Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 23:35

Certaines personnes sont réticentes à l’idée de sortir dehors à la mi-janvier – la période la plus froide de l'année. Cependant, ces hommes et ces femmes sont assez courageux pour plonger dans un trou de glace lorsqu'il fait -20 °C.

La Théophanie est l'une des principales fêtes orthodoxes et est célébrée dans toute la Russie le 19 janvier. Le temps à cette période de l'année est généralement très rude, et il existe même un aphorisme : « les gelées de la Théophanie ». Cependant, selon la tradition, la nuit précédant l'Épiphanie et pendant toute la journée, les Russes plongent dans un trou de glace appelé « Jourdain » et ayant la forme de la Sainte-Croix. Cet acte symbolise le baptême du Christ, et cela paraît bizarre si l'on considère que Jésus a vécu dans une région particulièrement chaude du Globe !

Une croix de « Jourdain » préparée pour le bain dans la région de Moscou
Un homme plonge dans l'eau au centre de Saint-Pétersbourg.
Des gens font la queue pour plonger à Vladivostok.
Bain en Sibérie – un trou de glace sur le fleuve Ob à Novossibirsk
Un prêtre bénit l'eau du trou de glace réalisé par les agents des services d'urgence.
Tout le monde se baigne dans cette eau : les hommes...
… et les femmes. Et ce, que ce soit à Moscou ou en Sibérie, comme cette femme de Krasnoïarsk.
Les enfants ne font pas exception.
Même Vladimir Poutine se baigne dans l'eau glacée lors de la Théophanie.

Lire aussi : La Théophanie comme thématique de la peinture russe

Les « Jourdains » pour le bain sont aménagés dans des lacs et plans d’eau à côté d’églises et monastères comme celui-ci en Carélie.
Ou directement dans des monastères comme ici, à Valdaï.
Des lieux spéciaux pour les bains de la Théophanie sont même aménagés pour les condamnés.
Ainsi que pour les militaires.
L’on en trouve également dans le centre de Moscou…
… près des immeubles d'habitation des grandes villes – comme celui-ci à Novossibirsk…
… et dans des endroits incroyablement pittoresques et isolés, tel le village de Divnaïa Gora, dans la région de Iaroslavl.
Parfois, il n'est pas nécessaire de faire un trou dans la glace – et les gens se baignent dans la mer comme en Crimée. Les prêtres se contentent de bénir l'eau à l'avance.
Des habitants de la région de Krasnodar, dans le Sud, se baignent même dans des chutes d'eau.
Il y a aussi des sources thermales non gelées où les gens viennent se baigner.
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 21:45
Le moine et le cuisinier

Parfois, des   êtres  d'exception venus d'univers totalement différents  se rencontrent. Avant même de s'adresser la parole, ils se sont  compris. Ils ont le feu sacré. On se souvient ainsi de l'amitié entre le  peintre Claude Monet et l'homme d'Etat Georges Clemenceau, deux fauves à la sensibilité exacerbée que rien, jamais, ne sépara.

Il en va de même aujourd'hui avec le cuisinier  Gérald Passédat et le moine orthodoxe frère  Jean.

Entre l'ancien  «voyou» de Marseille, adolescent turbulent devenu chef trois étoiles Michelin à 48 ans (en 2008) et le robuste Cévenol illuminé par Dieu en 1983 au mont Athos, en Grèce, l'amitié  coule de source depuis une dizaine d'années.

Comment se sont-ils connus?  C'était au Petit Nice, le restaurant familial des Passédat  transmis de généra­tion en génération depuis 1917, l'un des plus beaux décors de Marseille, dressé face à la mer comme un vestige de la Côte dAzur de la Belle Epoque.

Frère Jean et l'inséparable frère Joseph avaient quitté le temps d'une  journée leur petit monastère des Cévennes (le skite Sainte-Foy, dépendant de l'archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale, dont le siège est la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky de la rue Daru, à Paris) pour s'offrir un beau repas.

« Ce repas est resté gravé dans ma mémoire, raconte frère Jean.

Tout n'était qu'har­monie : la beauté de la mer, la bonté de toute l'équipe qui nous a accueillis, la discrétion  du service et la cuisine du chef avec ses goûts inouïs.

Je me souviens encore de ses bouillons transparents  et de sa rascasse farcie aux petits légumes. La cuisine de Gérald  parle, elle est vivante, car il regarde la nature avec les yeux d'un  enfant.

