Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 20:30
Pourquoi plante-t-on du blé ou des lentilles à la Sainte Barbe ?

Une tradition qui accompagne celle des santons de Provence : planter des lentilles à la Sainte Barbe, le 4 décembre, et les placer dans la crèche. Pourquoi ? Qui était sainte Barbe ? De qui est-elle la patronne ?

Sainte Barbe, ou Barbara, est une martyre du Liban, morte en l’an 235, et dont le culte fut largement répandu dès le Ve siècle, en Orient comme en Occident.

Selon la légende, elle était de la ville Baalbeck, et d’une grande beauté, son père décida de l’enfermer dans une tour. Elle se cacha dans les blés mais fut bientôt retrouvée… Enfermée à double tour, elle  y devient chrétienne. Elle aimait Dieu et trouvait inutile de se marier. Son père, déçu de tout cela, lui coupa la tête, mais tomba foudroyé.

Patronne des artilleurs, artificiers, pompiers…
Dès lors, on invoqua la sainte martyr pour être protégé du feu et de la foudre : c’est ainsi qu’elle devint la sainte patronne des artilleurs, des artificiers, des pompiers, des mineurs et des carriers, et à cause de son nom, des brossiers, des chapeliers et des tapissiers. On l’invoque même en Haute-Saône pour avoir des enfants frisés !

Histoires de blé
En souvenir du blé dans lequel elle s’était cachée, à la Sainte-Barbe, au Liban, du blé cuit sucré est mangé pour la commémorer. De plus, grands et les petits se déguisent dans les rues, et les enfants vont chercher des bonbons et des friandises dans les maisons… et ceci, bien avant Halloween !

De plus, une bonne germination du blé au coeur de l’hiver augure d’abondantes récoltes pour l’année suivante : aussi a-t-on confié à Sainte Barbe les prochaines récoltes : Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! : Blé bien germé, c’est la prospérité pour toute l’année !

Alors, avec l’installation de la crèche de l’Avent, la tradition a voulu qu’on plante trois coupelles de blé, symbole de la Trinité.

Aujourd’hui, on fait plus facilement germer des lentilles, qui seront levées… à Noël !

Et qui pourront ainsi égayer la table du réveillon.

La levée des lentilles représente Dieu qui grandit dans les cœurs pour naître à Noël !

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 20:20
Saint Grégoire Palamas et l'Islam

Le dialogue avec l'islam

Fait accidentellement prisonnier par les Turcs en 1354, saint Grégoire Palamas séjourna plus d'un an parmi eux.

Nous possédons deux lettres qu'il écrivit alors dont une « à son Église », celle de Thessalonique, et le compte rendu détaillé d'une discussion théologique qu'il eut avec des docteurs de l'islam. Grégoire, tout en considérant les Turcs comme des « barbares », les remercie de leur tolérance, encourage dans la foi les chrétiens qui restent nombreux en Asie Mineure, mais que tente la conversion soit à l'islam soit à une sorte de judaïsme proche de l'islam, préconise enfin un témoignage irénique de l'Évangile par un véritable dialogue avec les musulmans.

Il multiplie les entretiens avec leurs docteurs : « L'un d'eux déclara : "Le temps viendra où nous nous entendrons entre nous" ; et moi je l'approuvai et j'exprimai le vœu que ce temps vienne rapidement. » (Lettre à son Église, p. 19). Cette attitude qui tranche sur la polémique byzantine habituelle se fonde sur une philosophie de l'histoire où l'islam a sa place.

Pour Palamas, il apporte en effet à d'innombrables païens la révélation du Dieu unique, du Dieu personnel : « Même si tous les hommes ne sont pas soumis à l'évangile du Christ, tous, transformés inconsciemment, confessent ensemble un Dieu unique, créateur de l'univers. Et si tu interroges [les peuples orientaux, c'est-à-dire musulmans], entendras te répondre immédiatement ces paroles dignes d'Abraham : "Nous vénérons le Dieu du ciel." » (Défense des saints hésychastes, p. 392-394).

Ce que n'auraient fait ajoute Palamas, ni les savants, ni les poètes, ni les philosophes de la Grèce antique.

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 20:30

Illustration de Sophie Guichard

Saint MALO

né à Glamorgan (Pays de Galles) ; mort en Saintonge (Charente-Maritime) vers 640

A en croire son plus ancien biographe, il était moine à l'abbaye galloise de Llancarvan, quand l'inspiration lui vint d'aller convertir les Bretons.

Il toucha terre à l'embouchure de la Rance, non loin de la ville qui porte aujourd'hui son nom (Ille-et-Vilaine). Les gens qui peuplaient cette région étaient si sauvages que Malo résolut de commencer par eux.

A force de zèle et de courage, il finit par rendre le pays à peu près chrétien. Cependant, au bout de vingt ans, « le diable vint semer la zizanie dans son troupeau ».

Jugeant que le temps nécessaire à réfuter les calomnies répandues contre lui serait mieux employé ailleurs, il remit sa charge d'évêque à celui de ses clercs qui désirait le plus l'avoir, quitta la Bretagne et s'achemina vers l'Aquitaine.

Il s'arrêta en Saintonge (Charente-Maritime) où, sauf dans les villes, le christianisme avait encore peu pénétré.

Il fit autant de bien aux Saintongeais qu'aux Bretons ; et ce fut au milieu d'eux qu'il mourut.

Comme beaucoup de saints, Malo aimait les bêtes, que Dieu aime aussi puisqu'il les a créées.

Un jour qu'il travaillait à sa vigne, il vit une fauvette en train de pondre dans le capuchon qu'il avait posé sur un buisson. Il se garda de la déranger.

Les jours suivants, il la laissa pondre et couver tant qu'elle voulait ; et il ne revint prendre son capuchon que lorsqu'elle se fut envolée avec sa petite famille.

On signale aussi qu'il évitait de charger son âne de fardeaux trop lourds, et qu'il le dételait toujours avant qu'il fût trop fatigué.

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article

Repost0