Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 23:06

Aujourd'hui la Vierge Marie monte, glorieuse, dans le ciel. Elle met le comble à la joie des anges et des saints. C'est elle, en effet, dont la simple parole de salutation a fait exulter l'enfant encore enfermé dans le sein maternel (Lc 1,44). Quelle a dû être l'exultation des anges et des saints, lorsqu'ils ont pu entendre sa voix, voir son visage, et jouir de sa présence bénie ! Et pour nous, frères bien-aimés, quelle fête dans son Assomption glorieuse, quelle cause d'allégresse et quelle source de joie aujourd'hui ! La présence de Marie illumine le monde entier, tellement le ciel resplendit, irradié par l'éclat de la Vierge toute sainte. C'est donc à bon droit que résonne dans les cieux l'action de grâce et la louange.

Mais nous..., dans la mesure où le ciel exulte de la présence de Marie, n'est-il pas raisonnable que notre monde d'ici-bas pleure son absence ? Mais non, ne nous plaignons pas, car nous n'avons pas ici-bas de cité permanente (He 13,14) ; nous cherchons celle où la Vierge Marie est parvenue aujourd'hui. Si nous sommes déjà inscrits au nombre des habitants de cette cité, il convient aujourd'hui de nous souvenir d'elle..., de partager sa joie, de participer à cette allégresse qui réjouit aujourd'hui la cité de Dieu ; elle retombe aujourd'hui en rosée sur notre terre. Oui, elle nous a précédés, notre reine, elle nous a précédés et elle a été reçue avec tant de gloire que nous pouvons, nous ses humbles serviteurs, suivre notre souveraine en toute confiance en criant [avec l'Épouse du Cantique des Cantiques] : « Entraîne-nous à ta suite. Nous courrons à l'odeur de tes parfums ! » (Ct 1,3-4) Voyageurs sur la terre, nous avons envoyé en avant notre avocate..., mère de miséricorde, pour plaider efficacement notre salut.

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église
1er sermon pour l'Assomption (trad. Pain de Cîteaux 32, p. 63 rev.)

Repost 0
Published by Marc-Elie - dans Textes
commenter cet article
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 23:35

dormition_detail.jpg

 

Marie est endormie. Confiant aux apôtres le soin de veiller le corps.

 

le Christ ressuscité emporte l'âme de sa Mère au creux de ses bras. Image rare, toute de blancheur emmaillotée, d'une âme temporairement séparée d'un corps pourtant resté pur et qui sera lui-même élevé auprès du Père trois jours plus tard, selon les plus anciennes traditions de l'Eglise d'Orient.

 

Témoignage précieux de l'influence décisive exercée par la pensée grecque sur l'iconographie et la théologie spirituelle du christianisme naissant. Dans ce mouvement d'élévation graduée de la Mère de Dieu que le peintre livre à notre contemplation, c'est l'âme comme principe permanent d'identité qui commence à « prendre corps », enrichissant l'idée originelle d'humanité comprise comme la rencontre inouïe entre le Souffle de Dieu et l'argile du sol, tel l'Esprit qui animait les « ossements desséchés » de la prophétie d'Ezéchiel.

 

Désormais l'âme est appelée à vivre auprès de Dieu, sans attendre la résurrection des corps. Ô prend mon âme, Seigneur. Guide-là sur le chemin de Vie.

Repost 0
Published by Marc-Elie - dans Textes
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 23:34

 

logo_cate.gif

 

" Joie pour les cœurs qui cherchent Dieu " (Ps 105, 3).

 

Si l’homme peut oublier ou refuser Dieu, Dieu, Lui, ne cesse d’appeler tout homme à Le chercher pour qu’il vive et trouve le bonheur. Mais cette quête exige de l’homme tout l’effort de son intelligence, la rectitude de sa volonté, " un cœur droit ", et aussi le témoignage des autres qui lui apprennent à chercher Dieu.

Tu es grand, Seigneur, et louable hautement : grand est ton pouvoir et ta sagesse n’a point de mesure. Et l’homme, petite partie de ta création, prétend Te louer, précisément l’homme qui, revêtu de sa condition mortelle, porte en lui le témoignage de son péché et le témoignage que Tu résistes aux superbes. Malgré tout, l’homme, petite partie de ta création, veut Te louer. Toi-même Tu l’y incites, en faisant qu’il trouve ses délices dans ta louange, parce que Tu nous a fait pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu’il ne se repose en Toi (S. Augustin, conf. 1, 1, 1).

 

Catéchisme de l'Eglise Catholique

Article 30

Repost 0
Published by Marc-Elie - dans Textes
commenter cet article