Pour moi, Passédat est à sa manière  un prophète: il prépare  le chemin de l'émerveillement.»

Lorsque  Gérald  vit ces deux moines orthodoxes dans sa salle à manger en train de s'extasier devant ses beignets d'anémone de
mer avec leur nem d'huître et ses rougets de roche aux coquillages et à la panurée de pistaches, il n'en crut pas ses yeux : «Je ne pensais  pas recevoir  un jour de tels hôtes ! C'est  un honneur  pour moi.

Chaque  année ou presque, je les vois revenir dans mon restaurant, comme s'ils venaient  faire le plein de sensations nouvelles.

Et ce qu'ils disent de ma cuisine me touche  énormément. Nous nous comprenons, car je ne peux pas concevoir la  vie sans le sacré.

Depuis toujours, je suis en adoration devant   la beauté  de la nature  et de l'Uni­vers, le mystère qu'il y a  derrière. Notre rencontre n'est pas le fait du hasard, j'en suis  persuadé!»

Le moine et le cuisinier

Avec Gérald  Passédat  et frère Jean, la cuisine n'est plus
seulement  un spectacle, un art du paraître, mais un chemin qui
peut aussi mener  à l'éveil, à une connaissance du monde qui nous englobe : «Magnifier le produit de la mer, cela a toujours été ma façon de prier.»

Quel parcours que celui de ce Provencal dont l'une des grands-mères, Lucie, était cantatrice à l'Opéra de Marseille !  Les épreuves de la vie ne l'ont pas épargné. «Pour vivre, il faut avoir un grand rêve. Le mien, c'était de décrocher trois étoiles Michelin à une époque où personne ne croyait en Marseille. J'ai su que c'était mon destin quand j'ai découvert la cuisine dAlain Chapel à l'âge de 12 ans, à Mionnay.

Grand et mince dans son tablier blanc, il me donnait l'impres­sion de voler... Sa nage de crustacés  était sublime. Dans les
années 1970, il fallait être fou pour choisir le métier de cuisi­nier. Il était mieux vu d'être médecin, avocat ou même voyou.» 

Gérald  Passédat est notre plus grand cuisinier de la mer.
Il a été le premier  à sublimer  les poissons de roche oubliés, dont on ignorait même les noms.

Aujourd'hui, il travaille plus de
70 espèces, dont il utilise toutes les parties y compris la peau (pour faire des chips), les arêtes et la tête (pour  préparer  des
infusions).

Dans sa cave, il fait maturer les grosses pièces (dentis, loups, daurades...). Chez lui, l'oursin en mille façons se boit, se croque, se sirote ou fond sur la langue avec des pétoncles et une mousse d'artichaut violet.

Il est toujours le seul à cuisiner l'anémone de mer. Et la murène, sous ses doigts, se révèle aussi fine que la langouste...

Il a grandi sur ses rochers, et, quand il veut tout oublier, il plonge à quarante mètres de profondeur.

Ses pêcheurs  lui apprennent l'état  de la
mer, qui est son ter­roir. Comme leurs ancêtres italiens et catalans, ils continuent  à utiliser l'hameçon  et la palangre: «Leurs poissons ne touchent pas la glace et arrivent vivants chez
moi. Je les enveloppe alors dans du beau linge blanc.»

Dans sa cuisine, chargée  d'émo­tion, on sent le côté piquant du mistral et l'aridité de son pays.

Ses produits préférés sont la brousse du Rove (un délicat caillé très frais issu d'une race antique de chèvres) et la poutargue, le caviar de la Méditerranée, qu'il utilise en« ponctuation franche
et savoureuse».

Les blogueurs  avides de l'« effet waouh»  qui l'appellent pour se faire inviter (et qu'il rembarre) l'ignorent  sans doute: Passédat a tracé son chemin tout seul, dès 1990, à une époque où il était impensable de ne pas proposer de viande.

«Avec l'Oustau de Baumanière, j'ai été le premier à mettre le régime crétois à la carte d'un restaurant gastronomique : poissons, légumes, huile d'olive... je me suis fait fusiller par la critique!»

Car pour Gérald, comme pour frère Jean, le cuisinier est là avant tout pour restaurer,  pour soigner, pour réparer, pour faire du bien ... «Autrefois, après un repas, on frôlait la crise d'apoplexie tellement  la cuisine était grasse. Chez moi, on se sent léger. Le poisson nourrit et l'iode régénère.»

