Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2022 4 23 /06 /juin /2022 19:30

SAINTE WINIFRED ET SA SOURCE SAINTE

Commémoré les 3 et 16 novembre

Icône de saint Winifred, peinte par un iconographe orthodoxe moderne.

Sainte Winifred, dont le nom dans sa propre langue était Gwenfrewi, est née dans le nord du Pays de Galles au début du VIIe siècle, alors que la chrétienté était encore entière et que de nombreux grands saints vivaient sur les îles britanniques.

Elle était de lignée noble, descendante des premiers rois gallois de Powys, et la fille unique de Tyfid, seigneur des cantons d’Abeluyc (Trefynnon, plus tard nommé Holywell), Maenwen et Gwenffynnon à Tegeingl.

Le frère de sa mère était St. Beuno, abbé de Clynnog Fawr à Gwynedd.

Après les difficultés qu’il avait rencontrées de la part des princes locaux de Clynnog, saint Beuno chercha refuge auprès de la famille de sa sœur et reçut ainsi des terres de son mari, Tyfid.

Dès son plus jeune âge, Winifred a été instruite dans la vie spirituelle par son oncle, et son seul désir était de se consacrer à Dieu et de devenir religieuse. Elle vivait sous les soins de Saint Beuno, près d’une chapelle qu’il avait construite dans sa ville natale d’Abeluyc.

Un dimanche, alors que sainte Beuno servait la liturgie à l’église, Winifred était seule dans sa maison.

Un prince nommé Caradog passait par là et s’arrêta à la maison pour demander un verre d’eau. Winifred était très belle et Caradog était frappée par le désir de l’avoir en mariage.

La détermination de la jeune fille à préserver sa virginité et à devenir religieuse était inébranlable, cependant, alors le prince a tenté de la prendre par la force.

Winifred lutta librement et courut vers l’église, mais Caradog la rattrapa bientôt sur son cheval.

Par colère face au refus, il lui frappa la tête avec son épée. Sa tête coupée roula le long de la colline jusqu’au cimetière.

Quand son oncle et l’assemblée – qui comprenait probablement l’autre parent de Winifred – ont vu ce qui s’était passé, ils ont été horrifiés.

Le méchant Caradog est tombé mort sur le coup. (D’autres sources historiques disent que Caradog a été tué par le frère de Winifred, Owain, comme un acte de vengeance.)

Une source d’eau curative jaillit à l’endroit où la tête de sainte Winifred tomba.

Saint Beuno prit la tête de Winifred et la replaça sur son corps, puis pria Dieu pour qu’elle soit rétablie entière. Par les prières de saint Beuno, Winifred est revenu à la vie.

Les deux se sont assis sur un rocher qui a été nommé plus tard, « le rocher de St. Beuno », et son oncle lui a dit que quiconque chercherait de l’aide par ses prières à cet endroit le trouverait.

Une marque rouge est restée autour de son cou, comme un vestige de sa restauration miraculeuse.

Avec la bénédiction de ses parents, Winifred reçut bientôt la tonsure monastique de la main de son oncle. Sainte Beuno conseilla à Winfred de rester dans cette église pour vivre la vie monastique, ce qu’elle fit, rassemblant finalement autour de ses onze vierges honorables, et les instruisant dans la foi chrétienne.

Saint Beuno lui-même devint missionnaire, voyageant vers l’ouest en Irlande.

Sainte Winifred fit un pèlerinage à Rome, et fut grandement influencée par l’ordre de la vie monastique là-bas.

À son retour chez elle, elle convoqua un synode connu sous le nom de « Synode de Winifred », auquel participèrent d’autres ascètes chrétiens du Pays de Galles, de Dumnonie et du Nord.

La pratique ascétique courante au Pays de Galles à l’époque était la vie érémitique. Au synode, tous ont convenu que la sécurité de la vie cénobitique qu’elle menait était préférable à la vie solitaire.

Ainsi, après sept ans à Abeluyc, Winifred a décidé de sortir et d’aider à établir d’autres communautés cénobitiques.

On dit que deux ermites qu’elle a approchés avec l’idée, les saints Diheufyr et Sadwrn, n’étaient pas intéressés par ce qui leur semblait être une innovation.

