Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 22:55
L'Eglise en feu

Si vous regardez cette vidéo et que vous êtes croyant pratiquant de l'Eglise catholique ou orthodoxe vous allez être secoué...

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2019 2 07 /05 /mai /2019 22:55

Visitation, linteau supérieur du portail Sainte-Anne (vers 1150), cathédrale Notre-Dame de Paris

Le lundi 15 avril au soir, voyant avec une grande tristesse les images de Notre-Dame en flammes, c’est d’abord au portail Sainte-Anne (le portail de droite sur la façade) que j’ai pensé.

Les sculptures du linteau supérieur et celles du tympan (une Vierge à l’enfant) qui le surmontent sont les plus anciennes de Notre-Dame de Paris.

Réalisées au milieu du XIIe siècle pour l’ancienne cathédrale romane (encore placée sous le vocable de Saint-Étienne), elles ont été conservées par les bâtisseurs du XIIIe siècle qui ont pris soin de les intégrer à la façade de la nouvelle cathédrale : Notre-Dame. Si ce soir-là, les pompiers n’avaient pas lutté avec tant de courage contre le feu pour l’empêcher de gagner les tours, il ne serait peut-être resté que des débris de ces sculptures vénérables.

Aucune restitution, aucune copie n’aurait pu les remplacer. L’âme de ces œuvres aurait été à jamais perdue.

Rencontre

Les sculptures du linteau évoquent le mystère de l’Incarnation, depuis l’Annonciation jusqu’à la Nativité. Peu de temps après l’annonce de l’ange, Marie se rend chez sa cousine Élisabeth : c’est la Visitation.

Les deux femmes se rencontrent. Elles se tendent les bras. Elles avaient besoin de se voir, de se toucher… De voir en l’autre le mystère du Salut à l’œuvre.

Les plissés sobres et élégants du voile et de la robe des deux femmes contrastent avec leurs carnations et mettent en évidence leurs mains et leurs visages.

Élisabeth, un peu plus grande que Marie, paraît aussi plus âgée. L’enfant qu’elle porte en son sein est maintenant bien visible ; personne ne l’appellera plus la « femme stérile ». Marie et Élisabeth se prennent par les bras, mais il y a beaucoup de retenue, de pudeur dans leur attitude.

Des gestes de sollicitude et de soutien qui me rappellent ceux qu’échangeaient des personnes aperçues dans la foule le soir de l’incendie.

Partage

La relation qui unit Marie et Élisabeth n’est pas exclusive, au contraire. Les deux femmes se tournent vers l’extérieur et nous invitent à faire de même.

Leurs grands yeux regardent au loin, mais la lumière que cherchent les deux cousines n’est pas celle des projecteurs : elles ne posent pas pour la postérité !

Elles savent que la joie qui les habite les dépasse et qu’elle est faite pour être partagée. L’action de l’Esprit est communicative !

Le regard des deux femmes est une invitation à nous associer au chant de foi et d’action de grâce de Marie : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur… » (Lc 1, 46-47).

Sur le parvis

Le chant de Marie nous dit ce qu’elle est en profondeur : fille d’Israël­, depuis son plus jeune âge, elle a mis sa confiance dans le Dieu de ses pères, le Dieu d’Abraham.

Elle a toujours su que pour le « Puissant » qui « élève les humbles » et « comble de bien les affamés » (cf. Lc 1, 49-53), les plus pauvres sont une priorité ; elle se sent de leur famille.

Est-ce la raison pour laquelle le regard de Marie reste tourné vers le parvis ? Au moment où tant d’énergies et de moyens sont déployés pour redonner un toit à la cathédrale, elle nous invite sans doute à ne pas oublier ceux qui n’en ont pas.

Car il y a aussi des personnes démunies qui attendent nos yeux bienveillants et nos mains tendues pour se reconstruire.

Dominique Pierre
La Croix 

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 22:55
Trois chanteurs pour trois religions à l'unisson

"Allahu Akbar", "Adonaï" et "Ave Maria" à l'unisson devant le Roi Mohammed VI et le Pape François. ☪️✡️✝️

Le samedi 30 mars 2019 à Rabat, l’Orchestre philharmonique du Maroc (OPM) a interprété un arrangement un peu spécial. Des représentants des trois religions monothéistes ont communié en choeur devant Le roi Mohammed VI et le Pape François.

Le muezzin Smahi El Hadni, a prononcé l’appel à la prière musulman (“Allahu Akbar”), accompagné par la chanteuse Françoise Atlan, qui a entonné la prière juive (“Adonaï”) puis rejoint par la chanteuse Caroline Casadesus, fille du chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus, qui a interprété l’“Ave Maria” de Caccini.
Ils ont conclu le concert main dans la main.

Cette oeuvre fait partie d’une série d'événements lancés par l'Orchestre philharmonique du Maroc en 2016 et baptisée “Les religions à l’unisson”. 

Trois Artistes, Trois Religions, pour un symbole fort d'ouverture, d'écoute et de respect entre les cultures Orchestre Philharmonique du Maroc Jean-Claude Casadesus, direction Françoise Atlan et Caroline Casadesus, sopranos Smahi El Harati, ténor 

Eloïse Bella Kohn et Dina Bensaïd, Yadaïn Piano Duo
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0