Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 20:30

«Nous pensons que nous avons survécu parce que nous vivions le message de Fatima. Nous avons vécu et prié le Rosaire quotidiennement dans cette maison. Plus de 55 ans plus tard, les scientifiques sont absolument incapables de fournir une explication plausible». 

St Maximilien Kolbe fonde à Nagasak la Cité de l'Immaculée... intacte après la bombe d'Hiroshima

En 1927, le Père Maximilien fonde la cité mariale franciscaine de Niepokalanow (littéralement: la cité de l'Immaculée).

Tout y est consacré à Marie. Nombreux sont ceux qui demandent leur admission au noviciat, au point que le couvent comptera jusqu'à mille religieux.

«À Niepokalanow, dit le Père, nous vivons d'une idée fixe, si l'on peut s'exprimer ainsi, volontairement choisie et aimée: l'Immaculée!»

La presse, dont l'influence ne cesse de grandir, lui apparaît comme un terrain privilégié d'apostolat.

Il lance, en vue de l'évangélisation, la revue "Le Chevalier de l'Immaculée", qui devient bientôt la plus importante publication de Pologne. En 1939, son tirage atteindra un million d'exemplaires.

     Loin d'être l'unique objectif du Père Maximilien, la Pologne n'est qu'un tremplin. Trois ans à peine après la fondation de Niepokalanow, il rencontre, dans un train, des étudiants japonais.

La conversation s'engage et le Père offre des médailles miraculeuses.

En échange, les étudiants lui donnent de petits éléphants en bois qui leur servent de fétiches.

Depuis ce temps, le saint ne cesse de penser à la grande pitié de ces âmes sans Dieu. Aussi se présente-t-il, un beau jour, chez son provincial et lui demande-t-il la permission d'aller au Japon pour y fonder un Niepokalanow japonais.

«Avez-vous de l'argent? demande le Père provincial - Non. - Savez-vous le japonais? - Non. - Avez-vous, du moins, des amis là-bas, quelque appui? - Pas encore, mais j'en trouverai, avec la grâce de Dieu»..

Toutes les autorisations obtenues, le Père part en 1930 avec quatre frères pour le Japon.

À force de travail, d'audace, de prières et de confiance en l'Immaculée, ils parviennent à créer la "Mugenzai no Sono", textuellement: le jardin de l'Immaculée.

Deux ans après la fondation au Japon, le Père Maximilien s'embarque pour fonder aux Indes.

Aux prises avec de grosses difficultés, il prie sainte Thérèse de Lisieux: n'avait-il pas convenu avec elle, jadis à Rome, qu'il prierait chaque jour pour sa canonisation, mais qu'en retour elle serait patronne de ses oeuvres?

Sainte Thérèse honore le contrat. Tous les obstacles tombent comme par enchantement.

Mais, exténué et miné par la fièvre, l'apôtre de Marie Immaculée doit rentrer en Pologne, en 1936.

(le père Kolbe avec les 4 premiers Fères partant au Japon)

Le terrain se trouve sur une longue crête dans le sens opposé à la ville et à l'ensoleillement : personne ne comprend ce choix.

Mais après le cataclysme de la bombe atomique, il retera seul intact et personne ne périra dans l'enceinte du Couvent qui avait été baptisé à sa fondation Mugenzaï no Sono : Le Jardin de l'Immaculé…

Le choix du lieu devient alors compréhensible !

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 20:30

Résolution de nouvelle année : ne pas me cacher systématiquement derrière l’étymologie du mot que j’aurai choisi pour vous parler du monde, de nos défis et de la façon dont Dieu s’y mêle.

D’abord l’étymologie est parfois trompeuse. Connaître, par exemple, ce n’est pas « co-naître », ce n’est pas « naître-avec ». Ce serait vraiment beau.

Cela voudrait dire que le savant doit sympathiser avec l’objet de sa recherche, sous peine de passer à côté de lui. Connaître, ce serait naître au monde.

Trop beau pour être vrai. « Connaître » s’enracine dans nosco, et non dans nasci. Nosco qui, de son côté, et contrairement à ce que j’ai longtemps cru, n’a pas engendré, au moyen d’un « i » privatif, « innocence ».

L’innocence aurait été le dépouillement des savoirs qui nous encombrent : des mains pleines de tout ce que l’on ignore encore ou que l’on consent à ne jamais connaître.

L’innocence serait une docte ignorance, celle qui affilie « nativité » à « naïveté ». Or, plus trivialement, l’innocence est le fait de n’être pas nuisible : in-nocere.

Ce qu’il y a d’ennuyeux avec l’étymologie, ce n’est toutefois pas qu’elle soit parfois erronée. Voyager dans les mots, même quand c’est seulement pour y rêver, est toujours dépaysant. La racine d’un mot se justifie aussi par ce qu’elle nourrit, bien au-delà d’elle.

Ce qui est gênant, c’est au contraire quand elle est trop entendue.

Ainsi du mot « bénédiction ».

Bénir, tout le monde le sait, et tout prêcheur a un jour voulu épater la galerie en le rappelant, c’est dire du bien : bene-dicere.

Ça va certes mieux en le disant : il est toujours heureux qu’un mot soit rendu à son éclat premier. Il est heureux que derrière le mot, on entende le sacrement – et derrière le sacrement, l’acte tout simple de dire du bien.

Cela étant dit, que dire de plus ? Ceci, qui m’est apparu dans une sorte d’illumination philosophique.

Bénir, me suis-je dit, c’est convertir la contingence en nécessité.

Définition de philosophe, qui vous ferait presque regretter les poncifs étymologiques.

On nomme « contingent » ce qui aurait pu ne pas être. Vous et moi sommes contingents : votre père tombait malade le jour où il devait tomber amoureux de votre mère et jamais elle ne tombait enceinte de vous.

On dira « nécessaire », au contraire, ce qui ne peut pas ne pas être. Deux joints à deux ne peuvent pas ne pas faire quatre. Qu’est-ce, dès lors, que convertir la contingence en nécessité ?

C’est dire, d’une vie dont on sait qu’elle aurait pu ne pas être, qu’il est désormais impensable qu’elle ne soit pas.

Au début de la Genèse, Dieu, en le bénissant, rend nécessaire ce monde qu’Il posait librement dans l’être.

L’enfant, nous le savons, aurait pu ne pas être. Certains parents, acculés par la vie et ses conditions matérielles, se disent parfois qu’il aurait dû ne pas être.

Mais dès qu’une parole se penche sur le berceau et murmure que, à tout prendre, il est bon ce jour où il vit le jour, alors, sans que rien de nouveau n’ait lieu, tout a changé.

Car tout est confirmé. L’homme, conscient de sa contingence, mendie la confirmation amoureuse par laquelle il lui sera dispensé d’avoir sans cesse à justifier son existence.

À bien y regarder, d’ailleurs, la puissance de Dieu n’est pas de faire en sorte que n’arrive que ce qui lui agrée – mais de bénir même, et surtout, ce qu’Il n’avait pas prévu.

De bénir ces pécheurs qui l’importunent jusqu’à ce qu’Il fasse tomber sur leur vie Sa parole de vie.

Bénir, c’est redire avec Dieu : Que cela soit !

Martin Steffens 

Auteur de Marcher la nuit. Textes de patience et de résistance, Desclée de Brouwer, 320 p., 18,90 €.

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 20:39

Alain Durel raconte sa rencontre avec un fol en Christ au Mont-Athos (extrait de son livre "La presqu'île interdite. Initiation au mont Athos", Albin Michel, 2010). 

Le fol en Christ
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0