Ce n’est que lorsqu’elle est arrivée à Gwytherin qu’elle a été accueillie par le cousin de sa mère, St. Elerici, Winifred a été présenté à sa mère, Saint Tenoi, et ensemble ils ont établi un double monastère dans le village. Winifred finit par y succéder à sainte Tenoi comme abbesse[1].

St. Winifred reposa le 3 novembre 660 après JC et fut enterré dans le cimetière monastique.

Récemment, un fragment d’un reliquaire du VIIIe siècle de Gwytherin, l’Arch Gwenfrewi (cercueil de Winifred), a été trouvé, témoin de son statut de sainte reconnue presque dès le moment de sa mort, la plus ancienne preuve survivante pour un saint gallois.

La vénération du saint était principalement limitée au Pays de Galles jusqu’à la fin du XIe siècle, au début du XIIe siècle, quand elle a commencé à se répandre dans les îles britanniques.

D’autres puits lui ont été dédiés, dont un à Dublin, en Irlande. En 1136 ses reliques ont été transportées dans un sanctuaire orné à Shrewsbury, tandis que sa tombe originale a été conservée à Gwytherin et un fragment à Holywell.

La piscine de guérison à Holywell, au Pays de Galles. Photo de Jeffrey L. Thomas, 2006.

La source qui avait surgi à Holywell sur le site où sa tête coupée est tombée est toujours active; la température de l’eau ne change jamais, été comme hiver, et l’approvisionnement reste constant indépendamment de la sécheresse ou de l’inondation dans la localité.

Le puits est si clair que les cailloux au fond sont nettement vus comme étant tachés comme s’ils l'étaient avec du sang. Il est tapissé de mousse parfumée, la Jungermannia oplevoides. [2]

*   *   *

 

Les sources saintes sont encore une tradition forte dans les pays orthodoxes – parmi elles se trouvent la source de Saint-Athanase sur le mont Athos, la source de Sainte Théodora de Vasta dans le Péloponnèse, et les nombreuses sources saintes liées aux saints et à la Mère de Dieu en Russie.

L’histoire montre qu’il y avait aussi beaucoup de sources sacrées en Grande-Bretagne pendant sa période pré-schisme, mais la source miraculeuse de Sainte Winifred est maintenant unique en son genre. 

Voici la description de la source dans la ville qui porte maintenant son nom, Holywell – Clwyd par Roy Fry & Tristan Gray Hulse.

 

HOLYWELL

Holywell entre pour la première fois dans l’histoire écrite en 1093, lorsque « Haliwel » a été présenté à l’abbaye St. Werburgh, Chester.

En 1240, le prince gallois Dafydd ap Llewelyn, qui contrôle à nouveau cette région au Pays de Galles, donna le puits sacré et l’église à la nouvelle abbaye de Basingwerk ; et les moines cisterciens s’occupèrent du puits et de ses pèlerins jusqu’à la Réforme.

La renommée de Winifred, et avec elle la renommée du Puits, a continué à se répandre tout au long du Moyen Âge, mais peu de choses sont factuellement enregistrées sur le pèlerinage.

En 1415, sa fête était devenue une solennité majeure dans tout le Pays de Galles et l’Angleterre. Des rois pouvaient être trouvés parmi ses pèlerins. Henri V est arrivé en 1416.

Richard III maintint un prêtre au puits. Mais c’est sous le règne du Gallois Henri VII que la dévotion atteignit son apogée, avec la construction de l’actuel sanctuaire sous le patronage de la mère d’Henri, Margaret Beaufort.

Une telle gloire fut de courte durée, bien que la renommée du Puits n’ait jamais été éclipsée. La Réforme a balayé les sanctuaires et les pèlerinages; mais aucune tentative n’a jamais réussi à détruire la dévotion à sainte Winifred à son puits.

Pendant toutes les années de persécution religieuse, les pèlerins, catholiques et non catholiques, ont continué à visiter Holywell.

Il est devenu le centre de la résistance catholique. Jacques II et sa reine visitèrent le puits en 1686, pour prier pour un héritier. Mais Jacques fut exilé et la persécution renouvelée.

