Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2017 2 28 /11 /novembre /2017 23:55

Exposition
MYSTÈRE de L’ICÔNE
Léonide Alexandrovitch Ouspensky (1902-1987)
5 décembre 2017 au 27 janvier 2018


Centre Culturel et Spirituel Orthodoxe Russe
1 quai Branly, 75007,  Paris

 

 “MYSTÈRE de L’ICÔNE”

Première exposition consacrée à l’œuvre de Léonide Ouspensky, l’initiateur du renouvellement de l’art sacré et du retour à l’icône traditionnelle au XXième siècle.

Grâce à lui, par son enseignement, d’abord – il a des élèves dans le monde entier – puis par ses écrits – son ouvrage fondamental, La théologie de l’icône dans l’Eglise Orthodoxe est traduit dans un grand nombre de langues – ensuite par sa création picturale, l’art liturgique de l’Eglise Orthodoxe tout entière a retrouvé la splendeur inhérente à son authentique théologie mystique.

De l’œuvre picturale, certains aspects sont moins connus, comme les images réalisées pour l’Orthodoxie occidentale, d’autres en revanche le sont mieux mais trop partiellement. Il faut aussi rappeler l’œuvre sculptée ainsi que le travail sur métal repoussé auquel il consacra les premiers efforts de sa vie ecclésiale.

 

Léonide Ouspensky (Леонид Александрович Успенский, Leonid Aleksandrovitch Ouspenski) est un iconographe et iconologue orthodoxe, né en Russie 1902 à Golaya Snova (aujourd’hui Golosnovka) région de Voronej, il est décédé à Paris en 1987.

À partir de 1918 il combattit dans l’armée rouge , avant d’être fait prisonnier en 1920, et d’être évacué par l’Armée blanche de Sébastopol à Gallipoli puis d’être envoyé en Bulgarie, où il fit divers travaux dont celui de mineur, jusqu’en 1926.

Suivant des recruteurs français, il signa un contrat avec les usines Schneider du Creusot et arriva en France en 1926.

Victime d’un accident en travaillant dans les hauts-fourneaux,  il se rend à Paris où il trouva du travail dans une usine qui fabriquait des pièces de bicyclettes.

En 1929, il suivit parallèlement les cours de l’Académie de peinture qui venait d’être fondée par Tatiana Lvovna Soukhotina, fille de Léon Tolstoï, et où enseignaient des peintres renommés, comme Nicolas Milliot et Constantin Somov.

Il y fit la rencontre de Georges Ivanovitch Kroug (le futur moine et célèbre iconographe Grégoire), avec lequel il allait se lier d’amitié jusqu’à la mort de ce dernier.

Il militât pour l’implantation de l’Orthodoxie en France par l’utilisation du français comme langue liturgique. Il s’y lia particulièrement avec Vladimir Lossky et les fères Kovalevsky.

Lorsque vint l’Occupation, les autorités allemandes mobilisèrent L. Ouspensky pour travailler en Allemagne.

Il déserta et mena une vie clandestine, ce qui lui donna la possibilité de se consacrer entièrement à la peinture et à la restauration d’icônes, ainsi qu’à la sculpture sur bois et sur pierre et à l’art du métal repoussé dans le style iconographique.

Avec le moine Grigory (Krug), il participa à la décoration intérieure des fresques et icônes de l’église des Trois-Saints Docteurs à Paris rue Pétel, dans le VXème, dont il était l’un des fondateurs depuis 1931.

En 1942, il épousa Lydia Alexandrovna Miagkov, qui allait être désormais pour lui un fidèle soutien.

Église des Trois-Saints Docteurs, rue Pétel, Paris XV°
Église des Trois-Saints Docteurs, rue Pétel, Paris XV°Église des Trois-Saints Docteurs, rue Pétel, Paris XV°

Église des Trois-Saints Docteurs, rue Pétel, Paris XV°

À la fin de 1944, il devint l’un des fondateurs de l’Institut théologique de Saint Denis, professeur de peinture d’icônes où il y enseigné là jusque dans les années 1980.

En 1948, Ouspensky publia une petite brochure en français, expliquant la nature de l’icône : L’Icône, quelques mots sur son sens dogmatique.

 “MYSTÈRE de L’ICÔNE”

En 1952 il publia, en collaboration avec V. Lossky, Le sens des icônes, édité en Suisse simultanément en allemand et en anglais.

Il écrivit aussi un article sur l’Église et l’icône orthodoxes pour l’encyclopédie allemande [Symbolisme des religions].

Christ en Gloire, L. Ouspensky

Christ en Gloire, L. Ouspensky

Le cours d’iconologie que dispensait Ouspensky servirent de base au livre La Théologie de l’icône qui fut édité par l’Exarchat en 1960 en français, puis en anglais à New York en 1977.

