Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 22:59
Isaïe de Gaza
Qui est Abba Isaïe ?

Connu sous les noms d’Isaïe de Gaza, Isaïe de Scété ou Isaïe le Solitaire, le moine Isaïe est d’origine copte, né aux alentours de 400 en Égypte. Il se forme d’abord au désert de Scété (désert égyptien où se retirent les premières générations de moines chrétiens) à l’école d’Abba Poemen, avant de quitter l’Égypte pour la Palestine vers 440.

Selon Zacharie le Scholastique, auteur d’une Vie retraçant l’histoire d’Isaïe, il s’est d’abord installé à Jérusalem, avant de fonder une laure (monastère où les moines vivent en ermites, ne se retrouvant que pour les offices et recevoir un enseignement) à Beth Daltha, à une douzaine de kilomètres de Gaza.

Il la dirigeait par l’intermédiaire de son disciple, Pierre l’Égyptien, qui recevait les nombreux visiteurs venus rencontrer Isaïe et transmettait ses réponses à leurs interrogations.

Dans son récit biographique, Zacharie attribue à Isaïe guérisons de malades et délivrances de possédés, « le cortège habituel de miracles que l’on rencontre dans la vie des moines de ce temps-là », selon Siméon Vailhé (1).

Isaïe a développé sa doctrine dans son Ascéticon, un recueil de 29 instructions de diverses longueurs, de 2 à 37 pages (2). Il a également eu un rôle important dans la transmission des Apophtegmes des Pères du désert, ces récits et aphorismes qui illustrent la vie spirituelle et les principes ascétiques des Pères du désert.

Son influence a rayonné sur le monachisme de Gaza (dont Barsanuphe et Jean), mais aussi sur le monachisme du Sinaï (Jean Climaque, Grégoire le Sinaïte…) et sur le monachisme syrien. Il propose dans ses recueils ascétiques des conseils très concrets aux novices et aux moines, tant sur leur vie spirituelle que sur la façon de se tenir à table. 

« Dans ces recommandations se mêle au code de la politesse la délicatesse de l’amour fraternel, et on remarque combien le souci de la charité fraternelle est central », écrit le père Nicolas Egender, bénédictin de l’abbaye de Chevetogne en Belgique (3).

Il est mort dans le sud de la Palestine après avoir, selon Pierre l’Égyptien, bénéficié d’une vision de saint Jean Baptiste. Ses biographes ne sont pas tous d’accord sur la date de sa mort, qui aurait eu lieu entre 488 et 491.

Dans quel contexte a-t-il vécu ?

C’est à partir du IVe siècle, et surtout après les remous liés au concile de Chalcédoine (en 451), que la vie monastique s’est fortement développée dans la région de Gaza. À l’époque, Gaza est encore, avec Athènes et Alexandrie, une forteresse de la culture païenne du monde grec.

Mais cette ville est aussi célèbre pour son école de sophistes devenue chrétienne, d’où sortent l’évêque Aenéas, le rhéteur Chorikios ou encore le théologien Procope. La région, située le long de la Méditerranée, est alors un carrefour où se retrouvent des chercheurs de Dieu venus du nord (Antioche, Beyrouth) et du sud (Égypte, Sinaï), souvent par le biais de Jérusalem.

Depuis saint Hilarion au IVe siècle, jusqu’à Dorothée au seuil de l’invasion arabe, dernier représentant de cette lignée monastique, Gaza connaît ainsi la construction d’églises grandioses ainsi qu’une certaine floraison monastique.

Abba Isaïe est toujours resté marqué par le monachisme égyptien. Selon le père Egender, Gaza « a gardé la spontanéité originelle de Scété », ce qui en a fait un monachisme « ouvert, où le père spirituel, souvent cloîtré, exerce son ministère charismatique par l’intermédiaire d’un disciple, mais où la structure cénobitique (vie monastique en communauté, NDLR) n’est pas absente ».

Ce monachisme palestinien suppose « une symbiose entre la ville avec ses lieux saints et le désert »« Patrimoine de l’Église indivise, le monachisme palestinien se caractérise (…) par l’hospitalité, par un climat de confiance, et il ouvre les voies de l’unité », écrit Marie-Anne Vannier (4).

Que nous disent aujourd’hui ses conseils spirituels ?

Une « spiritualité du cœur » est souvent attribuée à Isaïe. « On trouve 243 fois le mot ”cœur” dans ses conférences, note le père Egender. 

On le trouve notamment sous la forme grecque eusplagchnia, qu’on traduit souvent par tendresse, et qui veut dire “être capable d’une émotion qui saisit tout l’être”, “être pris par les tripes”. »Cette spiritualité du cœur est pour Isaïe le secret d’une vie réussie.

Elle implique que l’autre, quel qu’il soit, ne m’est pas indifférent, et que je suis là pour lui. Elle peut permettre de mieux vivre en couple, en famille, et en société.

Les écrits ascétiques d’Isaïe sont aussi une source en ce qui concerne la maîtrise de soi. « Il invite à se tenir en laisse dans la liberté, à se contenir vers une harmonie, explique le père Egender. Il ne s’agit pas seulement d’ascèse personnelle, mais c’est tout un style de vie qui mêle charité, joie, paix, longanimité, affabilité, bonté, fidélité, douceur, et maîtrise de soi. Quel message ! »

Enfin, Abba Isaïe invite, par la prière et la fréquentation de la Bible, à chercher à connaître le vrai visage de Dieu, toujours à rectifier et à corriger, pour en faire une référence. 