Pendant ces longues années, Holywell et ses pèlerins ont été servis par les jésuites. Ils ont écrit des Vies populaires du saint; et gardait même des auberges dans la ville, où la messe pouvait être dite en toute sécurité.

 

Au XIXe siècle, après l’émancipation catholique, ce sont les jésuites qui ont supervisé et dirigé la renaissance spectaculaire du pèlerinage.

Une église ouverte dans la ville dans les années 1840 a été constamment agrandie et enrichie.

Un hospice de pèlerins a été érigé peu de temps après. Et sous le P. Beauclerk dans les années quatre-vingt-dix, le pèlerinage a subi un renouveau aux proportions médiévales.

Les pèlerins sont venus littéralement par milliers, nécessitant un embranchement ferroviaire dans la ville.

La presse populaire a rendu compte de chaque guérison rapportée. Et les malades rapportèrent des guérisons en si grand nombre que Holywell en vint à être appelé la « Lourdes du Pays de Galles ».

Malgré les modifications apportées aux modèles de pèlerinage causées par la laïcité croissante de la vie au 20ème siècle et par les changements dévotionnels au sein du catholicisme lui-même, l’héritage des jésuites se poursuit: les gens viennent toujours à Holywell en pèlerinage.

LA CRYPTE ET LA CHAPELLE DU PUITS

Contrairement à Gwytherin, avec la tombe et d’autres reliques du saint, ou à l’abbaye de Shrewsbury, qui après 1138 a consacré le corps de Winifred, le pèlerinage de Holywell a toujours été centré sur le puits lui-même.

Une église, presque certainement sur le site de l’actuelle église anglicane de St James, surplombant le puits, se tient près du puits, certainement depuis 1093 et probablement depuis l’époque de Winifred.

Et il y avait peut-être une autre petite chapelle, reliée plus directement au puits.

Mais nous n’avons aucune indication quant à la forme du Puits lui-même tout au long du Moyen Âge.

Les puits sacrés celtiques prennent de nombreuses formes individuelles, et il est possible que jusqu’à la fin du XVe siècle, il n’y avait aucune forme de structure autour de la source elle-même, ce que suggèrent les poèmes votifs gallois médiévaux.

La force même du printemps soutiendrait cela.

Puits de Sainte-Winifred

La structure glorieuse actuelle a été commencée vers 1500 et a probablement pris dix ou quinze ans à compléter. Il est unique, n’ayant d’équivalent nulle part en Europe; et est un chef-d’œuvre de l’architecture perpendiculaire tardive.

Il prend la forme d’une crypte presque carrée, construite dans la colline escarpée, mais ouverte au nord par une triple arcade qui donne accès au puits.

Au centre, la source s’élève dans un bassin en forme d’étoile, avant de se jeter dans un bain oblong, dont l’accès se fait à chaque extrémité par des marches.

Tout autour du puits, des colonnes gracieuses s’élèvent pour soutenir le toit voûté; et au centre, directement au-dessus de la source, se trouve un grand boss pendentif, magnifiquement sculpté avec la légende de St Winifred, mais maintenant mal usé.

À l’origine, les espaces entre les colonnes étaient remplis de délicats entrelacs gothiques, détruits par les puritains.

Une galerie ouverte dans le mur ouest donnait à l’origine au pèlerin son premier aperçu du puits sacré alors qu’il descendait de la chapelle au-dessus, pour entrer dans la crypte par la porte maintenant fermée.

La chapelle comprend une nef et un bas-côté, et est construite directement sur la crypte, avec laquelle elle est contemporaine.

À son extrémité est, une abside a été construite sur la colline pour contenir l’autel.

La crypte du puits n’a jamais cessé d’être utilisée pour son usage initial, mais la chapelle a connu de nombreux changements d’utilisation, utilisées tantôt comme palais de justice, tantôt comme école.

En conséquence, il a subi de grands dommages, mais il a été entièrement restauré et recouvert en 1976. L’intérieur et l’extérieur de la chapelle sont enrichis de sculptures fines et souvent amusantes.

Compte tenu de la qualité supérieure de l’architecture et du degré de compétence technique requis pour construire directement au-dessus de la source d’une petite rivière, il est étrange que pas un seul fait concret concernant sa construction n’ait survécu.