 “MYSTÈRE de L’ICÔNE”

Les années suivantes, Ouspensky compléta ce cours par des articles qui parurent dans le Messager de l’exarchat du patriarche russe en Europe occidentale.

L’originalité des icônes d’Ouspensky est d’avoir fait des icônes modernes qui rendaient l’abîme des siècles dans le moment présent. Elles étaient imprégnées de tout ce qui les avait précédées, mais elles étaient actuelles, à la fois immédiates et immémoriales.

 “MYSTÈRE de L’ICÔNE”

On ne trouve pas cet esprit dans les icônes russes actuelles qui semblent souvent des reconstitutions dont la spontanéité, la vie, cette sève qui monte jusqu’à nous depuis les racines de l’arbre, sont souvent absentes.

Elles sont « bien peintes » et bien dorées. Les gens choisissent leur style : byzantin, quatorzième siècle, dix-septième siècle… 

Pendant quarante ans, Léonide Ouspensky enseigna l’art de l’icône à des élèves venus du monde entier. Il a laissé de nombreuses icônes dispersées dans des collections privées et des fresques, notamment celles de l’église russe des Trois Hiérarques de la rue Pétel (Paris) et de l’église de la paroisse “Notre Dame Joie des Affligés et Sainte Geneviève” (Paris). Son épouse Lydia (décédée à Paris en octobre 2006 à l’âge de 99 ans) fut sa fidèle collaboratrice pour ses publications. Il est mort dans la nuit du 11 au 12 décembre 1987.

Léonide Alexandrovitch Ouspensky, au travail, dans son petit appartement atelier du 36, rue Bréguet, dans le XIème arrondissement à Paris.

Léonide Alexandrovitch Ouspensky, au travail, dans son petit appartement atelier du 36, rue Bréguet, dans le XIème arrondissement à Paris.

Léonide Ouspensky est décédé dans la nuit du 11 au 12 décembre 1987. Il est enterré au cimetièrede Sainte Geneviève des Bois.
 

Centre culturel et spirituel Orthodoxe russe du quai Branly
entrée: 2 avenue Rapp 75007 Paris
Métro : Alma Marceau,  RER Pont de l’Alma
Ouvert: de 10h à 17h tous les jours sauf lundi.

 

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 23:52
Le spectacle Dame de Cœur

Le spectacle Dame de Cœur s’inscrit dans le cadre des célébrations du centenaire de la première guerre mondiale. Le grand public est invité à assister gratuitement à ce son et lumière exceptionnel.

Il s’agit d’un hommage populaire aux milliers de soldats alliés qui ont combattu et donné leur vie pour la liberté.

La Cathédrale Notre-Dame porte, pour le peuple de Paris et pour le monde entier, un message universel de paix et de fraternité. 

En 1917, sur un champ de bataille. Nous sommes dans la pénombre, sur le parvis d’une rencontre : celle d’une jeune infirmière française et d’un soldat américain agonisant. Au crépuscule de sa vie, il lui exprime un regret, celui de n’avoir pu visiter la cathédrale Notre-Dame.

A travers un dialogue historique, artistique et mystique, ces deux âmes se retrouveront pour accéder ensemble au mystère de Notre-Dame, qui sera leur « Dame de cœur ».

Dans un incroyable voyage visuel et musical, la façade de Notre-Dame de Paris lèvera le voile sur les plus beaux aspects de sa personnalité et de son message.

Invités à une communion populaire et esthétique, des milliers de personnes sont conviés à accéder au Parvis de Notre-Dame de Paris. Plongés dans l’obscurité, les spectateurs assisteront progressivement à l’illumination du moment.

Pour assister à une séance du spectacle sur le Parvis de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, il est nécessaire de s’enregistrer avec une inscription simple et obligatoire en ligne. Il est conseillé d’éviter les sacs, ils seront contrôlés à votre arrivé. Les sacs à dos et les bagages sont interdits sur le site de l’événement.

Nous recommandons les transports en commun car le parking du parvis de la cathédrale ne sera pas accessible.

 
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 22:58

Parution bilingue Franco-Russe du magnifique ouvrage "SIGNES DE LUMIÈRE" du Frère JEAN aux Editions ART SACRÉ, 

Ce recueil poétique et photographique témoigne, par une écriture de lumière, du quotidien d’un moine orthodoxe qui demeure émerveillé par la majesté du simple. les 50 poèmes et l'article du frère Jean sont traduits en russe par Anna Davidenkoff.

