Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2005 7 23 /10 /octobre /2005 23:00

Fresque dans une église de Chypre

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00

La loi, si l'on peut utiliser ici ce terme, de la vie éternelle est exprimée par deux commandements : celui de l'amour de Dieu, et celui de l'amour de notre prochain. Quand un ascète s'éloigne du monde, sa vie se concentre, au début, surtout sur le premier commandement et sur le repentir personnel, prenant ainsi un caractère apparemment « égoïste ». Plus tard, quand le repentir a atteint un certain degré de plénitude et que la grâce a touché l'âme de l'ascète, commence à agir en lui l'amour du Christ qui se répand sur les hommes et sur toute l'humanité. Alors, même en demeurant dans un désert et sans voir le monde de ses yeux corporels, il le voit en esprit et vit profondément les souffrances du monde, car il les vit avec la conscience chrétienne du caractère unique et de la valeur éternelle de chaque personne humaine.

 

Où que l'homme s'en aille, de quelque désert profond qu'il fasse sa réclusion, s'il suit les voies de la véritable vie en Dieu, il vivra la tragédie du monde, et même incomparablement plus intensément et plus profondément que ceux-là qui vivent en plein dans le monde, car ils ne connaissent pas ce dont ils sont privés. Les hommes souffrent de bien des privations, mais, à de rares exceptions près, ils ne sont pas conscients de leur principale privation. Lorsqu'ils sont privés de biens temporels et qu'ils se rendent compte de ce qui leur manque, ils souffrent et se lamentent ; mais quels ne seraient pas les sanglots et les lamentations du monde entier, s'il devenait conscient de sa principale privation, et avec quelle ardeur ne rechercherait-il pas « la seule chose nécessaire » ?

Il peut y avoir une affliction pour le monde vraie, sainte, agréable à Dieu ; mais il peut aussi y en avoir une perverse et négative. Dans l'âme de l'homme qui n'a pas connu l'amour parfait, les deux commandements du Christ entrent parfois en une violente contradiction. Celui qui aime Dieu s'éloigne du monde et se plonge dans un certain égoïsme spirituel ; comme s'il était indifférent à ce qui se passe dans le monde, il travaille au salut de sa propre âme. Celui qui avec passion aime l'humanité vit ses souffrances. Animé d'un sentiment de compassion pour le monde, il se dresse contre Dieu, le tenant pour responsable des souffrances qui inondent le monde entier. Parfois cette révolte va jusqu'à une haine violente.

Chez le bienheureux Starets on pouvait voir, à l'image du Christ, l'un et l'autre amours dans leur unité organique, mais aussi dans leur diversité de manifestation : triomphant dans l'éternité, l'amour est crucifié dans notre monde de péché.

 

Dieu nous a permis de voir partiellement comment le Starets pleurait pour que le monde ne soit pas privé de la grâce du Saint-Esprit qu'il lui avait été donné de connaître. Il était dévoré d'une profonde « compassion » et demandait à Dieu miséricorde « pour tous les peuples de la terre ».

 

C'est dans un véritable amour pour Dieu qu'un véritable amour pour l'homme trouve sa source. Aussi le Starets affirmait-il constamment que « l'amour divin ne demeure pas en celui qui n'aime pas ses ennemis ».

 

Archimandrite Sophrony
Starets Silouane
Editions Présence

http://seraphim.chez.tiscali.fr/silouane.htm

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

L'idée de la « faiblesse » du christianisme est profondément fausse. Les saints possèdent une force qui leur permettrait facilement de dominer les hommes, les masses, mais ils suivent la voie inverse ils se font les esclaves de leurs frères et par cela acquièrent un amour qui, dans son essence, est impérissable. Sur cette voie, ils remportent une victoire qui demeure dans les siècles ; alors qu'une victoire obtenue par violence n'est jamais durable et, par nature, n'est pas tant la gloire que la honte de l'humanité.

Le Starets concevait l'Incarnation de Dieu le Verbe et toute la vie terrestre du Christ comme amour pour le monde entier, bien que ce dernier soit plein de haine contre Dieu. De même, il avait connu le Saint-Esprit dans l'amour qui, par sa venue, chasse toute haine, comme la lumière chasse les ténèbres ; dans l'amour qui rend l'homme semblable au Christ jusque dans les plus intimes mouvements de son âme. Et c'est cela qui est, selon l'enseignement du Starets, la vraie foi.

« Plusieurs ont étudié toutes les croyances religieuses, mais la vraie foi, celle que l'on doit avoir, ils ne l'ont pas connue par cette voie. Mais celui qui priera Dieu avec humilité pour que le Seigneur l'éclaire, à celui-là le Seigneur fera connaître de quel grand amour il aime les hommes » (cf. p. 268).

Les hommes ont peur de se jeter dans ce feu que le Seigneur est venu apporter sur terre. Ils craignent d'y brûler et d'y « perdre » leur âme. Mais ceux qui n'ont pas reculé et ont eu cette foi (Lc 17,33 ; n 12, 25), comme par exemple le Starets, savent qu'ils ont trouvé la vie éternelle ; ils savent cela avec certitude et n'ont pas besoin d'un témoignage autre que celui de l'Esprit qui témoigne en eux-mêmes (1 Jn 3, 14 ; 5, 10).

La voie du Starets est la voie des saints, indiquée par le Christ lui-même, mais que le monde dans son ensemble n'a pas acceptée. Pour lutter contre le mal, qui se manifeste également sur le plan physique, les hommes recourent à la force physique. Même des chrétiens se trouvent souvent sur cette voie. Mais la sainte Église a toujours suivi les traces du Christ Crucifié prenant sur lui le poids des péchés du monde.

Le Starets avait très nettement conscience que l'on ne peut vaincre le mal que par le bien ; que lutter par la force n'aboutit qu'à remplacer une violence par une autre. Il nous est arrivé bien des fois de parler avec lui à ce sujet. Il disait : « Dans l'Évangile c'est clairement dit... Quand les Samaritains ne voulurent pas accueillir le Christ, les apôtres Jacques et jean voulurent faire descendre le feu du ciel pour les consumer, mais le Seigneur le leur défendit et leur dit " Vous ne savez pas de quel esprit vous êtes... Je suis venu non pour perdre les hommes, mais pour les sauver " (Lc 9, 52-56). Nous aussi, nous ne devons avoir que cette unique pensée : que tous soient sauvés. »

Dieu a bien voulu nous permettre de vivre auprès du Starets et de voir en lui partiellement quelle merveilleuse vie le Christ a apportée sur terre ; de voir comment, dans un même cœur, peuvent coexister de la plus étrange manière une profonde et inébranlable paix ainsi que de grandes et déchirantes lamentations ; une joie radieuse et paisible, et, en même temps, les grands tourments d'un esprit qui vit la tragédie de l'humanité.

Archimandrite Sophrony
Starets Silouane
Editions Présence

http://seraphim.chez.tiscali.fr/silouane.htm

Partager cet article
Repost0