Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 23:12

Cette chanson est transgressive mais la vieillesse sans Dieu, sans amour et la solitude de la fin de vie peuvent provoquer justement cette indignation un peu paillarde de Leïla Huissoud qui a un grand talent.

Ses chansons ont un message social, politique et libertaire et ont une véritable poésie personnelle. C'est un peu la "Georges Brassens" de notre temps. 

Une autre chanson qui montre une autre facette de son talent

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog :

S'abonner à SERAPHIM

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 23:16

Le diable préfère les saints
de Jacqueline Kelen

«Vade retro Satanas / Va-t’en Satan », murmura le Père Jacques Hamel avant de mourir assassiné. Contrairement à ce que laisse croire notre époque à la fois matérialiste et immanentiste, les chrétiens savent pertinemment que le diable n’est pas une invention humaine.

Désigné aussi comme le prince des ténèbres, Satan est un ange déchu qui hante le monde avec ses légions de démons pour la perte des âmes.

Et, comme l’écrit fort bien Jacqueline Kelen, « le diable préfère les saints ». Peu de risques qu’il s’attaque directement au tout-venant. Son « artillerie lourde », il la réserve aux grandes âmes : menaces, insultes, coups et morsures, rugissements de bête féroce, bruits et chahuts, etc. D’Antoine le Grand à Padre Pio, de François d’Assise à Thérèse d’Avila, de Catherine de Sienne au Curé d’Ars, tous en ont fait les frais. Non sans moquerie à l’égard du « grappin ».

Leurs armes ? Prière, courage et humilité. Avec beaucoup d’exemples concrets et de clarté, cet essai lumineux, loin d’effrayer, ravive en nous le goût du Ciel.

Diane Gautret

Le chemin de sainteté passe par la rencontre avec le Démon. Ermites, moines et moniales, mystiques hommes et femmes, tous ont eu à subir ses tentations et ses assauts. C'est leur histoire, leur combat et, souvent, leur victoire que raconte ce livre. A travers leurs épreuves, ces figures exemplaires ont aussi indiqué les remèdes et les armes pour contrer les attaques du Diable et triompher de lui. A une époque qui ne croit plus guère en Dieu ni au Malin, et qui rejette tout phénomène surnaturel, voici un essai érudit et passionnant, qui rappelle la réalité de Satan.

Écouter en ligne une interview de Jacqueline Kelen 

Télécharger

 
**********************************************************************************
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog :

S'abonner à SERAPHIM

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 23:34
La résurrection des corps

« Je crois à la résurrection de la chair » proclament les catholiques dans le Credo. Un acte de foi qui soulève de nombreuses incompréhensions.

Que dit le catéchisme de l’Église catholique ?

Pour le Catéchisme de l’Église catholique, le Credo chrétien, c’est-à-dire la profession de foi en Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et dans son action créatrice, salvatrice et sanctificatrice,« culmine en la proclamation de la résurrection des morts à la fin des temps, et en la vie éternelle » (paragraphe 988).

« Nous croyons fermement, et ainsi nous espérons, que de même que le Christ est vraiment ressuscité des morts, et qu’il vit pour toujours, de même après leur mort les justes vivront pour toujours avec le Christ ressuscité et qu’il les ressuscitera au dernier jour (cf Jean 6, 39-40) », poursuit le texte.

Une résurrection qui, comme celle du Christ, sera l’œuvre de la Trinité, ainsi que l’exprime saint Paul dans ses lettres :« Si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus-Christ d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous » (lettre de saint Paul aux Romains 8, 11).

Quant au terme« chair », il« désigne l’homme dans sa condition de faiblesse et de mortalité ».« La ”résurrection de la chair” signifie qu’il n’y aura pas seulement, après la mort, la vie de l’âme immortelle, mais que même nos “corps mortels” (lettre de saint Paul aux Romains 8, 11) reprendront vie. »

« La résurrection concerne toute la personne, explicite le P. Jean-Pierre Brice Olivier, dominicain et auteur de Oser la chair (1).La chair telle que le christianisme la conçoit est la personne tout entière, corps, âme, esprit, tout ce qu’elle a bâti, souffert, aimé, toute sa vie. »

La croyance dans la résurrection des morts est, depuis le début, un élément essentiel de la foi chrétienne. Tertullien, théologien chrétien du IIIe siècle, écrit ainsi que la résurrection des morts est« une conviction des chrétiens » et que« cette croyance nous fait vivre ».

Déjà, dans sa première lettre aux Corinthiens, saint Paul s’interrogeait :« Comment certains d’entre vous peuvent-ils dire qu’il n’y a pas de résurrection des morts ? S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Mais si le Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vide, vide aussi votre foi. » (1 Co 15, 12-14).

