Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 00:20
Maria.jpg
Je te salue, Etoile de la mer,
Sainte Mère de Dieu, toi, toujours vierge,
Bienheureuse porte du ciel !
En recevant cet Ave de la bouche de Gabriel,
établis-nous dans la paix.
Puisque tu as changé le nom d'Eve !
Enlève leurs liens aux prisonniers,
rends la lumière aux aveugles,
délivre-nous de nos misères,
obtiens pour nous les vrais biens.
Montre-nous que tu es mère,
et que le Christ par toi accueille nos prières,
lui qui, né pour nous, accepta d'être ton fils.
Vierge incomparable et douce entre toutes,
obtiens le pardon de nos fautes,
rends nos coeurs humbles et purs.
Accorde-nous une vie sainte,
rends sûre notre route pour que,
contemplant Jésus,
nous partagions sans fin ta joie.
Amen.

IX° siècle

Voici le célèbre Ave Maris Stella, en cette fête du 1 "' janvier dédiée à sainte Marie, mère de Dieu. Datant probablement du IX' siècle, cette prière a inspiré nombre de compositeurs tels Monteverdi, Vivaldi... Le titre original, et plein de poésie, d' «Etoile de la mer» nous appelle à chercher avec Marie la paix du coeur, cette paix profonde qui, selon saint Paul, «surpasse toute intelligence». Et à l'offrir au monde .
Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 00:50

cerf-en-foret.jpg

Où t’es-tu caché, Ami,

Me laissant gémissante ?

Comme le cerf tu as fui,

Après m’avoir blessée.

Criant je t’ai suivi, tu étais parti !


Saint Jean de la Croix

CANTIQUE SPIRITUEL (A)

(Manuscrit de Sanlúcar)

CHANSONS ENTRE L’ÂME ET L’ÉPOUX

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 22:28

Mon Dieu, quelle guerre cruelle !
Je trouve deux hommes en moi :
L'un veut que, plein d'amour pour toi,
Mon coeur te soit toujours fidèle ;
L'autre, à tes volontés rebelle,
Me révolte contre ta loi.

L'un, tout esprit et tout céleste,
Veut qu'au ciel sans cesse attaché,
Et des biens éternels touché,
Je compte pour rien tout le reste ;
Et l'autre, pour son poids funeste,
Me tient vers la terre penché.

Hélas! en guerre avec moi-même,
Où pourrai-je trouver la paix ?
Je veux, et n'accomplis jamais.
Je veux ; mais (ô misère extrême!)
Je ne fais pas le bien que j'aime,
Et je fais le mal que je hais.

O grâce, ô rayon salutaire !
Viens me mettre avec moi d'accord,
Et domptant par un doux effort
Cet homme qui t'est si contraire,
Fais ton esclave volontaire
De cet esclave de la mort.

Jean Racine
Partager cet article
Repost0