Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 20:30

Perchés sur le Mont Athos ou repliés dans les Météores, les moines grecs seraient les gardiens d’une certaine identité grecque orthodoxe. Alors que la Grèce médiévale est sous influence byzantine puis ottomane, est-il justifié de qualifier sa population monacale de résistante ?

La Grèce médiévale sous influence ! Rendons-nous dans des lieux parmi les plus fascinants que des hommes, baignés de religion, ont façonnés : le Mont Athos et les Météores. Nous nous trouvons en Grèce, dans des paysages à couper le souffle. C’est là que des moines se sont installés au Moyen Âge. Ils y ont trouvé un refuge, alors que la Grèce connaît plusieurs dominations ; ils en ont fait un lieu au statut autonome, dont l’influence s’étend jusqu’en Russie.

Depuis le Xe siècle, des moines orthodoxes sont installés sur le Mont Athos, une montagne au nord de la Grèce. Ils sont environ deux mille aujourd’hui encore. Leurs communautés, constituées d'une vingtaine de monastères, sont les témoins d’une Grèce passée. Ces monastères ont fait face à la conquête de l’Orient par l’Empire latin quand, en 1204, les croisés prennent Constantinople. Ils se sont maintenus après l’arrivée des Ottomans en 1453.

"Pendant la période de domination latine, après les troisième et quatrième croisades, nous retrouvons la recherche de la solitude, il y a toujours des ermitages. De manière générale, le monachisme orthodoxe est rural, avec toujours la recherche de l'éloignement", explique l'historienne Ludivine Voisin.

Les moines grecs ont su conserver leur identité dans un pays qui a connu différentes dominations et où la religion orthodoxe a évolué, au gré des querelles religieuses, politiques, culturelles. "La Grèce médiévale byzantine se construit dans la douleur", souligne à ce propos Vincent Déroche, historien. Il évoque aussi l'idée répandue que "la plaine et les villes étaient trop sous la main des Turcs et qu'il y a une sorte de réserve d'authenticité grecque liée à la montagne. La montagne en Grèce joue un véritable rôle d'enjeu symbolique de refuge de l'hellénisme".

Comment affirmer et maintenir son identité entre Rome et Constantinople ? Quelles relations entretiennent les monastères grecs avec leurs voisins latins ? En quoi participent-ils à la construction d’une identité grecque ? Nous en parlons avec nos invités, Vincent Déroche et Ludivine Voisin.

Vincent Déroche est professeur à Sorbonne Universités, directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre d'histoire et civilisation de Byzance. Il a mené le grand chantier archéologique à Delphes entre 1990 et 1997. Il a notamment publié :

Culte des saints et littérature hagiographique : accords et désaccords (co-édité avec Bryan Ward-Perkins et Robert Wiśniewski, Leuven, 2020)
Constantinople, 1453. Des Byzantins aux Ottomans (co-dirigé avec Nicolas Vatin, Anacharsis, 2016)
Entre Rome et l’Islam. Les chrétientés d’Orient, 610-1054 (Armand Colin, 2010, première édition : Sedes, 1996)
Le Monde byzantin. 750-1204. Économie et société (co-dirigé avec Vincent Puech, Arietta Papaconstantinou, Guillaume Saint-Guillain, Atlande, 2007, réedité en 2010)
Juifs et chrétiens dans l’Orient du VIIe siècle (avec Gilbert Dagron, Bilans de recherche 5, Association des Ami du Centre d'histoire et civilisation de Byzance, 2010)
Ludivine Voisin est docteure en histoire médiévale, chercheuse associée au GRHis (Groupe de Recherche d’Histoire) de l’Université de Rouen, membre associé temporaire de la SHMESP (Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public) et du SSCLE (Society for the Study of the Crusades and the Latin East). Ancienne allocataire de l’École française d’Athènes, elle a publié Les Monastères grecs sous domination latine (XIIIe-XVIe siècles) (Brepols, 2021).

Sons diffusés dans l'émission
Extrait : Les Moines du Mont Athos, film documentaire de Jacques Valentin, 1955
Archive : Jean Gouillard évoque le schisme de l'église byzantine dans Analyse spectrale de l'Occident - RDF, 13 décembre 1958
Musique : "T'aidonia tis Anatolis" par Kyriakos Kalaitzides, chant d'un auteur anonyme, manuscrit de 1203 du monastère Iviron du Mont Athos
Lecture par Daniel Kenigsberg : extrait du récit de la conquête de Constantinople par Constantin Stilbès
Archive : les Météores présentées dans l'émission Les coulisses de l'exploit - RTF, 3 juillet 1968
Lecture par Daniel Kenigsberg : note marginale d'un manuscrit du XVIe siècle traduite par Ludivine Voisin
 

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2021 5 19 /11 /novembre /2021 20:30
 Jean-Yves Leloup : Fortifier nos racines, déployer nos ailes !

 

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 19:30

La musique, souvenir de la science divine

Curieuse sainte que cette mystique, entrée dans les ordres à l’âge de 14 ans, parfois surnommée la "Sibylle du Rhin" en raison de ses visions et ses prophéties. Au XIIe siècle, époque où la femme n’avait pas voix au chapitre, celle de Hildegarde von Bingen a résonné dans toute la chrétienté. A la fois abbesse, biographe, écrivain, scientifique, compositrice et prophétesse engagée dans les combats de son temps, Hildegarde suscite toujours l’intérêt et l’admiration plus de 800 ans après sa disparition.

Et la musique fait partie intégrante de sa vie et de ses visions. Hildegarde la considère comme un souvenir de la science divine, souvenir qui s’est effacé de sa mémoire après sa chute.

A écouter aussi : Romain Dayez et Jean-Paul Dessy livrent une relecture contemporaine d’une œuvre d’Hildegarde von Bingen

Prophétesse et compositrice

Dès son plus jeune âge, Hildegarde von Bingen a eu des visions. Elle entend des voix, ne contrôle plus ses paroles ni ses gestes et voit une lumière avant de revenir à la réalité. Enfant, elle évoque ses visions, mais personne ne l’écoute. Et ce n’est que passé l’âge de 40 ans qu’elle pourra finalement se libérer de ce poids. L’abbesse reçoit alors un ordre divin : qui lui dit "Fais connaître les prodiges que tu vis, mets-les par écrit, et parle". Réceptive à ces paroles célestes, elle racontera ses visions dans un ouvrage qu’elle mettra en musique par la suite (un ouvrage intitulé Ordo Virtutum).

À découvrir aussi : L’histoire et la vie d''Hildegarde von Bingen

Hélène Michel

 

Ecouter les podcasts musicaux

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0