Noël, Dieu se fait vulnérable et vient naître sur la paille de nos fragilités.

Noël, Dieu s'immisce dans le précaire de nos vies pour, tendrement, mieux être « Notre Père ».
Oui, le voilà ce Dieu qui vient et qui ose se cogner le front à toutes nos portes closes.

Il est là, sur le seuil, il attend patiemment que l'Avent lui déverrouille enfin notre secret désir.

Bienheureux temps de l'attente, de la vacuité, du silence, de la sainte patience où Dieu peut tout, si nous le laissons faire.

Bienheureuse page blanche de l'Avent où notre vie en gestation s'ouvre soudain au Divin Possible, si nous le laissons naître !

Bienheureuse marche à l'étoile vers la nativité d'un Dieu qui, en devenant homme, nous ouvre à notre humanité.

Noël, voie enfin offerte à l'homme pour qu'il fasse de sa vie rien moins qu'une oeuvre d'art !

Noël, et voici qu'un enfant nous invite à devenir icône, trace, Sainte Face, visage enfin envisagé de l'Eternel au coeur du temps bouleversé des hommes !

Noël, et voici que le Très-Haut, à travers nous, se donne des mains, un coeur, un cri, un sourire, pour, au plus bas, au plus proche, apaiser un peu de la douleur du monde !

Il faut donc marcher pas à pas, résolument, fermement, doucement vers l'aube nouvelle et apaisée de la Nativité, non comme on se rendrait à une commémoration du souvenir mais comme on va, confiant et joyeux, vers son avenir !

Dieu n'est jamais moins Dieu que coincé dans les ornières des pieuses nostalgies : il n'est pas né d'hier, mais de demain.

Oui, cet enfant nu, blotti dans les bras de Marie réjouie, roule déjà la pierre des tombeaux de notre humaine - si humaine ! - condition.

Oui, déjà la sainte crèche brille des premiers éclats du grand brasier de Pâques.

Un tout-petit vient, d'en haut, nous murmurer, au plus bas, au plus près, le grand secret de l'Évangile : ton passé n'est pas encore écrit !

Dieu, en toi, reste à naître...

Lui, le Vulnérable, le Tout-proche, vient miséricordieusement, par sa première respiration de nouveau-né, te donner Souffle...

Alors, n'attends plus : sèche tes larmes, prépare ton coeur, habille-toi l'âme pour l'accueillir.

Laisse mûrir en toi le fruit savoureux de Noël...

Bertrand Révillon
Panorama N°416 décembre 2005

http://boutique.bayardweb.com/article/index.jsp?docId=49806

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 00:00

.....On dit aussi que c’est une goutte du sang du Christ qui lors de la crucifixion tomba sur une fleur qui devint rouge

Des coquelicots présentent une croix noire que des traditions populaires rapportent à cette légende.

Partager cet article
Repost0