Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 23:54

soeurs.jpg

 

Il y était une fois deux nonnes. L'une d'elles était surnommée Soeur Mathématique et l'autre Soeur Logique. Un soir alors qu'il commençait à faire nuit, et qu'elles étaient encore bien loin de leur couvent... 

Soeur Mathématique : "Avez-vous remarqué cet homme qui nous suit depuis 38 minutes et demi, je me demande ce qu'il peut bien nous vouloir ?"

Soeur Logique : "C'est Logique . Il veut nous violer."

Soeur Mathématique : "Oh non ! A la distance où il se trouve il nous aura rejoint dans 15 min au plus. Que pouvons -nous faire ?"

Soeur Logique : "La seule chose Logique à faire bien sur, est de marcher plus vite."

Soeur Mathématique : "Ça ne marche pas."

Soeur Logique : "Bien sur que ça ne marche pas. L'homme a fait la seule chose Logique qu'il pouvait faire. Il s'est mis à marcher plus vite lui aussi."

Soeur Mathématique : "Alors que faisons-nous ? A ce stade il nous aura rejoint dans une minute."

Soeur Logique : "La seule chose Logique à faire est de nous séparer. Vous allez de ce côté, et je vais par là. Il ne pourra pas nous suivre toutes les deux."

L'homme choisit de suivre Soeur Logique.

Soeur Mathématique arrive au couvent et s'inquiète de ce qu'il a pu arriver à Soeur Logique. Puis Soeur Logique arrive.

Soeur Mathématique : "Soeur Logique ! grâce à Dieu vous êtes là! Racontez-moi ce qui s'est passé !"

Soeur Logique : "La seule chose Logique est arrivée. L'homme ne pouvait pas nous suivre toutes les deux donc il a choisi de me suivre."

Soeur Mathématique : "Oui, oui ! Mais ensuite que s'est-il passé ?"

Soeur Logique : "La seule chose Logique est arrivée. J'ai commencé à courir aussi vite que je pouvais et il s'est mis à courir aussi vite qu'il pouvait."

Soeur Mathématique : "Et ?"

Soeur Logique : "La seule chose Logique est arrivée. Il m'a rattrapée."

Soeur Mathématique : "Oh mon Dieu ! Et qu'avez-vous fait ?"

Soeur Logique : "La seule chose Logique à faire. J'ai soulevé ma robe."

Soeur Mathématique : "Oh ma soeur ! et l'homme qu'a-t-il fait ?"

Soeur Logique : "La seule chose Logique, il a baissé son pantalon."

Soeur Mathématique : "Oh non ! Et que s'est-il passé alors ?"

Soeur Logique : "N'est-ce pas Logique ma soeur ?"

"Et ?"

...

...

...

...

...

 

"Une nonne avec la robe levée court plus vite qu'un homme avec le pantalon baissé."