Quelles difficultés cet article de foi soulève-t-il ?

Si cet article de foi est un élément essentiel du christianisme, il suscite néanmoins « incompréhensions et oppositions », reconnaît leCatéchisme de l’Église catholique (paragraphe 996).

« Sur aucun point, la foi chrétienne ne rencontre plus de contradiction que sur la résurrection de la chair », écrit saint Augustin.

L’idée qu’après la mort corporelle, l’âme de la personne continue à vivre est beaucoup plus facilement admise que la croyance en la résurrection d’un corps si manifestement mortel.

L’importance donnée à la chair dans le christianisme est sans équivalent dans aucune autre religion : religion de l’incarnation de Dieu, lequel se donne à manger dans l’eucharistie et se montre ressuscité à ses disciples dans un corps glorifié qui porte les stigmates de sa Passion.

Pour la foi chrétienne, lors de la mort, séparation de l’âme et du corps, le corps de l’homme tombe dans la corruption.

Son âme, elle, va à la rencontre de Dieu,« tout en demeurant en attente d’être réunie à son corps glorifié, explique encore le Catéchisme de l’Église catholique.

Dieu dans sa toute-puissance rendra définitivement la vie incorruptible à nos corps en les unissant à nos âmes, par la vertu de la Résurrection de Jésus ».

Devant l’incrédulité de ses contemporains face à cette question de la résurrection de la chair, Tertullien s’enflamme :« Cette chair que Dieu assembla de ses mains à l’image de Dieu, qu’il anima de son souffle à la ressemblance de sa puissance de vie (…) cette chair-là ne ressusciterait pas après avoir été tant de fois la chose de Dieu ? Arrière, arrière, la pensée que Dieu puisse abandonner à une destruction éternelle l’œuvre de ses mains, l’objet des soins de son intelligence (…), la sœur de son Christ. Dieu (…) aime la chair qui est son prochain à tant de titres. »

« Notre ”chair” est la sœur du Christ. Elle sera sauvée dans la résurrection comme la sienne, au même titre que tout ce qui fait notre condition concrète (…) », explique le théologien Bernard Sesboüé, analysant les propos de Tertullien (2).

Quand et comment se passera la résurrection des corps ?

« Mais, dira-t-on, comment les morts ressuscitent-ils ?, s’interroge saint Paul dans sa première lettre aux Corinthiens (15, 35-37. 42).Avec quel corps reviennent-ils ? Insensé ! Ce que tu sèmes, toi, ne reprend vie, s’il ne meurt. Et ce que tu sèmes, ce n’est pas le corps à venir, mais un grain tout nu (…). On sème de la corruption, il ressuscite de l’incorruption ; (…) les morts ressusciteront incorruptibles. »

Tous ressusciteront, dit en effet saint Jean :« Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, ceux qui auront fait le mal, pour la damnation » (Jn 5, 29).

Une résurrection qui devrait avoir lieu« au dernier jour » (Jn 6, 39-40), car« intimement associée à la Parousie du Christ », explique le Catéchisme de l’Église catholique qui précise :« S’il est vrai que le Christ nous ressuscitera “au dernier jour”, il est vrai aussi que, d’une certaine façon, nous sommes déjà ressuscités avec le Christ. En effet, grâce à l’Esprit Saint, la vie chrétienne est, dès maintenant sur terre, une participation à la mort et à la Résurrection du Christ. »

En quoi la résurrection de la chair est-elle différente de la réincarnation ?

La réincarnation suppose la dualité de l’âme et du corps, une même âme habitant successivement plusieurs enveloppes corporelles. Au contraire, le christianisme suppose l’unité profonde qui existe chez l’homme entre son corps et son âme.

« C’est la personne entière, avec sa personnalité, avec tout ce qu’elle a vécu dans sa vie qui va ressusciter, glorifiée », explique le P. Jean-Pierre Brice Olivier.

« Le corps humain n’est pas une prison dont l’homme doit se libérer au plus tôt, un vêtement qu’il doit quitter au plus vite, explique de son côté le P. Pierre Descouvemont (3). (…)Le fils de Dieu lui-même s’est uni pour toujours à un corps de chair, né de la Vierge Marie », et non à un corps qui ne l’aurait accueilli que temporairement.

Clémence Houdaille

(1) Oser la chair, méditations sur l’incarnation, Jean-Pierre Brice Olivier, Éd. du Cerf, 2015. (2) Croire, invitation à la foi catholique pour les femmes et les hommes du XXIe siècle, Bernard Sesboüé, Éd. Droguet & Ardant, 2001. (3) Guide des difficultés de la foi catholique, Abbé Pierre Descouvemont, Éd. du Cerf, 1989.

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog :

S'abonner à SERAPHIM

Partager cet article
Repost0