Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 19:32

Aujourd'hui, à Penboch , l'évangile était celui de Marc (7,34) avec la parole est employée par Jésus lors de la guérison d’un sourd-muet :

« Puis il leva les yeux au ciel, soupira et dit : Ephata – c’est-à-dire ouvre-toi ».

En fait dans l'homélie, le jésuite-prêtre précisa qu’en araméen, c'est une forme "passive", et plutôt que l'impératif "Ouvre-toi", si souvent utilisé comme traduction, il serait préférable de dire "Laisse-toi ouvrir"

Ça m'a plu, car l'Eternel veut avant tout l'Homme libre.

Et cette traduction montre bien, que c'est parce qu’on est encombré "d'obstacles", de "barrages" conscients ou pas, qu'on ne laisse pas la Parole entrer.

Olivier (56)

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 19:30

Il y a en moi un puits très profond.

Et dans ce puits, il y a Dieu.

Parfois je parviens à l'atteindre.

Mais plus souvent, des pierres et des gravats obstruent ce puits, et Dieu est enseveli.

Alors il faut le remettre à jour.

Etty Hillesum 

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 19:34

Et si nos insomnies étaient des prières qui s'ignorent ?

Si Balzac disait qu'une nuit d'amour, c'est un livre perdu, je dirais qu'une nuit d'insomnie est un livre, sinon gagné, du moins mûri. Mûri en silence.

L'insomnie est comme une prière.

On veille sur la maison qui dort.

On veille les morts qu'on n'a pas su pleurer.

On contemple ces fenêtres lointaines, allumées elles aussi, parce qu'on n'est jamais seuls à se sentir si seuls.

La confrérie des insomniaques garde un œil ouvert.

Telle une Communion des Saints, version laïque. Les heures qu'on égrène font d'invisibles chapelets.

Comme si cette impossibilité de dormir cachait un rendez-vous.

Il s'en passe des choses à trois heures du matin, les mains jointes au-dessus d'un café.

Cette pensée que nos insomnies sont des prières qui s'ignorent me donne parfois assez de paix pour me détendre.

Le sommeil, peu à peu, revient.

Mais l'heure a tourné. J'entends le chant des premiers oiseaux.

La journée promet d'être longue.

Mais elle nous a, dans ce temps volé au jour, promis bien d'autres choses encore."

Martin Steffens, philosophe délicieux, dans Marcher la nuit.Textes de patience et de résistance.

S'abonner au Blog Seraphim

Cliquer ICI

 

Partager cet article
Repost0