Toutes les photographies ont été prises à l'intérieur de la clôture du monastère,  elles montrent le même lieu à différents moments de la journée ou de l'année afin de montrer que chaque instant est unique
et que, pour celui qui sait regarder, chaque feuille, chaque brin d'herbe sont uniques.

Le jardin du skite Sainte Foy se situe dans le sud de la France, dans les collines du Parc National des Cévennes, à Saint-Julien-des-Points. 

P+ Gérasime


"SIGNES DE LUMIÈRE"
144 pages, vendu en librairie 20€, parution en décembre 2017

Extraits
Signes de Lumière

14. Moine

Le moine n’est pas un parfait.
C’est, au contraire, celui qui se reconnaît pécheur, qui mesure dans les larmes la distance intérieure qui le sépare de Dieu.
Le moine ne fuit pas le monde, sinon il se fuirait lui-même.
Un jour de grande liberté,
il entrouvre le voile du temple de son âme,
où il entrevoit l’éclat de la Lumière thaborique.
Cette brûlure qui n’a rien d’imaginaire lui laisse une empreinte, une nostalgie qu’aucun plaisir du monde ne saurait combler.
Dans l’enceinte de son monastère
le moine n’est pas en dehors du monde mais dans le cœur du monde ;
hors du temps horizontal,
il s’enracine dans un éternel présent.
Libre de partir, il choisit de rester, libre de dormir, il veille par amour,
il voit sans yeux, écoute le silence. Ivre de Dieu, il n’a qu’un seul désir :
que son corps devienne le réceptacle vivant de l’Esprit-Saint.
L’ascèse, la louange, la révélation des pensées
sont les moyens qu’il utilise pour purifier son être.
L’obéissance, la pauvreté, la chasteté dans l’esprit
sont les trois vœux qu’il prononce à sa prise d’habit.

Signes de Lumière

36. Contemplation

Nous n’avons pas à penser la nature, nous avons à la contempler.
Penser la nature, c’est être malade des yeux.
Croire que la vie peut être enfermée dans la forme donne le pouvoir à l’illusion.
Une de nos plus grandes richesses est de communier.
L’homme se découvre sacramentel, son cœur est assez grand pour unir
dans un seul mouvement le ciel et la terre.
Nous ne sommes pas une parcelle du tout mais identiques au tout
dans une globalité en germe.
La sagesse indicible se révèle par analogie dans nos vérités éphémères.
Durant le pèlerinage de notre existence,
restons émerveillés par la majesté du simple !

Signes de Lumière

35. Pourquoi ? Comment?

Le jeune citadin féru d’écologie spirituelle rencontre l’Ancien.
Il lui demande dans une explosion de questions:
« Comment tenir le feu avec des doigts de terre ?
Comment recevoir la Présence avec un cœur de pierre ?
Comment s’élever en s’enfonçant dans l’abîme ?
Comment communier avec le Souffle?
Comment évoluer quand toutes nos passions nous font tomber ? »
L’Ancien semble se recueillir dans une prière secrète,
puis dans un murmure amusé lui répond :
«Le silence nourrit, la parole rassure!»

Signes de Lumière

37. Sois le Jardinier de mon cœur

Les ronces, sur le bord du chemin,
servent de barrières naturelles.
Leurs épines, l’acidité de leur venin
empêchent les prédateurs de les traverser.
Limaces, escargots, lapins, taupes…
arrivent difficilement à franchir ce barbelé végétal.
S’il n’y a pas de jardinier, les ronces
envahissent les champs, stérilisant le sol.
« Seigneur, comme je suis le jardinier de Ta création,
sois le Jardinier de mon cœur »,
demande l’Ancien au Christ.

Signes de Lumière

33. Le Tout Autre

Ce n’est pas ton œil
qui peut voir Dieu car Il est L’invisible Tout Autre.
Ce n’est pas ton oreille
qui peut entendre Dieu car Il est ineffable.
Ce ne sont pas tes mains
qui peuvent Le saisir,
Il est sans forme. Immense,
Il se laisse contenir
par un cœur humble et droit.
Si l’âme pacifiée accueille le Souffle de Vie,
elle ne pourra jamais Le retenir.
N’enfermons pas la Présence.
La Trinité consubstantielle et indivisible se multiplie dans des terres vierges
sans jamais se diviser, ni se figer.
Aucune vérité
ne pourra la cristalliser.

Signes de Lumière
Signes de Lumière
Signes de Lumière
Editions Art Sacré - Le Verdier - 48160 - Saint-Julien-des-Points - France
Frère Jean est prêtre, il dépend canoniquement de l’Archevêché russe en Europe occidentale dans l’obédience du Patriarcat œcuménique de Constantinople.
Email : skite.saintefoy@wanadoo.fr ou par téléphone au : 00 33 (0)4 66 45 42 93
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0