Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 22:58
L'Eglise Orthodoxe Celtique en quelques photos

Diaporama de photos prises entre 2016 à 2018 montrant un aperçu des deux monastères Sainte-Présence et sainte-Clotilde en Bretagne et de leur environnement, des activités de la paroisse (fêtes de Noël et de Pâques, baptêmes, après-midi théologiques, pèlerinages etc.) et des réunions du clergé (évêques, prêtres et diacres).

Chants de la bande son enregistrés en live pendant des offices d'août 2018.

Le diaporama dure 35' pour pouvoir écouter les 9 chants qui l'illustrent.

Une incitation à découvrir ce lieu sur le chemin de Compostelle ou du Mont-Saint-Michel et pourquoi pas rencontrer les frères et soeurs pour un temps d'échange spirituel, participer aux offices ou faire une retraite de quelques jours.

Horaires des offices

EN SEMAINE (sauf le lundi)
 6 h 30, offices des Matines
 7 h 00, Liturgie Eucharistique
12 h 30, offices de Sexte et None
17 h 30, office de vêpres

LE SAMEDI
  6 h 45, office des défunts suivi de la Liturgie Eucharistique
12 h 30, offices de Sexte et None
17 h 30, office de vêpres suivi du Chapelet

LE DIMANCHE
10 h 00, Liturgie Eucharistique
17 h 30, office de vêpres

Hébergement à l'Oasis (voir ci-dessous)

Personnes seules ou en couple.

Hébergement au monastère Sainte-Clotilde

Uniquement pour les femmes

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 22:58

Adrienne von Speyr (1902 – 1967), épouse, mère de deux enfants, est l’une des premières femmes médecin en Suisse dans les années 20. Mais, elle est, aussi, l’une des plus grandes mystiques contemporaines.

Elle a continuellement cherché la vérité de Dieu, n’étant pas satisfaite de sa religion protestante : « Dieu est autrement » disait-elle.

En 1940, après une grave maladie à la suite du décès de son premier mari qui l’affecte profondément, elle demande à rencontrer l’aumônier des étudiants de Bâle où elle habite.

Sur la terrasse dominant le Rhin, elle se convertit au catholicisme en 1940, lors d’une rencontre mémorable avec le jésuite le père Hans Urs von Balthasar, dont le père de Lubac dira qu’il est le théologien le plus érudit du 20ème siècle.

Il devient son confesseur et directeur de conscience jusqu’à sa mort, recueillant ses pensées théologiques et spirituelles qui lui venaient de sa prière, de ses visions et qu’Adrienne lui dictait.

Plus de 60 volumes que le père Balthasar publie à titre posthume à partir de 1985, avec l’agrément de Jean Paul II.

“L’engagement radical de cette femme de caractère tant auprès des hommes en tant que médecin qu’auprès de Dieu alors même qu’elle est épouse et mère, m’attire. Au début du siècle devenir médecin pour une femme relève du combat. Chercher la vérité de Dieu dans un pays marqué par la Réforme protestante s’avère une quête inlassable.” 

Marie Viloin, réalisatrice.

Le film de Marie Viloin fait renaître l’exceptionnel itinéraire de foi et de vie d’Adrienne.

Ses proches, ses écrits témoignent de ce qui l’habitent depuis l’enfance : sa vocation de médecin indissociable de son amour de Dieu et des hommes.

Regarder la vidéo

cliquer le lien ci-dessous

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 22:54
La Russie retrouve le christianisme

 

Serions-nous aveuglés par une lumière trop forte ?

Il arrive qu'un événement survienne dont la portée est tellement « énorme » que nous oublions de le voir. C'est le cas de la Russie depuis l’effondrement (en 1991) de l'URSS.

Je reviens d'un périple de 1600 kilomètres dans ce pays-continent (le plus vaste du monde) avec mon confrère Alain Frachon et l’historien Nicolas Werth, spécialiste de l’ex-URSS et du bolchevisme.

Nous y avons accompagné une centaine de lecteurs du Monde, de La Vie, de L’Obs, et de Télérama.

Onze jours de navigation sur la Volga, de Moscou à Saint- Pétersbourg. L'itinéraire -y compris un détour plus au nord, par la Carélie -, fut semé d'escales dans des bourgades et villages de la « Russie profonde ».

Tout cela nous a troublés, au-delà de ce que nous imaginions. Nos débats incessants sur Poutine, légitimes, nous font oublier l’essentiel.

Comme un arbre cache la forêt, Poutine nous cache la Russie. Je veux dire que, tout à nos querelles à son sujet, nous oublions de prendre en compte l’effervescence sociétale, culturelle, littéraire, spirituelle qui anime ce pays.

Et quel pays ! La Russie (17 millions de km2) est deux fois plus grande que les États-Unis (9,6 millions de km2) alors qu’elle est deux fois moins peuplée (146 millions d’habitants contre 323 millions aux État-Unis).

Comment ne pas être frappé par le spectacle de cet immense « retour » du christianisme orthodoxe, que trois quarts de
siècle de bolchevisme avaient détruit.

Des centaines de milliers de popes assassinés, des millions d’églises transformées en étables ou en granges à foin, des centaines de monastères démolis. Depuis l'effondrement de l’URSS en 1991, les Russes ont entrepris de rebâtir tout cela.

Quand on parle chez nous de cette rechristianisation accélérée de la Russie, on veut n’y voir qu’une manœuvre de Vladimir Poutine. Sur place, on voit bien qu’il est irréfléchi de raisonner ainsi.

Certes Poutine instrumentalise à son profit la renaissance du christianisme orthodoxe.

Il encourage même la lecture des penseurs et théologiens chrétiens comme Nicolas Berdiaev ou Ivan Iline, contraints jadis à l'émigration.

Mais ce n’est pas lui ni ses affidés du Kremlin qui poussent les gens vers les milliers d’églises reconstruites dans tout le pays.

De fait, dans chaque petite ville ou village où nous faisions halte, il n’était question que de reconstruction, restauration, consécration.

Ce fut le cas à Ouglitch ou Goritzy et, plus spectaculaire encore, dans l’immense monastère de Saint-Cyril-du-Lac-Blanc fondé au XIVe siècle.

Un peu partout, ici, on s’active à relever ces ruines monumentales.

Les trois jours passés à Saint-Pétersbourg (l’ancienne Leningrad) nous ont permis de voir que la plupart des églises et cathédrales ont été « ré-ouvertes au culte » au milieu des années 1990, quelques années à peine après la fin de l’URSS.

À négliger cette réalité, on se condamne à ne pas comprendre ce qui nous distingue aujourd’hui des Russes.

Chez nous, la religion catholique a longtemps été puissante et dominatrice.

En Russie, ce fut l’inverse : le christianisme orthodoxe a été durement persécuté. Il ressuscite aujourd’hui.

Faut- il s’en plaindre ?

JEAN-CLAUDE GUILLEBAUD
JOURNALISTE, ÉCRIVAIN ET ESSAYISTE
 x.guillebaud@lavie.fr 

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0