Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 22:56
Partager cet article
Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 22:15
L'aurore de clarté rutile

L’hymne des laudes au temps pascal est une hymne ambrosienne. C’est-à-dire qu’elle était traditionnellement attribuée à saint Ambroise. On peut toujours l’appeler ainsi, car même si elle n’est (peut-être) pas de l’évêque de Milan (on n’a seulement pas la preuve qu’elle l’est) elle est de son style et de son époque. Il est ahurissant de penser qu’en un temps où personne ne contestait cette attribution le pape Urbain VIII ait entrepris de la défigurer sous prétexte de la « corriger » et d’imposer sa version dans le bréviaire romain.

La voici par les moines de Solesmes en 1955.

Écouter en ligne

Télécharger
 
**********************************************************************************

Avec une traduction aussi littérale que possible.

Aurora lucis rutilat
caelum laudibus intonat
mundus exultans jubilat
gemens infernus ululat

L’aurore de la Lumière rutile
Le ciel résonne de louanges
Le monde exultant jubile
L’enfer gémissant hulule

Cum Rex ille fortissimus
mortis confractis viribus
pede conculcans tartara
solvit a pœna miseros

Quand ce Roi très fort
Ayant brisé les puissances de la mort
Foulant du pied le tartare
Délivre les malheureux de leur peine.

Ille qui clausus lapide
custoditur sub milite
triumphans pompa nobili
victor surgit de funere

Lui qui enfermé par une pierre
est gardé par des soldats
Triomphant en noble pompe
Vainqueur il surgit du tombeau.

Solutis jam gemitibus
et inferni doloribus
Quia surrexit Dominus
resplendens clamat angelus

Sont maintenant anéantis les gémissements
et les douleurs des enfers
Puisqu’il est ressuscité le Seigneur
Clame l’ange resplendissant.

Quæsumus, Auctor omnium
in hoc Paschali gaudio
ab omni mortis impetu
tuum defende populum

Nous te demandons, auteur de toutes choses
Dans cette joie pascale
De tout assaut de mort
Défends ton peuple.

Gloria tibi Domine
qui surrexisti a mortuis
cum Patre et Sancto Spiritu
in sempiterna sæcula. Amen.

Gloire à toi Seigneur
Qui es ressuscité des morts
Avec le Père et le Saint-Esprit
Dans les siècles éternels. Amen.

Écouter en ligne

Télécharger
 
**********************************************************************************

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 22:34
Il me faut partir

L’hôpital, l’heure de la visite : tu es là, tu nous le dis, tu sais que tu vas partir. Foutu crabe !

Trois mois de lutte… Et puis sourire : à ta femme, aux enfants qui jouent autour du lit. Et la douleur lancinante qui revient toujours. Il te faut partir.

Pas sans dire merci. Un merci à la vie. Qui s’occupera d’elle, des enfants ? Tu les confies aux parents, aux amis : « Prenez soin d’eux. » Tout est dit, tout est accompli. L’heure est venue. Tu penses alors à Lui…

Bientôt le milieu de l’après-midi, aux périphéries de Jérusalem, des cris et des pleurs, une foule qui hurle à la haine, et toute la douleur d’un peuple fixée sur une croix. Le cri d’un peuple dans la bouche d’un homme pour un monde plus juste et plus fraternel : « Eli, Eli, lema sabachtani ? »

Et le silence de Dieu. Le regard tourné vers le ciel, les yeux embués par la souffrance et la confiance, l’Homme se remet au Père. Et le voile se déchire, ultime révélation de l’Amour qui se donne jusqu’au bout.

Voilà, la Parole de la croix, cette parole qui nous dit que c’est par la pauvreté, l’abaissement, l’abandon du Fils de l’homme que « le Royaume, la justice et la grâce de Dieu rejoignent les pauvres, les petits et les abandonnés et leur sont communiqués » (Jürgen Moltman).

Puis tu regardes ta famille. Qu’en est-il pour eux ? Lui aussi a dû dire À-Dieu aux disciples, confier Jean à Marie, et Marie à Jean.

L’amour qui se donne jusqu’au bout a le visage d’un homme. Certains te voient à terre, d’autres si près de Lui. Pour certains, la révolte, la famille brisée, l’unité détruite. Pour d’autres, l’espérance, d’une vie plus réelle encore, l’espérance du royaume.

La neuvième heure, le milieu de l’après-midi, un nouveau cri s’est fait entendre… « Vraiment celui-ci était le fils de Dieu » proclament le centurion et ses gardes.

L’homme des périphéries est bien le fils du Père, du Père si proche et si présent.

Au loin, le bruit d’un métro qui passe. Dans cette chambre d’hôpital, la Parole rejoint à jamais les brisures de notre humanité. Pour plus de vie encore…

Anne-Marie Gérard*
Anne-Marie Gérard est théologienne, proche des communautés Foi et lumière et de l’Arche de Jean Vanier.

_______________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog :

 

 

_____________________________________________________________________

 

Partager cet article
Repost0