Passédat fait peur, il n'est pas assez miel, sa gastronomie  est pure et exige une préparation chez ceux qui viennent au Petit Nice, où l'es­prit monacal (discipline, rigueur, adoration  du produit) plane comme un parfum de safran.

C'est peut-être  pour ça qu'on ne l'invite jamais à la télévision: «Mon  père m'a fait gravir les marches une à une, car il faut une vie pour devenir cuisinier.

Je ne crois pas en l'instantanéité qui règne aujourd'hui. On fait croire aux jeunes qu'ils peuvent arriver au sommet en un cla­quement de doigts, mais ce n'est pas vrai.» 

En fait, il y a un mystère Passédat: un jour, on s'est rendu compte que ce qu'il faisait était sublime.

«C'est  comme une vigne que vous travaillez en biodynamie. Avec le temps, les racines plongent profondément dans le sol, la vie revient et les fruits sont délectables.

Moi, c'est pareil: j'ai passé ma vie à approfondir mes racines marseillaises et à diriger cette grande famille que l'on appelle un restaurant.»

Au fil des ans, le moine et le cuisinier ont entamé  un dialogue qui les a enrichis tous les deux. Jusqu'à ce jour de 2020 où est né chez eux le désir de réaliser un repas de fête à quatre mains.

En octobre, Gérald s'est donc rendu chez frère Jean, dans son petit monastère  des Cévennes, fondé  en 1996 dans un ancien prieuré bénédictin du XVIe siècle, au-dessus d'un piton rocheux qui domine un paysage grandiose de forêt, de terrasses et de murets de pierre sèche: «Un lieu magnétique et fascinant où j'ai passé une journée extraordinaire.»

Le moine et le cuisinier

Pour frère Jean, un repas peut devenir un moment sacré: «Le Christ a commencé sa mission par un repas, et il l'a achevée par un autre repas.»

Dans son monastère, la cuisine est un pro­cessus long qui part des graines qu'il a lui-même plantées dans son potager, sans utiliser une goutte de chimie.

Les saisons lui dictent ses menus. Sa table est ouverte aux hôtes et aux pèlerins qui se régalent de ses soupes, de ses daubes de sanglier et de ses
gratins de courge aux châtaignes.

«Je conçois la préparation des repas et le partage des mets comme une louange à la Création. La
gourmandise n'est pas un péché. Le péché, c'est de ne pas être   gourmand, de ne pas aimer  assez la vie dans toutes  ses dimensions.» 

Seul à table, on ne sent rien, il faut être ensemble
pour apprécier  le goût d'un  plat et d'un  vin.

Frère Jean reçoit ici des artistes, des chefs d'orchestre, des préfets, des militaires, des chirurgiens, des écrivains.

Tous ne sont pas nécessairement chrétiens. Mais ils ont soif de quelque chose d'autre.

Le moine en profite alors pour leur montrer à quel point la nature souffre et ne sait plus où elle en est : « En plein mois d'octobre, on voit des cerisiers en fleur couverts de neige, des pommiers avec des pommes frappées par la grêle et des fleurs...
C'est  une crise cosmique.» 

Télécharger l'article paru dans Paris Match

Cliquer l'image

Voir d'autres articles concernant Frère Jean
www.seraphim-marc-elie.fr/article-frere-jean-aux-fourneaux-de-dieu- 125237582.html
Image miniature
Frère Jean aux fourneaux de Dieu. Marc-Elie 11 Janvier 2015 0 Art. frere_jean. jpg. Se déconnecter. Eteindre son téléphone portable. Ne plus ouvrir sa boite ...
 
www.seraphim-marc-elie.fr/.../rencontre-avec-frere-jean-photographe-de-la- beaute.html
Image miniature
19 août 2015 ... Frère Jean est hiéromoine au Skite Sainte Foy à Saint Julien des Points dans les Cévennes. La communauté orthodoxe de Sainte Foy occupe ...
www.seraphim-marc-elie.fr/.../les-videos-de-frere-jean-fonctionnent-a- nouveau.html
Image miniature
24 août 2015 ... Dans l'article " Rencontre avec Frère Jean, photographe de la beauté " je vous proposais trois vidéos d'une interview de Frère Jean qui est un ...
 