http://www.seraphim-marc-elie.fr/

___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 23:40
Saint-Joseph-d-optino.jpg
Afin que les gens ne restent pas indifférents et ne placent tous leurs espoirs sur les prières des autres pour les aider, le staretz avait l'habitude de répéter un dicton russe ordinaire: "Dieu me soit en aide, mais toi-même paysan ne reste pas les bras croisés".
Une moniale lui dit: "Père! A qui doit-on demander de l'aide dans la prière si ce n'est de toi?"
Le staretz répondit: "Et tu dois toi-même le demander! Tu te rappelles, alors que les douze apôtres suppliait notre Sauveur, pour la femme cananéenne, il ne les entendit pas. Mais quand elle a commencé à Le supplier elle-même, elle a reçu une réponse."
Car la prière est l'arme la plus puissante contre l'ennemi invisible, il essaie de diverses manières d'en distraire les gens.
Le staretz raconta l'histoire suivante: "Un moine du Mont Athos avait un étourneau bien-aimé qui parlait et qui avait l'habitude de le distraire par son bavardage. Mais il y avait une chose étrange: pas plus tôt le moine avait-il commencé à s'acquitter de sa règle de prière, que l'étourneau commençait à parler sans discontinuer, ne permettant pas au moine de prier. Un jour, le jour lumineux de la Résurrection du Christ, le moine s'est approché de la cage et lui a dit: "Étourneau, le Christ est ressuscité!" et l'étourneau a répondu: "C'est le malheur pour nous qu'Il l'ait fait", et immédiatement il a péri, remplissant la cellule d'une puanteur insupportable. Là-dessus, le moine a compris son erreur et s'est repenti. "
Le staretz a dit que la chose la plus importante que Dieu considère, c'est la disposition intérieure de l'âme d'une personne: "Un jour, l'abbé Antoine a reçu la visite d'un homme avec avec un mal de jambes qui lui a dit: "Père, mes jambes me font mal et je suis troublé de voir que je ne puis pas faire des prosternations jusques à terre. "PèreAntoine a répondu: "Eh bien, il est dit dans l'Ecriture: "Mon fils, donne-moi ton cœur!", et non pas " tes jambes".
Une moniale dit au staretz qu'elle avait vu l'icône de la Mère de Dieu et L'avait entendu dire: "Qu'as-tu apporté comme offrande?" Elle répondit: "Qu'apporterai-je? Je n'ai rien." Puis Le Père a déclaré: "Il est écrit dans les Psaumes: Celui qui offre la louange me glorifie. "
Version française Claude Lopez-Ginisty

http://www.seraphim-marc-elie.fr/

 ___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Vous aimerez peut-être:
Partager cet article
Repost0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 23:16

cloche_hiver_g.jpg

Gorze, décembre 2014

Chers Amis,

 

Nous voilà déjà à la fin du temps de l’avent ! Je devrais plutôt dire nous voici presque au sommet du temps de l’avent. Car c’est bien d’une montée dont il s’agit, que nous avons effectué jour après jour, semaine après semaine pour atteindre, paradoxalement, le fond de la grotte où naîtra dans quelques jours le Messie : Dieu descend, se fait homme pour que l’homme monte, devienne dieu.
 
Pour atteindre ce fond de la grotte de notre cœur, les sept derniers jours avant Noël à vêpres, l’Eglise médite et acclame les Noms divins du Messie, du Dieu incarné. L’Eglise primitive en Gaule a inventé ces antiennes. C’est un trésor qui date sans doute au moins du 6e siècle, puisqu’Amalaire de Metz le grand liturge carolingien en témoigne au 9e siècle comme d‘une tradition très ancienne.
 
Il est bon que spirituellement nous prenions conscience de cette montée, de cette extase amoureuse qui, dans ces antiennes, fait jaillir pour le bien aimé des noms plus beaux les uns que les autres : O Sagesse, O Adonaï, O Rejeton de Jessé, O Clef de David, O Orient, O Roi des Nations, O Emmanuel et le jour béni de l’incarnation : O Jésus !
 
Nos frères musulmans, fils d’Abraham comme nous, ont donné 99 noms à l’Unique; et pendant un temps ces antiennes étaient au nombre de douze comme les douze tribus d‘Israël, les douze portes de la Jérusalem céleste, les douze prophètes, les douze apôtres puis finalement la tradition en a retenu sept seulement mais le sept est un chiffre très signifiant, un chiffre de plénitude, des sept jours de la création aux sept dons de l’Esprit, il est présent sur nos autels par le chandelier à sept branches dont nous allumons à chaque Nom divin une autre veilleuse et il se dépasse lui-même dans le huit. Le huitième jour, jour de la résurrection après les sept jours de la création et ici dans le huitième nom, le nom de « Jésus », nom de l’incarnation parfaite de la divinité qui couronne les sept Noms divins.
 
Chaque antienne est construite sur le même plan : Une interpellation de Dieu sous un nom révélé par la première alliance, un rappel de sa façon d’être dans l’histoire de cette alliance et un appel à ce qu’Il agisse sans tarder pour notre libération.
 