« Qui n’en a pas tourne en rond autour de lui-même », analyse Nicolas Egender. Mieux vaut donc, pour Isaïe, se décentrer de soi-même pour se recentrer sur Dieu. En approfondissant, par la lecture de la Parole de Dieu, l’intimité avec le Christ, les hommes peuvent ainsi découvrir le lien étroit entre leur piété et la vie fraternelle où prime l’amour. 

« Tant que nous sommes vaincus par les passions, la colère, la jalousie, le respect humain, la vaine gloire, la haine (…), nous sommes loin de Dieu, où est alors l’union avec Dieu ? », s’interroge-t-il dans son Ascéticon.

Clémence Houdaille
La Croix

(1) Revue des études byzantines, année 1906. (2) La version syriaque de ce texte, qui n’a été que partiellement conservé dans l’original grec, est traduite en français aux Éditions de l’abbaye Notre-Dame de Bellefontaine. (3) Moines de Palestine. Portraits spirituels, de Nicolas Egender, Artège, 2016, 170 p., 15 €. (4) Préface de l’ouvrage de Nicolas Egender.

 

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 22:56
un bas-relief, dans la basilique Sainte-Clotilde, paroisse des parlementaires, à Paris

un bas-relief, dans la basilique Sainte-Clotilde, paroisse des parlementaires, à Paris

La tradition des saints patrons continue, avec des « nominations » récentes.
En voici quelques-unes.

Sainte Véronique, qui essuie le visage du Christ, et qui est représentée sur une des stations du chemin de croix, est devenue sainte patronne des photographes;

l’archange saint Michel est devenu, en 1949, saint patron des parachutistes;

l’archange Gabriel, en 1951, saint patron des régiments de transmissions ;

sainte Geneviève, sainte patronne de la gendarmerie ;

sainte Barbe, pour les pompiers et les artilleurs ;

sainte Clotilde, depuis 1995, la patronne de l’aviation légère de l’armée de terre (hélicoptères) ;

saint Benoît, pour l’Europe ;

saint Isidore de Séville, en 2002 (par le pape Jean-Paul II), saint patron d’Internet ;

sainte Alpais, patronne des cosmonautes ;

saint Raymond de Penafort, saint patron des véliplanchistes ;

saint Bernardin, en 1957, saint patron des publicitaires ;

saint René Goupil, pour les sourds;

saint Thomas More est devenu le saint patron des responsables de gouvernement et des hommes politiques depuis l’an 2000

Nicole Marquet 

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 22:56
Saint Jacques et le chemin de Compostelle

La tradition le nomme "Jacques le Majeur" pour le différencier d’'un autre apôtre qui porte le même prénom, Jacques, fils d’'Alphée, dit « le Mineur ». Avec Pierre et son frère André, Jacques et Jean faisaient partie du groupe de pêcheurs parmi lesquels Jésus choisit ses quatre premiers disciples.

Selon les évangiles, les quatre amis répondirent "immédiatement" à l’appel de Jésus et quittèrent aussitôt l’'entreprise familiale pour suivre le « Maître de Galilée ». Pierre, Jacques et Jean deviendront des intimes de Jésus et seront souvent conduits à l’'écart des autres disciples.

La place prépondérante que Jacques tient auprès de Jésus est due non seulement au fait qu'’il a fait partie de ses premiers disciples, mais également à son caractère.

Le Nouveau Testament décrit un homme passionné, audacieux, ambitieux et décidé. Comme il partage cette personnalité avec Jean, Jésus donnera aux deux frères le surnom de "fils du Tonnerre". De nombreux épisodes des évangiles révèlent ce caractère fougueux.

Selon la tradition, l'’Espagne aurait été dévolue à Jacques le Majeur pour qu’il l’'évangélisât. Mais sa prédication en ces terres aurait été un échec : une tradition espagnole rapporte que sur les rives du fleuve Ebre, l'’apôtre, découragé, aurait pleuré ; la Vierge lui serait apparue, portée par des anges, pour l'’inciter à persévérer.

Un autre lieu est lié à l’'intervention de la Vierge dans ce même but : à Muxia, le sanctuaire de Nostra Señora de la Barca indique l’'endroit où elle aurait débarqué pour aider l’'apôtre dans sa mission.

Après la mort de Jésus, Jacques le Majeur fit partie du groupe fondamental de la "Première Église de Jérusalem". C'’est pourquoi Hérode Agrippa le choisira, de même que Pierre, comme figure représentative de cette Église pour donner un châtiment exemplaire à la communauté chrétienne : il le fit décapiter par l’épée aux alentours des années 41-44.

Saint Jacques fut ainsi le premier apôtre à verser son sang pour le Christ.

La tradition prend ici le relais des Saintes Écritures. Les disciples de saint Jacques auraient alors recueilli sa dépouille pour la déposer dans une barque, qui aborda en Galice, à Padrón.

Le corps fut enterré dans un compostum, c’'est-à-dire un "cimetière" (telle est l’'une des étymologies du nom de "Compostelle") et resta ignoré jusqu'’à ce qu’'au début du IXe siècle, le 25 juillet 813, une étoile ne vînt indiquer à un ermite du nom de Pelayo (Pélage) l’'emplacement de la sépulture, appelé dès lors campus stellae ou "champ de l’étoile" – ce qui aurait donné, selon une autre étymologie, plus poétique, le mot "Compostelle".

Alphonse II le Chaste érigea, à côté du tombeau, une église et un monastère. C'’est autour de ces édifices primitifs que naquit Saint-Jacques-de-Compostelle.

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0