www.seraphim-marc-elie.fr/2019/.../recettes-du-monastere-du-frere-jean.html
Image miniature
15 juin 2019 ... Le Frère Jean, moine-prêtre orthodoxe, n'a pas la prétention de donner des conseils culinaires, ni d'écrire un nouveau livre de cuisine.
 
www.seraphim-marc-elie.fr/.../26-janvier-la-priere-du-coeur-avec-frere-jean- a-paris.html
Image miniature
17 janv. 2020 ... Frère Jean La Prière du cœur Le dimanche 26 janvier 2020 de 10h00 à 16h00 À la Cité des Consciences Comme l'amour, la Prière du cœur ...
 
www.seraphim-marc-elie.fr/.../un-nouveau-livre-du-frere-jean-art-sacre-au- skyte-sainte-foy.html
Image miniature
11 sept. 2020 ... Parution d'un magnifique ouvrage qui est en lui-même une oeuvre de beauté. Des textes à méditer illustrés par les photos du frère Jean qui a ...
www.seraphim-marc-elie.fr/.../frere-jean-aux-rencontres-de-la-photographie- en-arles.html
Image miniature
27 juin 2019 ... Durant les Rencontres de la photographie en Arles Merci de noter et de diffuser l' intervention au Centre Leica du Frère Jean le mardi 2 juillet ...
www.seraphim-marc-elie.fr/-62
Image miniature
31 oct. 2018 ... Patriarche Kyril, l'évêque de Lalibela et Frère Jean Pélerinage organisé dans le cadre de l'association "A ciel ouvert" Septembre 2018 avec ...
www.seraphim-marc-elie.fr/.../un-moine-cuisinier-pas-comme-les-autres.html
Image miniature
25 juil. 2019 ... Perché dans un monastère des Cévennes surplombant une vallée de Lozère, le frère Jean en fait tout autant depuis vingt-deux ans. Installé au ...
 
www.seraphim-marc-elie.fr/article-le-jardin-de-dieu-124886177.html
Image miniature
7 nov. 2014 ... On voit le frère Jean au jardin et aux offices avec le frère Joseph. Il montre simultanément des gestes liturgiques et des gestes quotidiens au ...
www.seraphim-marc-elie.fr/article-1468797.html
Image miniature
28 déc. 2005 ... La Fraternité Saint Martin, fondée par le Frère Jean (aujourd'hui ,Père Gérasime) moine, orthodoxe, regroupe plus de 700 membres.
 
www.seraphim-marc-elie.fr/2017/10/signes-de-lumiere.html
Image miniature
22 oct. 2017 ... les 50 poèmes et l'article du frère Jean sont traduits en russe par Anna Davidenkoff. Toutes les photographies ont été prises à l'intérieur de la ...
__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 20:30

Un événement miraculeux s'est produit en 2012 dans un monastère crétois.

Lors d'une visite du patriarche œcuménique Bartholomée au monastère sacré de Saint-Jean-Baptiste sur l'île de Crète, une colombe blanche est apparue lors de la procession vers l'église.

La colombe s'est d'abord perchée sur le livre de l'Évangile porté par le prêtre. Il y est resté pendant que le patriarche œcuménique vénéra le Saint Évangile.

Alors que le prêtre se dirigeait vers l’église principale du monastère, la colombe est passée du Saint Evangile à l’épaule du prêtre.

Puis elle a volé et s'est reposé sur le kalimavki du père (un chapeau noir porté par les moines et les archimandrites). Tandis que la procession continuait de se diriger vers l’église, la colombe est restée perchée sur le chapeau du prêtre.

Près de l'entrée de l'église, le bel oiseau déploie ses ailes ressemblant à la représentation emblématique du Saint-Esprit familière à tous les chrétiens orthodoxes.

La colombe est restée fermement perchée sur le chapeau du pasteur et a gardé ses ailes déployées pendant que la procession entrait dans l'église.

Un autre prêtre a ensuite pris l'oiseau et l'a relâché à l'extérieur, où il s'est envolé dans le ciel bleu de Crète.

Ce signe miraculeux rappelait les récits scripturaires, documentés dans les quatre évangiles, des événements entourant le baptême de Jésus-Christ par Jean-Baptiste.

__________________________________
 

277163 234956736553388 1210667500 qSi vous souhaitez recevoir chaque jour un texte spirituel choisi par le diacre Marc abonnez-vous à son blog (et regardez votre dossier spam ou indésirable pour valider ensuite votre inscription envoyée par Feedburner) :

 

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

 

Partager cet article
Repost0