Nous ne connaissons pas le nom de son architecte, ni le nom de ceux qui ont commandé et payé le sanctuaire: pas même les dates de sa construction.

Le bâtiment lui-même donne les seuls indices. Les emblèmes et les armoiries gravés sur les bossages du plafond de la crypte suggèrent le patronage de Margaret, comtesse de Richmond et de Derby, la pieuse mère d’Henri VII.

Marguerite mourut en 1509. Les armes de Catherine d’Aragon suggèrent un plus grand patronage royal; et d’autres insignes indiquent la bienfaisance d’autres familles nobles.

Un tel mécénat, qui seul pourrait expliquer la splendeur du bâtiment, est également le seul indice réel pour le dater de la première décennie du XVIe siècle.

Bien que son histoire exacte restera probablement toujours un mystère, le sanctuaire reste un cadre approprié pour le seul pèlerinage britannique à avoir survécu de manière continue pendant plus de 1300 ans.

LA TRADITION DE GUERISON DU SAINT PUITS

Les gens se baignent dans le puits St Winifred depuis 1 350 ans. Ils le font toujours.

Les pèlerins d’aujourd’hui passent trois fois par le petit bain intérieur, en disant une décennie du Rosaire; ensuite, ils sont entrés dans la piscine extérieure pour terminer leurs prières agenouillées sur la pierre de St Beuno, par les marches.

Certains prient pour une guérison; plus « offrir » l’inconfort des eaux glacées à des amis, ou simplement en l’honneur de sainte Winifred, ou en signe de remerciement. Le pèlerinage a de nombreuses raisons.

Ce rituel est aussi vieux que le pèlerinage lui-même.

Maen Beuno, la pierre de Beuno, nous relie directement à l’époque de St Winifred.

Les Vies Médiévales disent que Beuno s’est assis sur cette pierre quand il a dit à Winifred que quiconque viendrait au Puits et demanderait quelque chose en son nom, « pourrait recevoir une réponse à leur demande au moins à la troisième fois ».

Cela signifiait que le pétitionnaire devait se baigner trois fois de suite.

Après la construction du puits actuel, cela signifiait trois trempettes dans le petit bain.

Une sculpture en face de ce bain montre comment des pèlerins en bonne santé ont porté les malades à travers les eaux sur leur dos. La maçonnerie du puits est recouverte de centaines de graffitis, initiales de pèlerins pleins d’espoir ou reconnaissants.

Certaines inscriptions témoignent explicitement des guérisons reçues au sanctuaire.

La piscine extérieure ne faisait pas partie du bâtiment d’origine, étant ajoutée plus tard; mais sa taille témoigne des foules de pèlerins qui venaient même pendant les périodes de persécution religieuse.

Leur foi n’était pas non plus vaine. Depuis 800 ans, il y a un enregistrement continu de guérisons et d’autres faveurs revendiquées au puits à travers les prières de st Winifred – le seul sanctuaire britannique bénéficiant d’une histoire aussi ininterrompue de pèlerinage et de guérison.

Jusque dans les années 1960, la crypte était pleine de béquilles laissées par les pèlerins guéris.

Des siècles de lettres témoignent de la puissance de Dieu et de ses saints en ce lieu : des récits de guérisons non seulement des catholiques, mais des protestants ; et même de ceux qui n’ont aucune foi en quoi que ce soit.

Un récit, touchant dans sa simplicité, un bout de papier laissé au Puits il y a 100 ans, peut représenter tout le reste :

Un père protestant souhaite revenir parce que par la grâce de Dieu l’eau de st Winifred a guéri sa fille unique miraculeusement d’une grave maladie, qui avait résisté aux efforts de plusieurs médecins et amis pendant une période de trois ans et demi. Signé, C.T. Longley.

La vie de saint Winifred compilée à partir de diverses sources
par Pravoslavie.ru/Orthodox christianisme

11/15/2010

[1] Britannia Biographies, http://www.britannia.com/bios/ebk/winifred.html. Partiellement édité à partir de A Dictionary of Saintly Women (1904) d’Agnes Dunbar.

[2] Ibidem.

