Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 23:55
Croyons-nous que Jésus est véritablement Dieu ?

Cher frère,  Chère sœur,

Je pose à chacun de nous cette question : es-tu chrétien ?

J’en pose une autre et je me la pose : est-ce que tu as la certitude que Jésus a existé ? Et si oui est-ce que tu crois vraiment que cet homme Jésus était Dieu ?

Enfin une dernière : est-ce que tu es certain que croire en Jésus suffit à t’assurer la vie éternelle après ta mort ?

Libre à chacun d’avoir une opinion sur le sujet, mais ne peut se dire chrétien que celui qui, baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, confesse qu’il croit en un Dieu unique en trois personnes, que Jésus est Dieu fait homme, qu’Il est mort et ressuscité par amour pour nous et qu’Il est le seul à pouvoir nous donner la vie éternelle.

Ce n’est pas moi qui le dit c’est la traduction par nos Pères du message révélé par Jésus dans ses enseignements et sa vie.

Pourquoi donc cette interpellation brutale sur notre foi ?

C’est parce que j’ai été récemment confronté à un discours très bien argumenté pour démontrer à qui veut bien l’entendre que Jésus est un sage parmi d’autres qui incarne un  principe universel d’amour et de guérison, qu’il n’a jamais été dit qu’il était Dieu et que le christianisme est une religion sectaire voire fanatique qui dénie aux non chrétiens d’être sauvés.

La Parole de Dieu est une information qui donne la vie, la parole des faux prophètes est une « fake news » (une « infox » en français), qui donne la mort !

Saint Paul recommande dans l’épitre de ce jour d’ « instruire avec douceur les contradicteurs (car)  qui sait si Dieu ne leur donnera pas de se convertir pour connaître le salut »

J’avoue ne pas avoir suivi ce conseil et avoir réagi de façon vive et abrupte non pas pour convertir qui que ce soit mais pour alerter les chrétiens de l’assistance qui auraient pu être séduits par ce discours plein d’intelligence et de grands sentiments humanistes et altruistes que ce n’était pas le message du Christ.

Avoir cette certitude ne découle pas d’un raisonnement. C’est le cœur qui entend la Parole qui traverse les Evangiles et qui y adhère sans mesure sans vraiment savoir pourquoi.

Cette Parole en Jean est si évidente, si claire, si extraordinaire qu’elle sidère l’intelligence qui ne peut y croire.

Vous avez entendu ce que Jésus dit : « Moi et le Père nous sommes un »[1], « Je suis celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde »[2], « J’ai dit : Je suis Fils de Dieu »[3], « Sachez et reconnaissez que le Père est en moi et que je suis dans le Père »[4]. Il dit en résumé : Je suis Dieu !

C’est inouï qu’un homme puisse dire cela avec autorité ! C’est insupportable pour une oreille juive : un homme qui se fait Dieu, pire, un Dieu qui se ferait homme !

Est-ce plus recevable aujourd’hui ? Qui peut l’entendre ? Ce n’est plus un blasphème dans un monde qui ne croit plus mais c’est du grand délire à soigner d’urgence !

Pourtant lisez l’Evangile de Jean et vous trouverez l’affirmation mainte fois répétée que le Père et Jésus sont un.

Jésus est donc, pour le croyant, Dieu et homme. Il est une des trois personnes de la Trinité, le Fils, et il une double nature, divine et humaine.

C’est cette vérité qui sera proclamée au Concile de Chalcédoine dans une magnifique formule : « nous confessons un seul et même Fils, notre Seigneur Jésus Christ, le même parfait en divinité, et le même parfait en humanité, le même vraiment Dieu et vraiment homme (composé) d'une âme raisonnable et d'un corps, consubstantiel au Père selon la divinité et le même consubstantiel à nous selon l'humanité »

C’est notre foi et cette foi en Jésus, Fils de Dieu, est la garantie de notre salut si nous nous remettons à lui.

Pourquoi ? Parce qu’Il nous le dit : « Qui croit en moi a la vie éternelle »[5], « si vous croyez en moi vous êtes de mes brebis »[6] et « moi je vous donne la vie éternelle »[7].

Le salut qui est offert à tous les hommes est néanmoins assuré au disciple et c’est parfaitement logique si l’on écoute l’enseignement de Jésus : « Qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux et toi en moi. »[8] et « vous reconnaîtrez que vous (êtes) en moi et moi en vous. »[9]

Donc si Dieu est en nous et si nous sommes en Dieu nous participons de facto à la vie divine, à la vie éternelle qui est communion à Dieu.

C’est cela le mystère de la grâce qui nous divinise.

Mais pour être en Dieu et Dieu en nous il faut avoir la foi dans le Christ c’est-à-dire l’aimer, répondre par notre amour à son amour infini pour nous.

Je n’invente rien c’est encore le Christ qui le dit : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma Parole, et mon Père l’aimera et nous ferons en lui notre demeure »[10], « que l’amour dont tu m’as aimé demeure en eux et moi en eux »[11] et « si quelqu’un garde ma Parole, il ne mourra pas pour l’éternité »[12].

Aimer n’est pas affaire de volonté, il faut un déclic, un coup de foudre. Pour aimer le Christ il faut le rencontrer et en tomber amoureux.

Là je butte sur le mystère de la foi.

Pourquoi est-ce qu’un jour Jésus est entré dans ma vie et y a pris de plus en plus de place ? Je ne sais que dire, je ne peux que le constater.

 « C’est, dit Paul, un don de Dieu »[13]

Un jour il y a eu une ouverture du cœur à une présence vivante et transcendante, une parole qui a pris racine en moi. La suite c’est d’avoir pris au sérieux cet appel et avoir cherché à y répondre.

Vladimir Soloviev le dit mieux que moi :

« C’est la grâce qui nous convertit à Dieu, nous ne faisons qu’agréer de notre propre volonté à cette conversion, et c’est là l’essence de la prière. »

Quand nous entendons l’appel de Dieu dans nos cœurs – et c’est une grâce – nous avons la liberté d’y répondre à chaque instant de notre vie par la prière et la contemplation.

On peut donc comprendre le commandement de Jésus qui nous dit : « demeurez en moi, comme moi en vous »[14]… en priant sans cesse.

Nous, orthodoxes, nous connaissons la Prière de Jésus : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur ».

Par sa répétition incessante, porté par notre amour pour Jésus et par le repentir de nos fautes,  nous confessons notre foi dans Notre Seigneur, nous gravons son nom au fond de notre cœur et nous devons croire qu’il nous donne en retour de participer à sa vie divine.

On peut aussi obéir au commandement de Jésus qui nous dit : « demeurez en moi, comme moi en vous »… en communiant le plus souvent possible car il a dit : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui ... et moi, je le ressusciterai au dernier jour »

Marc-Elie 

[1] Jean 10, 30

[2] Jean 10, 36

[3] Jean 10, 36

[4] Jean 10, 38

[5] Jean 6, 47

[6] Jean 10, 26 : « Mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis. »

[7] Jean 10, 28

[8] Jean 17, 23

[9] Jean 14, 20

[10] Jean 14, 23

[11] Jean 17, 26

[12] Jean 8, 51

[13] Éphésiens 2.8

[14] Jean 15, 4

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0

commentaires