Ainsi regardons le 2e Nom divin. Tout d’abord : « O Adonaï, Chef de la maison d’Israël », on interpelle Dieu, puis sa façon d’être : « toi qui es apparu à Moïse dans la flamme du buisson ardent et qui lui a donné la Thora sur le Mont Sinaï », enfin, on l’appelle : « Viens et ne tarde pas, viens nous racheter en étendant ton bras. » Et c’est ainsi pour chacun des noms.
 
Sans entrer dans le détail, ce qui serait pourtant très intéressant, regardons maintenant brièvement chaque nom :
 
- O Sagesse, c’est tout un livre de la première alliance, le Livre de la Sagesse et même trois livres avec le Qohelet et le Siracide, auquel il est fait référence; pour le judaïsme, la Sagesse c’est la Thora, le Verbe mais c’est aussi pour l’humanité toute entière, toutes les sagesses ancestrales et les philosophies dans lesquelles Dieu cherche à se révéler à nous…
 
- O Adonaï, c’est la révélation sur le mont Sinaï, Dieu se montre dans la flamme d’un buisson qui ne se consume pas, se nomme dans le nom qui ne se prononce pas : YWVH, « Je suis »
 
- O Rejeton de Jessé, le rejeton, le fils de Jessé c’est David c’est le beau roi d’Israël, mais c’est aussi le roi annoncé par Isaïe, le roi serviteur souffrant qui sera exalté. Le rejeton, la racine de Jessé c’est la croix, signe de mort et de résurrection.
 
- O Clé de David, autre nom pour cette même croix glorieuse qui ouvre et qui ferme, cette croix qu’est la Parole, le Verbe, le sceptre de la maison d’Israël qui tire des ténèbres le captif alors oui nous passons des ténèbres à la lumière et nous pouvons chanter :
 
- O Orient, splendeur de la lumière éternelle, Soleil de justice. C’est vers Lui que nous construisons symboliquement nos Eglises afin de tourner nos cœurs vers Lui. O Orient nous le chantons, ce n’est pas un hasard le 21 décembre, jour du solstice d’hiver où les jours recommencent à augmenter.
 
- O Roi des Nations, leur désiré. C’est le roi universel, pas seulement celui d’Israël, pas seulement celui des chrétiens, « pierre angulaire qui de deux peuples en fait un seul, » dit l’antienne mais au-delà des Juifs et des Chrétiens c’est le Dieu de tous, le Dieu de toutes choses car il a tout fait, comme l ‘homme « qu’il forma du limon ». Toute la création soupire dans ce nom de « leur désiré », oui ici les Nations c’est toute la création dont l’homme est le roi et qui soupire pour être sauvée.
 
- O Emmanuel, le frémissement se fait plus intense encore car, comme nous l’apprend Isaïe et le reprend l’évangile selon Saint Matthieu, Emmanuel veut dire : « Dieu avec nous. » La révélation est presque totale : Dieu est avec nous. Chaque nom est un escalier, un degré pour nous rapprocher de cette révélation phénoménale que « Dieu est avec nous » et déjà perce l’ultime révélation dans cette septième antienne : « O Emmanuel, notre roi et notre libérateur, attente des nations et leur Sauveur… » Oui leur Sauveur, aux vigiles de la Nativité comme huitième antienne nous chanterons enfin O Yeshoua, O Jésus, c’est-à-dire littéralement : O Dieu sauve.
 
Pour nous captifs, dans les ténèbres, quelle révélation extraordinaire : Dieu sauve ! Non seulement Il est avec nous mais Il nous sauve ! Et dans cette échelle de ces Noms divins Il nous montre comment Il nous sauve. Oui, relisons les et méditons les, ces antiennes, contemplons à travers elles notre Dieu, contemplons son action pour nous libérer et faisons nôtre cette sainte impatience, « ne tarde pas », qui revient à chaque antienne. Oui, ne tarde pas, maranatha ! Viens Seigneur Jésus, viens !
 
Je vous dis toute mon amitié en Christ,
Belle fête de la Nativité du Sauveur, à bientôt !
 
Père Pascal
 
 

http://www.seraphim-marc-elie.fr/

 ___________________________________________________________________________________________

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blogue

http://ann.over-blog.com/blog-newsletter.php?ref=120238

Partager cet article
Repost0