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0
20 juin 2022 1 20 /06 /juin /2022 19:32
Partager cet article
Repost0
7 juin 2022 2 07 /06 /juin /2022 19:30

La voie romaine allant de Vannes à Blain passait par le bourg de Plessé, la région  fut  pillée et dévastée par les Normands, puis pendant la guerre de Cent Ans. Durant les guerres de religion le territoire de Plessé est dominé par la famille des Rohan de Blain et devient alors un refuge pour les protestants. Les membres de  l’église réformée de la région se réunissaient souvent au château de Plessé. Le 21 juin 1863, Dresny qui n’était qu’un petit village au nord de Plessé a été canoniquement érigé en paroisse. Selon les archives départementales, il existait une chapelle construite à une époque indéterminée par Joseph Calan, petit seigneur qui dédia cet édifice religieux à son Saint-Patron. Le patronyme de Calan a subsisté et désigne le village où a été érigé le monument dédié à Saint-Joseph. Au cours de la tourmente révolutionnaire, la chapelle disparut, les pierres retrouvées dans un champ ont servi de socle à un calvaire érigé au lieu dit « La Montang » près de Calan.

 

Les miracles

 

A la fontaine Saint-Joseph, le premier miracle aurait eu lieu vers 1850, un paysan venant du village de Guély avec un attelage sur lequel était installée sa fillette infirme passait en cet endroit où coulait une fontaine couverte de buissons et de ronces. La fillette demanda à son père de s’arrêter. Elle avait vu au-dessus des ronces une tige fleurie….c’était un lys blanc. Tous les deux contemplèrent cette chose incroyable et soudain la petite fille descendit seule de la charrette et partit à pied devant l’attelage….elle était guérie. Ils allèrent aussitôt annoncer la nouvelle au chapelain de Calan qui fit la relation entre le lys blanc et Saint-Joseph.

Un autre miracle eut lieu en 1892. Un enfant de 12 ans Jean Guillet né Guenrouët passa au travers d’un pont de bois qui enjambe (la douvé),  fossé rempli d’eau, il fut sorti de là avec une jambe en piteux état. Pendant un an les différents médecins appelés à son chevet ne peuvent pas le guérir. Le père lui confectionne deux béquilles en châtaigner, pour lui permettre de bouger un peu. La mère décide alors de s’adresser au « docteur du ciel » et s’en va pieds nus vers le Dresny. Elle y fera plusieurs pèlerinages, toujours avec le même rite : elle prie à l’église puis s’achemine toujours en priant vers la fontaine. A son retour l’enfant est invariablement  dans le même état. Elle décide donc d’amener son garçon à la fontaine, le père atèle la jument et installe l’enfant  sur la charrette, de ce premier voyage rien n’avait changé. Lors du second voyage, Jean déclare « c’est aujourd’hui que je reviens guéri. » A la fontaine les parents plongent leur enfant dans la piscine. Et….il est guéri, il saute de bonheur et sans aide remonte dans la voiture, laissant derrière lui la béquille comme ex-voto. Jamais plus sa jambe ne le fera souffrir.

A partir de cette époque, la dévotion à Saint-Joseph se fit grande en ce lieu et il y a régulièrement des grâces et des guérisons accordées à ceux qui les demandent avec foi.

La Fontaine dont Joseph est le protecteur a été mise en valeur en 1892, par l’Abbé Apiais curé de la paroisse qui fit exécuter une route d’environ 400 mètres pour accéder à ce qui n’était alors qu’un trou d’eau sous les ronces et qu’il désirait mettre en valeur. Depuis cette époque plus de vingt guérisons miraculeuses ont été enregistrées. Les premiers pèlerinages à la fontaine furent instaurés par Monsieur le curé Massé, le 19 mars 1897 et le 3ème dimanche après Pâques, depuis ce pèlerinage se renouvelle chaque année

Le pélerinage

Le pèlerinage est organisé chaque année par le Monastère Sainte-Présence (56)

Pour y participer contacter le monastère : Cliquer ICI

 

Association sauvegarde du patrimoine notre dame et saint joseph le dresny
( fontaine grotte Notre dame Saint Joseph )
Informations :
Siège de l'association :
1 Rue Jules Verne 44630 Plessé
 

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0